Journal d'un cycliste douaisien retour à la page d'accueil

L'Observateur du Douaisis du 12/10/06

Spectaculaire sortie de route : La voiture finit sa course contre la maison

Une fois de plus, les riverains de la rue Jean Jaurès ont connu un énième accident de la route, dans un secteur réputé dangereux.
Samedi soir, aux environs de 20 heures, un automobiliste venant de Râches a fini sa course sur le toit, juste devant la façade du n° 573 de ladite rue. La vitesse serait à l'origine de cette spectaculaire sortie de route, sans trop grande gravité pour le chauffeur. « La route est rétrécie et c'est encore plus dangereux » signalent quelques badauds présents sur les lieux. Car la mairie a procédé à des aménagements afin de réduire au maximum les risques de dépassement de vitesse, certains ne l'ont toujours pas compris.
J.M. V., résident de l'habitation en cause, ne semblait en rien surpris : « Cela fait sept ans que j'habite ici, je vois quotidiennement des excès de vitesse » constate-t-il amèrement. Les sapeurs pompiers ont utilisé leur matériel de désincarcération afin de dégager l'as du volant de sa fâcheuse position. Un temps inconscient, il a été transporté au centre hospitalier.

LA VOIX DU NORD DU MARDI 27 AOÛT 2002

Roost-Warendin : un cycliste tué

Après avoir percuté le cycliste, le véhicule a terminé sa course dans la haie d'une habitation voisine. Des témoins prétendent que ce serait déjà la troisième fois à cet endroit!

Plusieurs accidents, dont certains mortels, ont déjà eu lieu dans ce virage

« Vous savez, quand on habite ici, dans ce virage, il est dangereux de sortir de chez soi. » Lasse, l'air presque résigné, une voisine observe, abasourdie, le corps recouvert d'un drap qui gît sur la chaussée. C'est souvent qu'il y a des accidents ici. Il y a déjà eu plusieurs morts ! »

Dimanche 25 août 2002 à Roost-Waren-din, vers 21 h, un cycliste de la commune a été violemment percuté, à la sortie d'un virage, par un véhicule roulant à très vive allure. Tué sur le coup, une jambe arrachée, il a été projeté à une cinquantaine de mètres du point d'impact.

Louis Maurois, âgé de 65 ans, était connu de tous dans le quartier. « C'est lui qui promenait les enfants en calèche quand ils visitaient la ferme pédagogique. Ça va leur faire de la peine, c'est sûr », explique une personne arrivée rapidement sur les lieux de l'accident.

Deux jeunes majeurs ont été entendus par les services de police dans le cadre de ce drame. L'enquête doit notamment déterminer les responsabilités et le nombre des protagonistes. A noter qu'une des personnes présente dans le véhicule a été conduite à l'hôpital par les sapeurs-pompiers pour y recevoir des soins.

Emotion et réaction

Peu de temps après l'accident, Yves Dhainaut, maire de Roost-Warendin, s'est rendu au carrefour formé par les rues Jean-Jaurès et Albert-Camus , où s'est déroulé le drame. Rapidement interpellé par ses administrés sur l'inaction de la commune face aux multiples accidents de l'endroit, le premier magistrat s'est défendu en expliquant, à raison, que la rue Jean-Jaurès est en fait le CD 320. A ce titre, seul le conseil général peut intervenir sur cette voie. Yves Dhainaut a aussi rappelé avoir alerté et relancé à maintes reprises les autorités compétentes sur la dangerosité du site.

Les riverains ont décidé de lancer une pétition réclamant des moyens rapides pour que l'accident d'hier ne se reproduise plus.

B. DEMEULENAERE

LA VOIX DU NORD DU JEUDI 29 AOÛT 2002

ROOST-WARENDIN

Le présumé chauffard est identifié

Suite à l'accident qui a coûté la vie, dimanche, à un cycliste roost-warendinois de 65 ans, les services de police de Douai ontfait la lumière sur les déclarations des deux personnes mises en examen.

L'enquête démontrerait finalement qu'un seul et unique individu se trouvait dans le véhicule qui a percuté M. Louis Maurois à la nuit tombante. L'automobiliste, blessé lors de l'accident, avait d'ailleurs été secouru par les sapeurs-pompiers. Selon nos informations, le présumé chauffard, dont le test de dépistage d'alcoolémie s'est avéré positif (1,5 g d'alcool dans le sang) lors de son admission à l'hôpital, habiterait aussi Roost-Warendin.

L'auteur présumé de cet accident comparaîtra, libre, devant les tribunaux le 17 septembre prochain, pour homicide involontaire.

LA VOIX DU NORD DU Samedi 07 Septembre 2002

Insécurité routière A Roost-Warendin, après l’accident mortel de la rue Jean-Jaurès, les riverains et la commune réagissent.

Pour éviter toute nouvelle tragédie

Deux semaines après le terrible accident qui a coûté la vie à un cycliste habitant de la commune, l’émotion reste vive à Roost-Warendin. Le trop fameux virage de la rue Jean-Jaurès est un vrai point noir avec, pour preuves, depuis des années, de nombreux accidents de la circulation dont hélas, plusieurs fatals...
Les riverains de cette voirie départementale s’inquiètent de cette situation qui n’est pas sans remettre en cause leur sécurité, malgré les équipements déjà en place (éclairage de la rue, panneaux et clignotants avertisseurs).
Mais ces efforts financiers, si louables soient-ils, sont visiblement insuffisants pour éviter un nouveau drame. La démonstration en a encore été donnée, le 25 août (notre photo).
Pourtant la cause de cette insécurité routière relève pour l’essentiel, non pas du profil général de la voie, mais bien du comportement des conducteurs.
En effet, nombre d’automobilistes, épris de vitesse, profitent souvent de la belle route rectiligne qui termine dans ce virage, pour titiller le champignon.
En novembre dernier, un contrôle avait permis de vérifier la vitesse de soixante-dix véhicules. Supposés rouler à 50 km/h , quinze d’entre eux étaient passés devant le radar à plus de 65 km/h.

commentaire de Droit D'Vélo

On a donc plus d'un conducteur sur 5 qui roule à plus de 15 km/h au delà de la vitesse autorisée, ce qui accroît la gravité du choc en cas d'accident de 70% et même plus. L'énergie cinétique est en effet proportionnelle au carré de la vitesse.
Les deux phrases précédentes sont en fait contradictoires : toute route parfaitement rectiligne dont s'enorgueillit la DDE incite "mécaniquement" à dépasser les vitesses autorisées.
Les projets proposés en fin d'article visent d'ailleurs à "casser la vitesse". Il faut à tout prix qu'il y ait un changement de mentalité dans les D.D.E. qui ont, pendant de trop longues années, "raisonné" uniquement en faveur de l'automobile, en oubliant les piétons et les cyclistes.

L’un d’eux filait même à 122 km/h ! Et une camionnette fut surprise à 95 km/h.
Et comme si cet excès de confiance n’était pas suffisant pour créer des problèmes, cette vitesse est parfois aggravée par l'alcoolémie au volant...

Une voirie départementale

Nous l’avons dit plus haut, la rue Jean-Jaurès est en réalité une voie à compétence départementale, le CD 320. Son entretien et ses travaux d’aménagement échappent pour l’essentiel à la responsabilité de la municipalité. Des démarches auprès des autorités compétentes - le conseil général - ont été régulièrement effectuées et relancées... Les études sont en cours.
Mais voilà ! Le décès de Louis Maurois, très apprécié dans la commune, est la goutte qui fait déborder le vase. Les riverains n’acceptent plus de patienter.
Ils ont décidé de constituer un « comité de citoyens responsables ».
Une première rencontre, impromptue, a eu lieu, en l’absence du premier magistrat, avec Lionel Courdavault, premier adjoint de Roost-Warendin. La discussion a permis à chacune des parties de démontrer leur volonté commune de voir le problème solutionné au plus tôt.

Un plan d’action sur quatre ans

Les dernières démarches, entreprises par la mairie auprès du Département au lendemain du drame du 25 août, ont débouché sur la promesse d’une « présentation, pour la fin du mois d’octobre, d’un avant-projet d’aménagement de l’axe routier Râches - Roost ».
Plusieurs solutions sont envisageables. Celles-ci seront d’ailleurs exposées, durant la foire de Douai, sur le stand de la ville de Roost-Warendin qui y présentera son programme d’action pour les quatre années à venir et ce, en termes de bien-être de la population, de culture, de patrimoine et surtout de... sécurité routière. En effet, la commune de Roost présente la particularité d’avoir des voies principales d’accès (les rues Ferrer, Brossolette et Jaurès-Vaillant), qui s’apparentent toutes à de longues lignes droites et de belle largeur, que ce soit en venant de Douai, de Râches ou d’Auby.

Tout faire pour réduire les risques

Le projet retenu et co-financé par la commune et les services départementaux, et qui fera l’objet d’une consultation et d’une large communication auprès de la population sur le choix des projets, vise à réduire, de manière « mécanique », les possibilités d’enfreindre les limitations de vitesse et donc de mettre en danger la vie des usagers. Parmi les idées qui seront peut-être retenues figurent la réduction de la largeur de la bande de roulement, l’installation d’îlots centraux, la redéfinition du stationnement, la création d’une vraie voie cyclable, d’équipements de sécurité aux abords des écoles, de chicanes et d’un giratoire à la sortie de la zone d’activité de l’Escarpelle. Ce catalogue d’aménagements pourra apparaître à certains comme étant particulièrement contraignant mais ce n’est rien par rapport aux séquelles et à la douleur que génèrent les accidents de la route. Et lorsque l’automobiliste n’est plus un être raisonnable, il faut savoir lui imposer des règles de bonne conduite. Il en va de l'intérêt général et du respect de l’autre.

B.D. et J.-P. E.

LA VOIX DU NORD DU SAMEDI 21 SEPTEMBRE 2002

Tribunal correctionnel
René Lebel, 29 ans, de Roost-Warendin, comparaissait mardi pour défaut de maîtrise de son véhicule et homicide involontaire...
A l'arrivée de la police, il avait prétendu n'être que le passager de l'auto, le vrai conducteur s'étant enfui. Manque de chance pour lui, s'il avait été effectivement passager, il aurait sans doute été lui aussi tué dans l'accident, puisque la voiture a fini sa course dans un poteau.
Le ministère public avait requis deux ans..Au final, ce seront cinq ans de prison, dont trois avec sursis et mise à l'épreuve, avec interdiction de repasser le permis pendant cinq ans.

L'Observateur du Douaisis du 30 Janvier 2003

Conseil municipal de Roost-Warendin : Travaux rue Ferrer

La première tranche des travaux qui doivent être réalisés le long de la rue Ferrer fait actuellement l'objet d'un arbitrage entre la municipalité et le conseil général. Le premier adjoint, Lionel Courdavault, a tenté de déblayer un peu la route...Le CD 58 ferait tout d'abord l'objet d'aménagements de sécurité en direction tout à la fois des voitures, des piétons et des cycles (îlots centraux, pistes cyclables, etc.). La rénovation de l'éclairage public est également à l'ordre du jour depuis la sortie de la rocade jusqu'à l'entrée de la zone d'activités de l'Escarpelle. L'estimation financière des travaux est chiffrée à plus de 73 000 euros hors taxes. La commune prendra en charge la maîtrise d'ouvrage globale de l'opération

Maxence Schoene