Journal d'un cycliste douaisien retour à la page d'accueil

LETTRE DE DROIT D'VELO
ENVOYEE A MADAME PEZIN, maire de Sin le Noble

PREAMBULE

Madame Pezin est également Vice-Présidente du S.M.T.D. (Syndicat Mixte des Transports du Douaisis). On peut lire dans TUB loisirs de mars 2003, que les membres du bureau du SMTD "sont à votre écoute et se tiennent à votre disposition en matière de transport public. Cependant, 6 mois après l'envoi de notre lettre, nous n'avons toujours pas eu de réponse !
Pourtant, les remarques que nous faisons dans cette lettre sont partagées tant par les cyclistes réguliers que par les cyclistes occasionnels ( voir le billet d'André DUBUC, Directeur du Centre Historique Minier de Lewarde).
La volonté de développer la pratique du vélo est l'un des objectifs du PDU (Plan de Déplacements Urbains). Si l'on veut que celle-ci ne soit pas qu'un voeu pieux, il faut qu'elle se concrétise rapidement par des réalisations concrètes.

La lettre

Douai, le 25 février 2003

Objet : Insécurité permanente pour les modes de déplacement doux

Madame le Maire,

Droit D'Vélo, association de défense des cyclistes au quotidien du Douaisis, est un partenaire du PDU et se bat pour des parcours cyclistes sécurisés, continus et sans détours inutiles.

Promenade cycliste du Dimanche 16 mars 2003

Nous vous invitons à notre ballade du Dimanche 16 Mars 2003 qui partira de la Place d'Armes à 9h30 pour un parcours cycliste d'une vingtaine de kilomètres à une allure modérée. Ce parcours a été conçu par un habitant de votre commune : Antoine Guérard, adhérent de notre Association mais aussi cyclotouriste passionné appartenant aux Randonneurs du Douaisis.
Notre promenade se voulait au départ pédagogique et touristique : découverte du maraîchage, activité en voie de disparition au profit d'une urbanisation couteuse pour la collectivité (terrains soumis à une remontée de la nappe phréatique), vivier de Sin le Noble, diversité de l'urbanisation dans la commune. Nous vous invitons à nous accompagner dans ce périple à travers votre ville, à un rythme qui permet de redécouvrir Sin le Noble et ses habitants. Vous vous rendrez compte d'une part, que des personnes se déplacent encore à pied ou à vélo et d'autre part, de la condition consternante-c'est malheureusement le seul mot qui convient- qui leur est réservée sur leur parcours.
Sans entrer dans une analyse exhaustive des différents dysfonctionnements, nous nous contenterons d'évoquer trois points.
Notre Association avait rencontré la municipalité précédente en 1998 pour évoquer les problèmes de déplacement à vélo, entre autres sur la RN 43 et la RN 45. Monsieur Philippe Delrue, adhérent de l'association Droit au Vélo de Lille avait également interpellé, en août 1999, les différentes communes concernées par le rond-point de l'hôpital de Dechy ainsi que le SMAEZI et la DDE.
Or, malheureusement, rien n'a changé ou presque. Les simulacres d'aménagements cyclables autour de l'hôpital de Dechy sont particulièrement mal conçus.

1) Conditions de circulation sur la RN 45

Sur la RN 45, dans le meilleur des cas, il existe une piste cyclable en piteux état et d'un seul côté, morcelée mais par des aménagements successifs de voirie et cannibalisée par le stationnement sauvage des voitures. Et pourtant la largeur de la Voirie permet d'y installer dans un premier temps et pour un coût dérisoire, deux bandes cyclables confortables d'une largeur minimale de 1,20 mètres hors marquage avec un complément de 50 cm en cas de stationnement latéral. Ceci réduirait avantageusement la largeur de la voirie et contribuerait à modérer la vitesse automobile de façon beaucoup plus intelligente qu'une bande centrale condamnée à toute circulation. Devra-t-on encore attendre les travaux de réaménagement de la voirie liés au TCSP pour voir apparaître des pistes cyclables rendues obligatoires par le PDU le long de cet axe ?
Ayant du rentrer à pied depuis le rond-point au carrefour de la rocade est et de la RN 45, j'ai pu apprécier la vitesse vertigineuse de certaines voitures, vitesse favorisée par la largeur de la voirie et l'absence de feux tricolores entre la rue Jules Guesdes et ce rond-point, soit sur une distance de 1300 mètres. Un cinémomètre, appareil mesurant la vitesse des voitures, a-t-il déjà été posé sur cet axe? Dans l'affirmative, nous aimerions en connaître les conclusions. Dans la négative, cette mesure permettant d'établir un état des lieux, est-elle envisagée ?

2) Piste cyclable le long de la Rocade Est

Lors de la reconnaissance de l'itinéraire le Dimanche 23/02/2003, nous avons emprunté la piste cyclable le long de la Rocade est . Celle-ci est malheureusement inutilisable! La végétation venait d'y être girobroyée et les innombrables canettes de bière qui s'y trouvaient, ont été pulvérisées sur la chaussée. Ceci s'est fatalement terminé par une crevaison sur cet endroit réservé aux cyclistes. Les pratiquants de la bicyclette seraient-ils condamnés à un retour au passé et à devoir adopter des pneus pleins, voire les roues en bois de la draisienne pour pouvoir se mouvoir ? Un girobroyage des bordures ne devrait-il pas être suivi immédiatement par un balayage ?

3) Rue du Bois des Retz

Madame Roselyne Naegelen, âgée de 42 ans, a été victime d'un dépassement absurde et criminel dans cette rue le 19 Décembre 2002. Ayant appris que l'endroit du drame était marqué par quelques fleurs, j'ai souhaité y retourner après avoir assisté à l'enterrement qui était une cérémonie poignante. Or, ironie du sort, malgré la présence d'un dépôt de la DDE, aucun panneau d'interdiction de dépassement d'une voiture par une autre n'a encore été posé. Ceci contribue à perpétuer ce genre de pratique criminelle dans cette rue particulièrement étroite, ce type de dépassement (auquel j'ai pu assister à nouveau au même endroit!) ne pouvant s'effectuer qu'en violant la vitesse maximale de 50 km/h. J'ai appris par Madame Guss qui habite cette rue, que l'éclairage y avait été accentué. J'ai regretté que les panneaux posés dans la rue par cette habitante du quartier et pouvant contribuer à sensibiliser certains automobilistes, avaient été arrachés de façon anonyme. Je rappelle que ce type d'initiative peut aussi être pris par les municipalités. Malgré la faible densité de ce quartier de Sin le Noble, nous aimerions savoir si d'autres mesures d'aménagement de cet axe sont prévues.
Nous nous étonnons aussi de l'absence dramatique d'aménagements cyclables malgré la redondance de la voirie : la D58 et la D500 sont deux voies parallèles d'accès à la rocade nord. Nous proposons que la rue du Bois des Retz comprise entre la déchetterie et la rocade soit réservée aux modes de déplacement doux (vélo, marche à pied) et interdite aux voitures, la gêne y étant minime en l'absence de riverains. Nous aimerions voir apparaître ne serait-ce qu'une bande cyclable autour du rond-point au carrefour de la D58 et de la rocade nord.

Conclusion : Pour une approche du déplacement plus humaine

En comparaison des chiffres nationaux (moins de 250 cyclistes morts en 2002), le périmètre du PDU qui compte à peine 200 000 habitants, se caractérise par un taux alarmant de morts de cyclistes (taux plus que trois fois supérieur à la moyenne nationale). Il est urgent de réagir. Il est souhaitable qu'élus et associations se rencontrent pour échanger leurs expériences respectives, mettre les problèmes à plat et tenter de les résoudre rapidement. Comme le rappelait Albert Jacquart dans sa conférence du 6 Février 2003 à Douai, l'unidimensionnalité aboutit inévitablement à la régression et débouche sur la barbarie. Or les techniciens de la voirie n'ont malheureusement travaillé qu'avec l'objectif de favoriser les flux automobiles. La construction de la rocade nord est, à cet égard, révélatrice : on ne compte plus les quartiers coupés en deux le long de son parcours au plus grand mépris des populations riveraines tant au niveau du bruit que des déplacements : à l'heure actuelle, toujours pas de mur anti-bruit et les aménagements destinés à préserver les modes de déplacement doux n'ont pas encore vu le jour. L'Etat, face à cette dérive technocratique, a envoyé une circulaire aux D.D.E. (instruction du 31-10-02) pour réorienter leur politique.
Restant à votre disposition pour que le PDU ne soit pas lettre morte et ne se limite plus à de pieuses déclaration d'intention en faveur des modes de déplacement durables, je vous prie d'accepter, Madame le Maire, mes salutations cyclistes.