Chemin des Galibots

accès Parcours voies vertes curiosités    

Préambule

Le chemin des Galibots est une "voie verte" qui traîne dans les cartons depuis au moins 6 ans (nous avons pu en voir l'un des premiers tracés en 2004) et qui devrait être inaugurée en juin 2010. Cette boucle a une vocation essentiellement touristique. Visiblement, il s'agit de faire découvrir que le Douaisis n'est pas qu'un pays noir mais est aussi un pays vert. L'intention pourrait paraître louable. De fait, cette boucle contourne le secteur bâti de la plupart des communes traversées au détriment d'une vision du patrimoine bâti minier d'une grande diversité dans lequel le pire (les cités Camus) côtoie le meilleur (les cités jardins). Si cette boucle a une vocation régionale, voire nationale, peut-on se permettre de considérer les autochtones comme des indiens alcoolisés dans leurs réserves (de nombreux quartiers traversés sont classés en Zone Urbaine Sensible) que l'on doit à tout prix éviter ? Ce choix ne se fait-il pas au détriment de l'appropriation de cette voie verte par les locaux ? Ceci expliquerait-il en partie les nombreuses dégradations concernant les barrières parsemant l'itinéraire pénalisantes pour les cyclistes bien que destinées à priori à lutter contre l'invasion contre les quads et les deux-roues motorisés ?

Pierre KOKOSZYNSKI
  • samedi 26 juin 2010

    Inauguration officielle du chemin des galibots

    Une brochette d'élus dont l'incompétence en termes de modes doux le disputait à l'embompoint, siégeait à l'inauguration de cette voie verte. Citons, dans le désordre, pour éviter les jalousies.

    Jean-Jacques Candelier

    Alain Wacheux

    Laurent Houiller

    Gilbert Rolos
    • Jean-Jacques Candelier, né en 1945 (65 ans en 2010) fait partie des derniers élus communistes cumulards de la région NPDC
      1. maire de Bruille-lez-Marchiennes (1 300 habitants en 2006);
      2. Président de la Communauté de Communes Coeur d'Ostrevent (72 200 habitants en 2006);
      3. Député depuis 2007 en tant que poulain et remplaçant du député communiste Georges Hage qui était le doyen de l'Assemblée Nationale.
    • Laurent Houiller est
      1. maire de Rieulay (1450 habitants en 2006) ;
      2. Conseiller Général du Nord où il est membre de la Commission Permanente et membre de la Commission Environnement ;
      3. élu à la Communauté de Communes Coeur d'Ostrevent où il est Vice-Président chargé de l'environnement.
    • Gilbert Rolos a été maire communiste de Sallaumines (10 000 habitants en 2006) de 1986 à 2010 et est encore
      1. Président de la Mission Bassin Minier
      2. membre de l'Association des Communes Minières en tant que Vice-Président d'EPINORPA (Etablissement Public Immobilier Nord-Pas-de-Calais)
    • Alain Wacheux, né en 1956, élu socialiste cumulard. Dans la fiche Wikipédia de cet élu, on apprend que celui-ci cumule les mandats électifs. Monsieur Wacheux est en effet maire de Bruay la Buissière (23 800 habitants en 2006), élu au Conseil Général du Pas-de-Calais et au Conseil Régional du Nord-Pas-de-Calais. Monsieur Wacheux qui a probablement de l'énergie à revendre, est également Vice-Président de la Communauté d'Agglomération Artois-Comm (210 000 habitants en 2007) depuis 2002. Mais il est encore Vice-Président de la Commission des Finances au Conseil Général du Pas-de-Calais et Vice-Président de la Commission Transports au Conseil Régional de la région NPDC.

    Inauguration du Chemin des Galibots le 26 juin 2010 à Rieulay

    Candelier hors-sujet

    Monsieur Jean-Jacques Candelier a quasiment parlé de presque tout sauf du chemin des galibots.
    Lors des allocutions, on a appris que les élus avaient parcouru 18 km du chemin des galibots sur le territoire de Coeur d'Ostrevent en VAE (vélo à assistance Electrique). On imagine aisément que ceux-ci ont du abandonner leur VAE une fois la balade terminée aux organisateurs tandis que leur chère voiture les attendait. L'un de ceux-ci (Alain Wacheux sauf erreur de notre part) s'est même vanté de n'être pas monté sur un vélo depuis l'âge de 5 ans : on espère pour lui, que le non cumul des mandats qui devrait être institué au PS lui permettra de reprendre un peu d'activité physique. On est ici loin de Dominique Plancke, élu vert et Vice-Président chargé des Transports au Conseil Régional de 2004 à 2010. Lors de l'inauguration du relais vélo de Ferrière la Grande le 27 juin 2009, celui-ci avait effectué à vélo le parcours Aulnoye-Aymeries-Ferrière la Grande en compagnie de l'ADaV (Association Droit au Vélo) et avait également profité de l'opération TER+vélo mise en place à cette occasion pour rentrer à vélo sur Lille avec le groupe adavien.
    Une fois de plus, on a eu droit à des larmes de crocodile sur le manque préjudiciable de "sport" dans la population avec, inévitablement, la confusion entre sport et activité physique. En effet les campagnes nationales de prévention pour la santé préconisent au moins 30 minutes d'activité physique par jour, ce qui est tout de même théoriquement moins violent et plus accessible qu'une activité sportive.

    Le miroir aux alouettes des investissements touristiques

    L'un des intervenants a évoqué 20 millions d'euros d'investissement dans des projets touristiques (277 euros/an/habitant), soit de quoi plomber encore un peu plus le budget de Coeur d'Ostrevent après la multiplication des créations de zones industrielles ou de zac qui ont du mal à se remplir.

    Un projet intercommunautaire

    Le chemin des galibots d'une longueur de 36 km traverse la CAD (Communauté d'Agglomération du Douaisis) sur 16 km et la Communauté de Communes "Coeur d'Ostrevent" sur 20 km. Les 20 km de Coeur d'Ostrevent ont été aménagés d'Octobre 2009 à Juin 2010. Le coût des travaux a été de 1 150 000 € dont 230 000 € à la charge de Coeur d'Ostrevent. Même si Jean-Luc Hallé

    Une logistique impeccable

    Sources

    • 30 minutes d'activité physique : Page du site mangerbouger.fr réalisé avec la participation de l'INPES (Institut National de Prévention et d'Education à la Santé)
  • lundi 03 mai 2010

    Le chemin des galibots
    ou la difficile coopération entre deux communautés d'agglomération

    Nous avons testé cette "voie verte" un peu moins de deux mois avant son inauguration qui devrait avoir lieu le 26 juin 2010. Le "chemin des Galibots" est une voie verte qui traverse deux intercommunalités, la Communauté d'Agglomération du Douaisis autrefois présidée par Monsieur Jean-Jacques DELILLE et maintenant présidée par Monsieur Christian POIRET, élu "sans étiquette politique" et la Communauté de Communes Coeur d'Ostrevent présidée par l'inamovible Jean-Jacques Candelier, élu communiste. Force est de constater une inégalité de réalisation.
    Côté CAD, au delà des nombreuses critiques que l'on peut émettre, le parcours est pratiquement finalisé, le jalonnement présent. Côté Coeur d'Ostrevent, même l'infrastructure est loin d'être terminée et l'on peut craindre le pire. Citons, entre autres, à hauteur de Pecquencourt, la pose d'un schiste de granulométrie grossière dans les fondrières qui rend la progression à vélo difficile et devra probablement être renouvelé fréquemment (1). Citons également, à l'est de Rieulay, le chemin agricole d'accès au bois de Villers dont le soubassement vient d'être refait où l'on a droit à une mixité engins agricoles et modes doux. Il y a fort à craindre, étant donné le poids et l'encombrement grandissant des engins agricoles que, d'une part, cette cohabitation ne pose problème et que, d'autre part, si ce soubassement n'a pas été fait dans les règles de l'art, celui-ci ne résiste pas longtemps sous le poids des engins agricoles.

    1 : on retrouve ce même problème sur le chemin de halage de la Scarpe qui part du Boulevard Vauban et qui permet de se rendre au parc du Rivage Gayant.
    Une page succinte est consacrée à cette "voie verte" sur ce site

    Ci-contre photo prise à l'extremité du territoire de la CAD au sud de la "Cité du Moucheron", ancienne cité minière. Vous entrez sur le territoire de "Coeur d'Ostrevent", terra incognita début mai 2010 pour le chemin des galibots (absence totale de jalonnement).

    Pierre KOKOSZYNSKI

Accès

A partir de la gare de Douai

Pour la visualisation de l'accès, voir la carte réalisée sur Google ci-dessous.

  • Direction nord par le Boulevard de Liège muni d'une piste cyclable
  • rue de Lille : ici la piste cyclable a disparu, le trottoir étant loué probablement à un concessionaire automobile
  • rue de Râches
  • Pour la traversée du Pont de Lille, alors qu'un nouveau pont a été créé dans le cadre du TCSP (Transport en Commun en Site Propre), aucune voie cyclable n'a été prévue pour sortir de Douai : les cyclistes doivent théoriquement se mêler au flux de la circulation automobile.
  • Route de Tournai
  • Au rond-point, il faut prendre la deuxième rue à droite : la rue de Douai.
    La première rue à droite (avenue Gounod) mène à une ancienne cité minière en grande partie détruite, la cité Notre Dame.
  • Un pont semble solliciter vos mollets. Inutile de vous exciter. Il faut prendre la première rue à gauche : la rue Paul Vaillant Couturier. A titre indicatif, vous avez sur votre droite dans cette rue, l'une des trop rares mosquées du Douaisis.
  • La rue effectue un virage à 90° vers la droite pour donner sur la rue du rivage Gayant.
    Sans visibilité, vous continuerez vers la gauche en traversant l'ancienne voie ferrée qui desservait Air Liquide et qui est désormais abandonnée. Les transports d'Air Liquide se font dorénavant en camion : vive les transports durables ! Cependant, rien que pour emmerder les riverains adeptes des modes doux (vélos, personnes à mobilité réduite), les rails de chemin de fer ont été laissés sur place, obligeant à descendre de vélo si vous n'avez pas un VTT pour accéder au prolongement nord de la rue Lucien Moreau.
  • Juste après la traversée de la voie de chemin de fer, vous prenez l'ancien cavalier (voie de chemin de fer des mines) sur votre droite
  • Ce cavalier vous mène jusqu'à la rue Célestin Dubois, lieu particulièrement accidentogène : deux accidents mortels ont eu lieu dans cette rue dont l'un a eu pour victime une riveraine cycliste. Cependant, malgré la fréquence des accidents, cette rue n'a fait l'objet d'un projet d'aménagement destiné à réduire la vitesse de la part de nos élus que très récemment. En 2010, on peut voir une "ecluse timide' à l'entrée du village de Waziers (photo ci-dessous.
    Vous tournerez sur la gauche dans la rue Célestin Dubois.
  • Vous tournez ensuite directement sur la droite dans la rue Faidherbe à Waziers : le nom de ce militaire français artisan de la conquête coloniale du Sénégal est plutôt mal choisi pour une rue peuplée en grande partie d'immigrés maghrébins, dernière vague d'immigration liée à la mine. On notera que le document sur l'histoire de Waziers passe quasiment sous silence cette immigration maghrébine. Cette rue est bordée des deux côtés d'un coron (photo ci-dessous) typique de la première génération : maisons alignées à l'infini des deux côtés de la voirie.

    Rue Lucien Moreau, traversée d'une voie de chemin de fer desaffectée mais non démantelée

     


    Waziers, rue Célestin DUBOIS

     


    Waziers, rue Faidherbe, vue de l'ouest
  • Vous avez sur votre droite le Parc Bernicourt et la briqueterie Lamour, l'une des dernières briqueteries du Douaisis. La briqueterie du Raquet et la briqueterie d'Arleux ont en effet fermé leurs portes.
  • Briqueterie Lamour
  • Vous longerez le cimetière de Waziers
  • Vous traverserez la rue de l'Egalité

    Waziers, rue de l'Egalité
  • Ce n'est qu'après avoir traversé la rue de l'égalité que vous aurez le premier jalonnement de la voie verte !

Afficher accès galibots sur une carte plus grande
Proposition d'accès au Parc Bernicourt (Waziers) sur le "chemin des galibots"
à partir de la gare de Douai

Parcours

Parc d'activités de Bonnel (Lallaing)


photo prise en mai 2010 à l'ouest du Parc d'Activités de Bonnel

 

 
Hôtel d'entreprise de la CAD

Montigny en Ostrevent

Repères

La ville de Montigny en Ostrevent compte un peu moins de 4800 habitants en 2006 et a pour maire Monsieur Jean-Luc Coquerelle depuis 2001

La Faute sur Mer version ch'ti !

Certes, la commune se dépeuple depuis 1968 (elle comptait alors 5 760 habitants). Mais cela permet-il de laisser s'ériger une zone pavillonaire sur un terrain argileux gorgé d'eau comme on peut le voir sur les photos ci-contre et ci-dessous ?

 

Montigny en Ostrevent, mai 2010

Entre Montigny en Ostrevent et Pecquecourt, on aperçoit au sud la cité du Barrois également classée en Zone Urbaine Sensible

Pecquencourt


Chemin des Galibots, Pecquencourt, mai 2010

 


Chemin des galibots entre Rieulay et Somain, photo prise le 05/05/2010

SOMAIN

A l'entrée de Somain, le chemin bifurque sur la gauche vers l'est dans la rue Pierre SEMARD pour passer sous l'A21. Ensuite le chemin tourne vers la droite pour emprunter la route de TRAISNEL qui surplombe la gare de triage de Somain menacée de fermeture. On regrette que le tracé actuel renonce à traverser les villes de Somain et d'Aniche. On espère cependant qu'un jalonnement sera mis en place jusqu'à la gare de Somain tout comme pour la voie verte Orchies-Fenain.

Le Marquis de Traisnel (1), Seigneur de Villers au Tertre, Bugnicourt et Fressain, a foncé en 1773 l'"Association des Fosses de Villers au Tertre" qui deviendra ultérieurement la "Compagnie des Mines d'Aniche". Cette Compagnie a exploité 53 puits de mines dans le Douaisis.

 


Vue nord de la gare de triage de Somain

 


Gare de triage de Somain, vue sud

 


Chemin des galibots entre Somain et Aniche, photo prise le 05/05/2010. On devine, en arrière plan, l'église d'Aniche

 


Chemin des galibots entre Somain et Auberchicourt : traversée d'une ancienne voie ferrée électrifiée en voie de démantèlement !
Sur la gauche, on peut apercevoir les pylônes THT venant de la centrale thermique à charbon de Bouchain

En 2007, selon le site d'EDF, la centrale thermique de Bouchain a eu un facteur de charge de 24,6%, soit guère mieux qu'une éolienne ! Rappelons pour mémoire que les émissions de CO2 liées aux centrales thermiques à charbon sont parmi les plus élevées. On ne peut donc que se réjouir d'un rendement aussi médiocre.

Lewarde

 

Ecologie à la française

Le Centre de stockage de déchets non dangereux géré par SITA NORD GDF SUEZ est situé sur le lieu-dit "Les Planchettes". Celui-ci accueille pas moins de 160 000 tonnes de déchets par an sur une surface de 27 ha. En 2009, ce centre de stockage auparavant dénommé centre d'enfouissement a "bénéficié" d'une extension de 14ha, soit plus de 50% de sa surface précédente !

 

A priori, cette montée (photo ci-dessus) d'une déclivité probablement supérieure à 3% est tolérée sur les voies vertes sur une courte distance.

Guesnain

Guesnain, Parc Pecourt

Parcours d'obstacles

Une entrée sportive pour un cycliste digne d'un concours de lancer de vélos. Personnes fragiles, s'abstenir !


Guesnain, Parc Pecourt, mai 2009

Sin le Noble

station Altao de la société Altinnova

 


Sin le Noble, Café du vivier, photo prise le dimanche de pentecôte 31 mai 2009

On remarquera, dans le coin gauche de la photo, la présence de 4 vélos posés sur des pince-roues. N'ayant pas l'habitude des lieux, nous ne pouvons dire si ces 4 vélos sont un effet voie verte du chemin des galibots.

Une double piste cyclable de part et d'autred de la D13. Luxe suprême ? Non, pingrerie élémentaire : la double piste cyclable remplace en fait une passerelle qui aurait pu et aurait du franchir la D63 pour aller du vivier de Sin le Noble à la rue Henri Sébile. Un détour de presque 1 km faute de passerelle car, comme tout le monde le sait, quand on aime pédaler, le temps ne compte pas ! On peut d'ailleurs apercevoir en arrière-plan de la photo les panneaux photovoltaïques alimentant un feu orange avertissant de la traversée de piétons et de cyclistes sur une route à 90 km/h !

 
Sin le Noble, rue de la Porte de Fer, photo prise le vendredi 18 juin 2010

Curiosités à proximité

Château de Montmorency

Ce château est situé sur la commune de Montigny en Ostrevent et héberge un centre équestre géré par un CAT.

Liaison avec d'autres voies vertes

Voie verte de la Scarpe Inférieure

En partant de la rue d'Ancenis, vous pouvez rejoindre la voie verte de la Scarpe Inférieure en tournant à gauche sur la piste cyclable bidirectionnelle longeant la route de Pecquencourt. On retrouve l'éternel problèmes des pistes cyclables bidirectionnelles (PC2D) : d'une part, le tourne à gauche sur la PC2D en à partir de la rue d'Ancenis se fait avec peu de visibilité (on n'est pas à l'abri d'un chauffard qui viendrait de la rue de Pecquencourt et qui tournerait dans la rue d'Ancenis) ; d'autre part, quand on veut tourner à droite sur le chemin des tourbières : la bordure de trottoir a une hauteur de 13 cm (voir photo ci-dessous) et donc ne permet pas une traversée rapide de cet axe circulant. Un bateau (abaissement de trottoir) serait ici le bienvenu.


Agrandir le plan

 


Lallaing, cité du Moucheron

La cité du Moucheron, située en Zone Urbaine Sensible, est constituée de maisons Camus, du nom de l'entreprise de bâtiments qui a sévi dans les années 1950 avec des maisons industrielles à 1 ou 3 étages en béton préfabriqué très mal isolées et contenant apparemment de l'amiante.

Lallaing, chemin des tourbières
saule têtard

Sources