Douai-Aniche en deux-roues

ACOUTE ICHI

Y'a pas longtimps d'cha, in s'a acaté chacun enne mobylette, mi et pis Matite : in avot trouvé des occasions pas trop quères, alors in n'd'a profité. Réellement parler, Matite alle n'est pas fort frinque pour monter su ches otchus-là, mais alle a 'core pus quer' rouler tout douch'mint et pis pouvoir faire voler sin dragon, putôt que d'dévoir printe l'bus (y faut dire qu'les bus, y n'd'a pas toudis pour duch' qu'in voudrot aller !). Alors tout compte fait, in n'a pas fait long feu pour s'décider.
No prin'mière sortie, cha a été pour aller dire bonjour à min biau-frère, ch'ti qui resse à Aniche. Bin sûr, avint cha, in avot essayé tous les deux nos mobylettes dins no rue, et cha s'avot bin passé. J'étos min'me étonné qu'Matite alle apprinche si vite, mais alle m'avot répondu : "Té n'mé prinds tout d'min'me pas pour pus inch'pée qu'jé n'sus, non?" Aussi comme l'lundi d'après j'étos dé r'pos, j'dis à Matite :
-"Quo ch't'in dis? Si qu'in irot faire un tour à mon d'tin frère? Comme y'est malate, in va y faire enne surprisse....
-Té cros? qu'alle dit Matite, cha fait déjà long pou l'prin'mier caup ; mi, je n'sus pas fort rassurée....
-Va-t-in ! Té sais rouler à ch't'heure? Et pis ch'est pas l'bout du montes y'a fauqu'quinse kilomètes! Té verras, cha s'ra vite fait!
-Ouais, mais ch'est quind-min'me enne grind-route....
-In bin, justémint, in vient dfl'inrfaire, à c'qu'y paraît; min copain Jules y m'a dit qu'y'avot enne nouvelle pisse cyclape tout du long. Té vas vir, in va rouler comme su du billard !
-Bon, bin si ch'est cha, allons-y, mais n'roule pas trop vite, hein, pasqué mi j'ai pas 'core bin l'habitute....
-N't'in fais pas, Matite! Allez, mets tin casque, in s'in va,"
Et nous v'là partis...Au début, cha allot bin, mais ch'est vraimint à l'Porte d'Valenciennes qu'cha a comminché à dév'nir difficile :
-"In dirot qu'in est à l'ducasse, qu'alle dit Matite in s'arrêtint su ch'trottoir et in ravisint toutes les autos qui tournotent autour dé ch'rond-point, mais j'ai pus quer' les g'vaux d'bos, ch'est moins dingéreux.,..
-Allons, Matite, que j'dis, in n'va quind-min'me pas faire l'restant du q'min à pied! In n'est min'me pas 'core sortis d'Douai! Allez, suis-me, y'ara bin enne tiote plache pour nous si in roule dins l'ruïau!»
In a rinfourqué nos mobylettes, et nous v'là r'partis, in essayint d'faire l'moins d'zig-zacs possipe. Ah,mais! pas pour longtimpss arrivés au pont d'l'Octroi, Matite alle n'a pus prétindu d'rouler su ch'pavés allé a déquindu dé s'machine et alle l'a poussé su ch'trottoir pour passer l'pont. -Y faut dire aussi qu'cha drot ête l'indrot l'pus étrot d'tout Douai (à part l'ruelle du Four Saint-Amé,...) Quind j'pinse que ch'pont-là y'a été r'fait à la guerre, et que d'pus bétôt quarante ans in n'a pas 'core trouvé moïen dé l'rélargir...„
Enne fos l'pont passé, Matite alle er'monte su s'mobylette tout in bertonnint, mais in n'avot pas fait chint mètes qu'alle s'arrête ocore un caup et qu'alle crie après mi :
-"Eh, Batisse ! Té me l'as infuté, hein ! T'fameusse pisse cyclape, ch'est pour quind?
-Bin,acoute, in m'avot dit qu'alle avot 'té r'faite tout du long, min'me qu'les travaux y z'ont duré pus d'six mos,qu'y'a dit Jules...
-Ch'est p'tête su l'route d'Lille qu'y l'ont fait, pasqué mi je n'vos rin...
-Bin, mi non pus, à vrai dire....Tint pir', quo ch'té veux, in va continuer d'rouler pian'-pian', in verra bin....

In a suivi tout l'grind-rue d'Sin su ch'pavé, intre les autos déch'parkine et pis l'circulation, mais jusse après ch'feu rouche, j'm'ai r'tourné fin bénache d'sus Matite :
-" Té vos bin que j ' té l'avos dit, lé v'là, l'pisse cyclape ! In va pouvoir rouler, ichi....Allez, mets du gas ', tiote !
-Ouais, pas trop d'gas' quind-min-me, hein! Ravisse ch'ti qu'y'arrife in face.... .Mais, y m'a frôlé, ch'l'indiablé-là, t'as pas vu à queu vitesse qu'y roule ? 'Core un tiot peu y m'faijot quéhir....!
-Acoute, fin'me, du momint qu'in resse bin à droite et qu'in n'berloque point, y'a pas trop d'dinger. Allez, y faut avincher, ou bin y f'ra nuit pour quind in arrivera à mon d'tin frère...."
Y'a eu un biau momint quind in a passé su ch'pont d'Sin, réservé fauqu' pour les cyclisses. J'ai vu qu'Matite alle avot pris d'l'assurince pasqu'y'avot pus d'autos, alle se permettot min'me d'raviser ch'paysache (infin, ch'est beaucaup dire....) Cha a été rigolo aussi d'erpasser pad'zous ch'pont pour erprinte l'piste d'l'aute côté dé l'route. In s'sintot un tiot peu d'pus' à l'aisse, quoè....
Mais enne fos à D'chy, v'là qu'cha r'comminche : un tiot peu avint l'feu rouche, l'piste alle disparaît.... Duch' qu'y fallot rouler ? Quind-min'me pas à gauche su ch'pavé ? Ni traverser au nez d'ches autos pou' risquer dé s'faire rétaler....? Alors in a traversé à pied au feu rouche, et pis d'l'aute côté in a continué in t'nint s'mobylette à s'main, pasqué j'vous défie d'rouler dins ch'dallache-là, à moins d'vouloir s'suicider : ch'est tell'mint étrot qu'y'a jusse l'plache pour enne auto passer ! Du caup in a fait un bout d'quémin su ch'trottoir, et pis un tiot peu pus long in a r'trouvé l'pisse cyclape à gauche, Seul'mint in n'avot pas fait tros chint mètes que j'vos l'piste qu'alle continue à droite, ch'caup-chi ! Allez, in r'traverse d'pus belle, et in avint !
-"Cha n'fait rin, qu'alle dit Matite, l'prochain caup, té f'ras l'quémin ti tout seu avint d'm'in'mincher dins un jeu parel !
A-t-on idée d's'in aller comne cha sins savoir duch' qu'in s'ingache ? Ti, té m'la copieras, té sais...."
J'n'ai rin répondu, pasqué je m'dijos mi aussi que j'm'avos laiché indordéler pa' l'camarate Jules,... Infin, vu qu'in étot partis, y fallot continuer !
Arrivé à l'sortie d'Guesnain, v'là core aut'cosse : l'pisse cyclape alle déquind su ch'pavé, et là y'z-ont dessiné enne binde blinque et pis des bé tiots vélos su ch'macadam ! Pour mi y faut croire qu'y n'avot pus assez d'plache su ch'trottoir.... Infin ch'est toudis mieux qu'à D'chy, pasqu'ichi au moins in sait duch'qu'y faut rouler ! Seul'mint l'piste alle n'est pas fort larche, et comme y faijot du vint, y fallot bin s'accrocher à sin guidon pour pas bilboter....
Mais l'pus biau, ch'est in haut dé l'côte d'Lewarte : vous suivez l'binde blinque, et pis, tout d'un caup alle se rétrécit et alle sé rapproche dé l'bordure : y'a pus d'piste"! Alors, quo faire ? Si vous avez du culot, vous continuez su ch'pavé, et là arrife chou qu'y pourra, ou bin vous traversez pour er'jointe l'aute pisse cyclape su ch'trottoir d'in face (mais cha n'est pas gai non pus d'traverser à ch'l'indrot-là, surtout avec enne mobylette !), ou bin vous faites comme nous deux.... : vous marchez à pied !
-" Si cha continue ainsi, qu'alle dit Matite, in ara pus' fait d'marcher que d'rouler..,. Mi j'comminche à ête r'craint, et pis j'ai m'tiête à 1'invers, jé n'tiens pus dins mes loques....
-Si té veux, nos allons rintrer au cabaret boire enne bonne tasse d'càfé, cha nous ravigotera,...
-Ah bin, je n'déminte fauqu'cha ! Et si y n'ténot qu'à mi, j'ervinds m'mobylette à ch'ti qui veut, ichi à L'warte, et pis j'm'in r'vas à l'autobus. Tint pir pour min frère, in ira l'vir un aut' jour !
-Allons, Matite, r'mett'te, tiote, té verras, après, cha va aller mieux. Allez, viens boire enne tasse !"
In a resté enne bonne demi-heure dins ch'cabaret. Matite alle étot tell'mint bin assiche (et surtout alle avot tell'mint peur dé r'partir!) qu'a' n'voulot pus wuidier. A la fin, alle s'a quind-min'me décidé, et y faut dire qu'pour déquinte l'côte dé L'warte cha a été tout seu. Mais v'là-t-y pas qu'avint d'arriver au Blinc-Cul cha r'comminche avec l'binde blinque à droite dé ch'pavé.... Alors là j'ai pris enne décision d'survie : j'n'ai rin dit à Matite et pis in a continué su l'pisse cyclape du trottoir d'gauche. Je n'sais pas si in a l'drot, mais in tous les cas cha m'sin'not pus prudint: in a roulé tout douch'mint, in t'nint bin s'droite, et in a traversé Masny et l'Cité d'Vuillemin sins anicroche. A Auberchicourt, j'ai core vu l'binde blinque d'droite qu'allé se rétrécichot pour finir dins l'ruïau, mais cha n'étot pus m'n affaire : j'étos su ch'trottoir cyclape et j'y ai resté...

Enne heure et quart après no départ, in arrivot à mon d'min biau-frère. In n'a pas eu beaucaup l'timps d'parler dé s'sinté, pasqué Matite alle étot toute in écabeure, et alle n'a fait que dé d'viser d'sin voïache à mobylette....
-" Matin qu'cheux qui z'ont été su la lune y z'ont eu moins peur qu'mi", qu'alle a dit ! In a rigolé, mi et pis Polyte, mais j'dros dire que mi non pus j'n'avos pas été fort rassuré su la route.... Ah mais ! N'allez pas pinser pour cha qu'Bâtisse ch'est un int'nos et qu'y n'a jamais rin vu, hein ! Pasqué quind j'étos jon'ne (et y'a pas si longtimps qu'cha, savez....), j'avos enne moto,-et j'aime autint vous dire qu'j'ai fait pire qu'à pinte avec m'pétoire-, mais aussi terripe que l'Nationale quarinte-tros, cha je n'l'ai jamais vu !
-" Quind j'pinse, qu'y dit Polyte, qu'in n'Hollante ch'est les cyclisses qui z'ont l'priorité! Y paraît qu'y'a des vrais trottoirs cyclapes dins les deux sins, et pis des feux rouches et des sens giratoires fauqu'pour eusses, et pis qu'tout y'est prévu pour quind in drot traverser un carr'four....
-Ouais, y m'sin'ne qu'in pourrot printe dé 1'grain'ne à mon des z 'Hollandais ....
-Mais p't-ête bin qu'cha coûte trop quer' ?
-In bin ch'est cha, qu'alle dit Matite, alors in a pus quer' laicher tuer les gins su les routes...
-A m'mote que ch'n'est pas tell'mint enne question d'sous, pasqué des sous, in a dû in dépinser pour er'faire l'Nationale ! Non, mi j'pinse putôt qu'ch'est enne question d'busiache : té n'vas pas m'dire qu'in faijint aller un tiot peu ses méninches, in n'arot pas pu trouver quet'cosse pour qu'les vélos et les mobylettes y peuch'tent rouler in sécurité ?
-In tous les cas, qu'alle dit Matite, busiache ou pas, mi j'n'erpasse pus pa chelle route-là pour mi r'tourner à Douai....
-In bin, qu'y dit Polyte,ch'est simpe, t'as qu'à r'passer par ches quimps.
-Eh ! ch'est enne mobylette qu'in a, hein, ch'est pas un tracteur...
-Mais qu'alle est r'v'leusse, m'soeur ! Ch'est pas à travers les labourés qué j'veux dire : t'as qu'à r'partir par ches tiots villaches, Ecaillon, Masny, Loffe, l'marais d'Sin et pis Waziers. Ch'est un tiot peu pus long, mais t'iras core pus vite, et pis té risqu'ras moins dé t'faire rin'moch'ler padzous enne auto....

-In bin ch'est cha, in va essayer. Allez, Bâtisse, hein, in s'in va. Y'a fauqu' qu'à m'masonne qué j's'rai trinquile...."
Ainsi fut fait : in a r'vénu par ches tiots q'mins, et j'vos assure qu'in a été bin trinquiles ! Bin intindu, pour les trottoirs cyclapes, macache, in n'd'a pas trouvé un ! Mais y'avot beaucaup moins d' circulation, et min'me pour Matite cha n's'a pas trop mal passé. In a quind-min'me marché un tiot peu à pied pour passer l'pont d'Lille, mais d'toutes les façons, pour rintrer ou pour sortir d'Douai à vélo ou bin à mobylette, -d'queu côté qu'in l'prinche, ch'est partout parel ! - , "y faut avoir tous ses dints et pis cor'un padzeur", comme alle dit m ' mère....
In tous les cas, si vous connichez un responsape qui'a fait faire l'nouvelle route Douai-Aniche, d'mindez-y des rinsenn'mints, ou bin dites-y d'écrire au journal : in aim'rot bin tertousse comprinte commint qu'y' a fait , et surtout, surtout... .commint qu'y faut faire pour aller d'Douai à Aniche à mobylette et r'venir vivint....
In attindint, Matite et pis mi, in continuera d'aller printe l'air in passint par ches tiots villaches....

Charles ADELMANS alias Ch'Berloqueux
illustrations : René ADELMANS

Quelques remarques de Droit d'Vélo

La responsabilité de l'aménagement de la RN45 dépend de la DDE (Direction Départementale de l'Equipement). Avec la décentralisation, cette nationale tombera dans l'escarcelle du département. Il ne reste plus qu'à espérer et surtout à se battre pour que les cyclistes soient mieux traités par le département.
Le texte est suffisamment éloquent et nous a été indiqué par un élu local ! Un bureau d'études est inutile pour appréhender le sort ignominieux réservé aux cyclistes.
On espérait qu'avec le PDU (Plan de Déplacement Urbain) du Douaisis et ses déclarations d'intention, les cyclistes seraient enfin pris en compte !
Las, le problème reste entier pour la plupart des entrées de Douai : Pont de l'octroi (Pont de Valenciennes) et Pont de Lille dans le cadre du tracé du tramway.
Quand aux pistes cyclables, elles ont tout simplement disparu du projet, remplacées dans le meilleur des cas par des bandes cyclables pour la plupart sous-dimensionnées. La situation pour les cyclistes ne fera donc qu'empirer. On est donc en pleine situation schizophrénique avec, d'une part un discours magnifique qui veut promouvoir les modes de déplacement dits doux (marche à pied et vélo) et, d'autre part, des réalisations qui nient ces déplacements.
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le dossier tramway sur le site de Droit d'Vélo.