L'EXPRESS N°2728 du 16 octobre 2003

Classement national 2003 des villes "vertes"
de l'Express
revue "Ville et Transport" du 18 mai 2005
Réflexions de DDV Douaisis

Le palmarès des villes vertes

L'EXPRESS nous a accordé aimablement de faire figurer, à titre gracieux, des extraits du palmarès des villes vertes, dossier établi par Pierre FALGA et Michel FELTIN avec Sarah BRETHES, Philippe BIDALOU, Emilie CHARREL, Pierre-Yves LAUTROU, Marianne PAYOT et Anne VIDALIE.
Cette enquête concerne les 56 agglomérations de plus de 100 000 habitants de l'Hexagone.
Nous avons extrait de ce classement les résultats concernant les villes de la région Nord-Pas de Calais.
La deuxième ligne des tableaux, après la légende, contient les résultats des villes de référence, c'est à dire arrivées en tête pour chaque critère.
Seule exception pour les transports en commun où nous avons préféré ne pas prendre en compte les agglomérations de Paris, Lyon et Marseille qui, par leur taille et aussi leur histoire, peuvent difficilement servir de points de comparaison. Nous avons ici pris pour référence des agglomérations dont la taille était du même ordre de grandeur que les agglomérations de notre région. Les chiffres dans les colonnes étroites correspondent au classement obtenu pour chaque critère.
Un classement absolu est relativement factice ne serait-ce que par les approximations et incertitudes liées à toute donnée statistique.
Nous avons donc repris un jeu de couleurs du même type que l'express allant du mieux disant (vert foncé) au moins disant (rouge), en passant par les intermédiaires que sont le vert clair et l'orange.
L'abréviation coef. pondération désigne le coefficient de pondération pour chaque critère.
Les rares commentaires de l'association Droit D'Vélo sont en italiques et précédés de la mention DDV.

Vous pouvez lire l'intégralité du classement de cette enquête sur le site de l'Express.
Un regret de taille cependant : le classement pour chaque grand thème est agrégé et ne prend plus en compte les différents caractères de chaque thème. Il ne reste, pour avoir une idée un peu plus précise, qu'un court texte introductif.

CIRCULATIONS DOUCES

Ville Pistes et bandes cyclables
(en m./1000 hab.)

 

Places parking vélo
(pour 1000 hab.)
  Voies piétonnes
(en m./1000 hab.)
  Modes doux
(en %)
  classement
  La Rochelle : 1 111 1 Annecy : 27,9 1 Annecy : 99 1 Cannes : 14,6 1 La Rochelle
Amiens Métropole (4) 396  3,7       
Douai
631 5 2,3 34 47 11 12,5 8 3
Douai 2005 (3)
    4,6       
Douai 2012 (4)     14,9            
Orléans (Agglo) (5*)
467   3.3            
Lille Métropole (2)
352                
Lille (2)
255   2,8            
Valenciennes
235 28 0,7 47 8 47 12,9 7 31
Calais
167374,5238 47 14,1 432
Lille
134 42 1,2 44 11 43 11,5 19 43
Lens
0 53 1,4 41 4 54 12,5 8 49
Béthune
0 53 0 53 7 52 11,4 21 54
coef. pondération 4   1   3   3    

Circulation douce : les sources de l'Express

Pistes et bandes cyclables, voies piétonnes (en mètres pour 1000 habitants) ;
places de parking vélo (pour 1000 habitants) :

Enquête du Club des Villes Cyclables/ Centre d'Etudes sur les Réseaux, les Transports et l'Urbanisme (CERTU), avril 2003 sauf les villes suivies d'un (2)
Commmune ou agglomération
villes précédées d'un (2) : chiffres fournis par Lille Métropole dans le cadre du Congrès des Villes Cyclables 2005.
Nous avons supposé que la longueur des itinéraires cyclables qui figurait dans la brochure du congrès était constituée de pistes et bandes cyclables.
Dans ce cas, on pourrait constater un réel effort fait en 2 ans : un quasi doublement pour la longueur des itinéraires cyclables et un doublement des places de parking vélo même si on est encore très loin des villes de référence.

(3) : chiffres de la mairie de Douai fournis lors de la rencontre du 7 décembre 2005. Ce type d'enquête, faute de définition précise des critères, se révèle en fait problématique. En effet, il faut définir très précisément ce dont on parle. Ainsi, Douai possède fin 2005, 4,6 arceaux pour 1000 habitants, ce qui la placerait, toutes choses étant égales par ailleurs, en 22° position. Mais Douai s'est équipée en deux types d'arceaux vélo, les arceaux de type Saint Germain qui peuvent accueillir normalement deux vélos et des arceaux de type épingle qui peuvent accueillir à condition que les vélos se comportent comme des lombrics et s'aiment en tête bêche, difficilement deux vélos, Douai offre donc au minimum 303 places de stationnement vélo, soit 7,0 places de stationnement vélo pour 1000 habitants, ce qui la place alors, toutes choses étant égales par ailleurs, en 16° position. Si l'on coupe la poire en deux et que l'on admet que les arceaux de type épingle peuvent accueillir 1,5 vélos, on arrive alors à 351 places de stationnement vélo, soit 8,2 places de stationnement vélo pour 1000 habitants. Ceci placerait Douai alors, toutes choses étant égales par ailleurs, en 13° position.
Pour un relevé partiel du stationnement vélo à Douai, vous pouvez consulter la page qui lui est consacrée.

(5) : chiffres absolus figurant sur la carte des aménagements cyclables fournie en 2006 calculés à partir de la population de 1999
(5*) : Chiffres début 2005 fournis par l'AUAO (Agence c'Urbanisme de l'Agglomération d'Orléans). Début 2007, dans un communiqué daté du 7 février 2007 concernant la mise en place d'un dispositif de vélos en libre-servi, la Communauté d'agglomération d'Orléans annonce une longueur totale des itinéraires cyclables de 260 km, soit une progression de 42% en 2 ans ! Mais cette longueur inclut les pistes et bandes cyclables mais aussi les rues en zone 30, les contresens vélo, les couloirs bus autorisés aux vélos et les zones piétonnes. Si on suppose que la proportion des pistes et bandes cyclables est restée la même (60% du total) deux ans après, cela équivaut à 156 km de PC et BC début 2007, soit 578 m/ 1000 habitants.

Modes doux en %
Il s'agit ici de la part d'actifs utilisant la marche à pied ou un deux-roues pour se rendre à leur travail, en % des déplacements domicile travail des actifs ayant un emploi.
INSEE,1999
Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme, 2002
Aire Urbaine

DDV : La troisième place obtenue par Douai grâce aux critères statistiques nous semble en contradiction avec la réalité. Nous avons donc écrit à l'express une lettre où nous dressons un état des lieux dans le Douaisis.

cliquez pour lire la lettre

 

retour au sommaire

TRANSPORTS EN COMMUN

Villepart modale T.C.
(en %)

 

offre T.C.
(en km/an/hab.)
 Fréquentation T.C.
(en voyage/an/hab.)
 T.C.S.P.
(en m./1000 hab.)
 classement
 Saint Etienne : 11,0 3 Dijon : 39,24 Besançon : 161,1 4Caen : 753Dijon : 3
Lille 8,4 1325,243 93,7 21 59 712
Dunkerque 5,634 28,0 3468,140 0 2039
Valenciennes5,93024,14659,545 0 2044
Douai4,64017,65336,053 0 2048
Calais 4,24317,35449,150 0 2050
Lens 4,640 14,4 55 21,0 56 0 2053
Béthune 3,3 5220,65025,255 0 2055
coef. pondération 4 2 3 3203

Transports en Commun : les sources de l'Express

Part modale des T.C. :

Il s'agit ici de la part d'actifs utilisant seulement les transports en communs pour se rendre à leur travail, en % des déplacements domicile travail des actifs ayant un emploi.
INSEE,1999
Fédération Nationale des Agences d'Urbanisme, 2002
Aire Urbaine

Offre de transports en commun, Fréquentation des transports en commun

Offre de transports en commun : kilomètres effectués sur le réseau par an et par habitant.
Fréquentation des transportse en commun : nombre de voyages effectués par an et par habitant.
Direction des transports terrestres/CERTU/ GART (Groupement des Aurtorités Régulatrices de transport), 2001 Agglomération

Transports en commun en site propre :

nombre de mètres en site propre pour 1000 habitants
GART 2002-2003
Aire urbaine

retour au sommaire

QUALITE DE L'AIR

  jours sans pollution   jours avec pollution   jours avec pic d'ozone   concentration en NO2   concentration en SO2   classement
  Brest : 333 1 Brest : 1 1 Brest : 0 1 Lorient :14 1 Angers : 1 1 Brest : 1
Béthune 316 10 12 14 0 1 27 21 4 19 9
Lens 319 7 15 20 0 1 35 42 11 51 19
Calais 313 16 22 32 0 1 30 31 8 42 23
Lille 322 5 16 21 1 18 31 33 11 51 24
Valenciennes 305 21 13 16 5 43 24 17 6 33 26
Dunkerque 305 21 28 36 0 1 30 31 11 51 28
Douai 297 29 19 28 5 43 25 20 8 42 34
  Toulon : 161 56 Toulon : 67 56 Aix en Provence : 27 56 Cannes : 49 56 Rouen : 18 56 Marseille : 56
coef. pondération 2   4   3   2   2    

Qualité de l'air : les sources de l'Express

Jours sans pollution : nombre de jours où l'indice de pollution Atmo a été bon en 2002, c'est à dire compris entre 1 et 4.
Jours de pollution : nombre de jours où l'indice Atmo a été mauvais en 2002, c'est à dire compris entre 6 et 9.
Il n'a pas été tenu compte des jours où l'indice Atmo a été égal à 5. Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie, réseau Buldair. Agglomération

Pics d'ozone, Dioxyde d'azote (NO2), Dioxyde de soufre (SO2) :
Pics d'ozone : nombre de jours où la concentration en ozone a dépassé 180 microgrammes par mètre cube en 2001,
Dioxyde d'azote : concentrations annuelles en microgrammes par mètre cube. Le dioxyde d'azote est essentiellement produit par la circulation automobile
Dioxyde de soufre : concentrations annuelles en microgrammes par mètre cube. Le dioxyde de soufre est présent dans les zones industrielles.
Les chiffres pour le dioxyde d'azote et le dioxyde de soufre sont de 1999.
Tous ces chiffres concernent les agglomérations et proviennent du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable.

Vous pouvez avoir quelques données supplémentaires sur la qualité de l'air dans la région Nord-Pas de Calais, en consultant la page concernant ce thème sur le site.

retour au sommaire

RISQUES

  Sites Seveso
"seuil haut"
  Sites Seveso
"seuil bas"
  Sites pollués agglomération   Risque nucléaire   Risques naturels divers   Classement
7 villes : 0   8 villes : 0   Angers : 0   33 villes : éloigné   3 villes : 0   Le Mans
Douai 5 38 1 93042éloigné 11416
Calais 3 27 1 9 13 26 proche 34 1 4 17
Béthune 3 27335 19 35 éloigné1211 19
Lens 7 44 4 40 38 44 éloigné121132
Dunkerque 13 50 1 9 30 42 proche 34 1 4 35
Lille 538750155 55éloigné13 22 36
Valenciennes3 2775074 74 éloigné 1 4 30 38
coef. pondération 2 4 3 2 2  

Nous n'avons pas inclus dans le tableau les risques sismiques qui figurent dans le tableau de l'Express mais qui sont nuls pour les villes du Nord.

Risques : les sources de l'Express

Sites Seveso "seuil haut" et "seuil bas" :

Nombre de sites industriels à risques concernés par les directives Seveso.
DRIRE (Directions Régionales de l'Industrie, de la Recherche et de l'Environnement), 2003
Agglomération

Sites pollués

Nombre de sites relevés dans la base de données Basol, qui liste tous les sites pollués en France.
Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable,2003
Agglomération

Risque nucléaire :

Si l'agglomération est située à moins de 50 km d'une centrale ou de tout autre site nucléaire, le risque est considéré comme proche. Au delà, il est considéré comme éloigné.

 

Risques naturels :

Cumul des risques liés aux inondations, aux mouvements de terrain, aux tempêtes et aux feux de forêt.
Chaque risque étant classé de 0 = faible à 2 = fort sur la base de données Prim.net du Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable, 2003
Agglomération

retour au sommaire

Atouts naturels

Le tableau figurant dans l'Express recensait

Les données météorologiques sont des moyennes annuelles sur 30 ans (1961-1990) fournies par Météo France. Si l'on excepte la proximité de la mer, ces facteurs naturels sont défavorables pour la région Nord-Pas de Calais.

Nous n'avons pas fait figurer ce tableau qui recence des facteurs indépendants de la politique locale.

retour au sommaire

CLASSEMENT GENERAL

1
Nantes
37
Douai
39
Calais
40
Dunkerque
43
Lille
51
Valenciennes
52
Béthune
55
Lens

 

copyright ©  L'EXPRESS 16 10 2003 : Anne VIDALIE, Emilie CHARREL, Marianne PAYOT, Philippe BIDALOU, Pierre FALGA, Pierre-Yves LAUTROU, Sarah BRETHES

ANNEXE : POPULATION

Ville
population
commune
en milliers
population
aire urbaine
en milliers
AMIENS (communauté d'agglo)  
180
ARRAS
40,6
110,8
BETHUNE
27,8
267,0
CALAIS
77,3
115,6
DOUAI
42,7
208,8
DUNKERQUE
70,9
263,2
LENS
36,2
325,6
LILLE
184,7
1108,4
VALENCIENNES
41,3
368,3
ANNECY
50,3
179,7
BESANCON
117,7
212,8
CAEN
114,0
345,9
CANNES
67,3
364,6
DIJON
149,9
312,2
LA ROCHELLE
76,6
156,7
NANTES
270,3
674,1
Orléans (agglomération)  
270
SAINT ETIENNE
180,2
307,7
STRASBOURG
264,1
557,1

 

Il s'agit de la population des villes du Nord-Pas de Calais de l'enquête et de celle des villes de référence
Source : INSEE, Recensement de la Population Française 1999

DDV : Nous nous réjouissons de la première place de la ville de Nantes qui a accueilli le congrès de la FUBicy en 2001.

Il n'y a pas que le foot dans la vie et dans la ville : Lens n'échappe à la dernière place que grâce à ...Thionville.
Ce classement n'est malheureusement pas du qu'à un climat un peu plus ingrat.
Si l'on excepte la place envieuse et discutable de Douai dans les reines de la petite reine (5°), les villes du Nord sont épinglées dans 2 tableaux thématiques.
Dans "au bonheur des piétons", Dunkerque et Béthune sont 52° ex-aequo tandis que Lens est en 54° position.
Dans "les capitales des transports en commun", Douai est 53°, Béthune 55° et Lens lanterne rouge.
Certes, la reconversion du bassin minier et la crise des industries traditionnelles de la région (textile, industrie lourde) ont absorbé une grande partie de l'énergie de nos hommes politiques d'autant plus que celle-ci n'est pas finie (Metaleurop à Noyelles-Godault, Usines Lever à Haubourdin, Comilog, etc..). Après la monoindustrie charbonnière, on risque de replonger dans la monoindustrie automobile (Renault à Douai, Toyota à Valenciennes, La Française de Mécanique à Haubourdin et les sous-traitants) avec la perspective d'une crise aussi grave que la précédente en cas de départ de celles-ci.
Si l'on veut que l'image de pays noir cesse de coller à la peau de notre région, il serait temps que nos hommes politiques comprennent que la qualité de la vie et le patrimoine contribuent aussi au développement économique et à la capacité d'attraction d'une région, comme le souligne Ronan Dantec, élu vert adjoint au maire de Nantes.

retour au sommaire

Réflexions de Droit D’Vélo sur le palmarès des villes vertes

Douai : Docteur Vernier, Mister Veinard

En lisant cette« enquête », on apprend que Douai serait sur le podium pour les circulations douces et la cinquième reine des petites reines. Le journaliste (P.F.), dans la présentation du dossier, en rajoute une louche en écrivant : « Jacques Vernier, le maire de Douai, qui fut longtemps secrétaire national du RPR à l’environnement, mérite d’être félicité pour sa politique en faveur des deux-roues, mais il ne pourra pas forcer les Douaisiens à sortir leur vélo sous le crachin ».
Faut-il rire ou pleurer de ce classement ?
On retrouve là tout le paradoxe d’une description statistique de la réalité dénoncée par Stanislas Lem dans sa nouvelle « une minute de l’Humanité » écrite en 1983.
Il aurait été pour le moins intéressant de confronter cette enquête avec d’autres études du même type. La FUBicy avait justement publié un palmarès des villes cyclables de plus de 50 000 habitants publié dans le n°58 de septembre-octobre 2000. Premier fait révélateur, Douai n’y figurait pas car cette ville n’avait pas pris la peine de répondre au questionnaire !
Bien que basé sur deux critères, le classement de l’Express recoupe à 60% celui de la FUBicy pour les cinq villes en tête du classement pour la petite reine. La FUBicy s’’était contenté plus modestement et plus judicieusement de classer les villes en 5 catégories : A, B, C et E : La Rochelle, Lorient et Bordeaux étaient en catégorie B, la seule ville en catégorie A était Strasbourg dont l’absence dans les cinq premières villes est pour le moins choquante. Valence n’avait pas été interrogée par la FUBicy. Signalons cependant que cette ville vient de se faire condamner par la Cour Administrative d’Appel de Lyon pour non respect de la Loi sur l’Air dans la réfection de l’avenue Victor Hugo : celle-ci ne prévoyait pas ….d’aménagements cyclables !

Stationnement vélo

Revenons en à vos deux critères et, tout d’abord, au nombre de places de stationnement vélo.
Rappelons que la pose d’arceaux vélo est l’une des premières mesures prises par une ville qui se lance dans une politique cyclable. Bien que Monsieur Vernier soit Maire de Douai depuis 1983, cette politique est récente : elle a débuté en 1997 avec l’instauration d’un Schéma Directeur Vélo. Avec 2,3 arceaux pour 1000 habitants, Douai aurait 97 arceaux vélo (soit deux fois moins que sur la seule grand-place de Bruges) ce qui la place en 34° position. Au vu des chiffres, notre Association peut être fière d’en avoir fait installer 20 sur ce total soit plus de 20%.(1)
Mais, pour l’agglomération, si l’on excepte la ville d’Auby, les autres arceaux sont, s’ils existent, pour le moins, bien cachés. Dans le meilleur des cas, sur le périmètre du PDU (Plan de Déplacements Urbains) ou de la CAD (Communauté d’Agglomérations du Douaisis), on a quelques pince-roues (Roost-Warendin, Cuincy, Somain) installés de surcroît, sauf pour Somain, chichement.
Autre fait ironique, le local vélo fermé de la Gare de Douai vient d’être condamné cette année, en 2003. Nous nous attendons à une querelle d’épiciers qui va s’éterniser entre la Ville de Douai et la SNCF pour déterminer la responsabilité du financement d’une nouvelle infrastructure identique à celle qui a concerné l’installation d’une rampe pour les PMR (Personnes à Mobilité Réduite) à la Poste.
Cependant, contrairement à nos propositions, aucun parking vélo, ne serait-ce que couvert, n’existe. Ne parlons pas de parking vélo fermé ou gardé et encore moins de système de location de vélos.

(1) : Suite à une entrevue le 31 octobre 2003, avec le responsable de la Voirie de Douai chargé, entre autres, du mobilier urbain, nous avons appris qu'entre 1999 et 2003, celle-ci a acheté 173 arceaux vélo. En supposant que ceux-ci ont tous été posés et, quand ils ont été enlevés, qu'ils ont été reposés ailleurs, on arrive donc à 3,9 arceaux pour 1000 habitants. Toutes choses étant égales par ailleurs (en supposant qu'il n'y ait pas le même biais pour les autres communes, Douai ne remonterait qu'en 29° position.
Il n'en demeure pas moins que si l'on considère le périmètre du PDU et si l'on attribue la dénomination de place de stationnement vélo aux seuls arceaux vélo, l'agglomération Douaisienne, avec 0,9 arceaux pour 1000 habitants, se trouve alors rétrogradée en 42° position.

Bandes cyclables et Pistes Cyclables

Pour ce critère (631 mètres pour 1000 habitants de la Commune, de l’Agglomération), Douai figurerait dans les cinq premières. Faute de publication d’un plan des Aménagements Cyclables sans cesse projeté par la Municipalité et sans cesse annulé, nous ne disposons pas d’informations sur ce chiffre.
Nous émettrons cependant quelques remarques sur ce résultat. Il n’existe malheureusement pas de normes concernant ce type d’aménagement, juste des recommandations publiées par le CERTU (Centre d’Etude sur les Réseaux, les Transports, l’Urbanisme et les Constructions Publiques).
Ainsi, on a plus d’une bande cyclable dont la largeur est, hors marquage de 50 cm, ce qui transforme la pratique du vélo en exercice de funambule.
La deuxième catégorie est celle des bandes cyclables de 1 mètre de large, marquage compris (le CERTU propose une largeur minimale de 1 mètre hors marquage), mais ces largeurs ne prennent pas en compte la zone tampon de 50 cm en cas de stationnement latéral.
Les rares bandes cyclables ayant une largeur convenable correspondent à des voies qui exigeraient une piste cyclable (voie cyclable séparée du trafic automobile) étant donné l’importance du trafic, tant au niveau des vitesses pratiquées que de la densité du trafic. Ainsi, sur les boulevards, la largeur de la voirie est réduite à une voie et demie par les bandes cyclables, ce qui incite de automobilistes indélicats à doubler sur la droite en empruntant les bandes cyclables.

Voies piétonnes

Les voies piétonnes s’élèveraient à 47 mètres pour 1000 habitants, soit deux km pour Douai. Replaçons cette longueur dans le cadre de Douai Centre (1 km sur 1,5 km). Cela équivaut donc au quartier commerçant de Douai appelé la Croix de Douai, entièrement piétonnier. Or, en centre ville, nous avons deux malheureuses rues piétonnes de 100 mètres chacune, soit dix fois moins que ce que vous écrivez, ce qui est pour le moins troublant. Avec 200 mètres de rue piétonne, on n'a plus que 5 mètres de voies piétonnes pour 1000 habitants : Douai serait alors rétrogradé en 53° position pour ce critère. Le Premier Adjoint au Maire, responsable de la Circulation, affirme d’ailleurs que le concept des rues piétonnes est dépassé !

Part de marché des circulations douces :

Entre le presque rien et le rien du tout pour les villes françaises

Nous ne parlerons que de la part modale du vélo : celle-ci est de 4% sur le périmètre du PDU du Douaisis.
Strasbourg a développé de longue date une politique cyclable qui se traduit par un quart des déplacements effectués à vélo dans le centre ville en 1997 même si la part modale du vélo est de 6% pour la Communauté Urbaine. A Douai, rien de tel, moins de 4% des habitants de la ville centre se déplacent à vélo. Le taux de 4% pour le PDU est atteint grâce aux communes périphériques qui « bénéficient » de la présence d’usagers captifs du deux-roues pour des raisons économiques.

Autres critères d’évaluation d’une politique orientée vers les circulations douces

Une communication sur les modes de déplacements doux dynamique ?

Douai se refuse à participer à la journée « en ville sans ma voiture » alors que celle-ci pourrait être l’occasion d’expérimenter en grandeur nature des projets du PDU.
Certes l’association Droit D’Vélo est invitée aux commissions de la circulation qui ont un rôle consultatif. Mais notre association n'a eu une réunion informelle avec les Services Techniques de la Ville de Douai qu'en juin 2003, après 4 ans de traversée du désert !
La Fête Européenne du Vélo est organisée par nos seuls soins et n’a pas l’heur de figurer dans les pages centrales de la Lettre du Maire : ce privilège n’est réservé qu’aux associations sportives.
L’association Droit D’Vélo, bien que regroupant plus de cent adhérents, est généreusement gratifiée d’une subvention de 160 euros qui ne couvre même pas l’assurance nécessaire pour …bénéficier des locaux municipaux où ont lieu les Assemblées Générales.

CONCLUSION

Les résultats de votre enquête démontrent de façon éloquente, que la politique cyclable, à de trop rares exceptions près, est indigente en France.
La politique cyclable dans le Douaisis, en est à ses balbutiements et les lauriers que vous tressez à Monsieur Vernier, nous semblent prématurés. Contrairement à ce que vous dites, le crachin n’est pas la cause de la faible pratique cycliste dans notre ville : Les pays d’Europe du Nord ont un nombre de pratiquants incomparable au nôtre mais ceci est du à des investissements conséquents et de longue date. Dans le Douaisis, avant de porter un jugement sur la pratique cycliste, on aimerait avoir une politique moins timorée, plus dynamique et plus volontariste en faveur des modes de déplacements alternatifs à la voiture.
Evitons de personnaliser de façon excessive le débat : les acteurs sont nombreux (l’Etat et la DDE, le Département et la DVI, la Chambre de Commerce et d’Industrie, les Associations d’Usagers) et ont, pour beaucoup d’entre eux, une fâcheuse tendance à vouloir poursuivre une politique du tout voiture qui ne mène qu’à une impasse.
Le mérite de votre enquête est d’attirer l’attention des décideurs sur la sensibilité de plus en plus grande de la population aux préoccupations environnementales.
Les villes du Nord sont toutes situées dans votre classement en queue de peloton sans que cette hiérarchie soit uniquement imputable à un climat un peu plus ingrat.
Espérons que cette enquête incitera celles-ci à intégrer de plus en plus un développement durable dans leurs politiques et que Monsieur Vernier donnera un coup de fouet à sa politique envers les déplacements douces lui permettant de mériter la place envieuse obtenue par la ville de Douai.

retour au sommaire