Développement soutenable en Europe

Consommation d'énergie et habitat

Repères

En données corrigées du climat, la France consomme 1,9 tep (tonne équivalent pétrole) en 2006 ou 22 100 kwh par logement soit au moins 8% de plus que la Suède ou le Danemark (1,75 tep ou 20 300 kwh), l'Allemagne (1,7 tep ou moins de 20 000 kwh), la Norvège (1,6 tep ou 18600 kwh). Cette consommation est même supérieure de 24% à celle des logements aux Pays Bas (1,45 tep ou moins de 17 000 kwh) et en Finlande (1,43 tep).

Source

tableau "Unit consumption per dweeling adjusted to average climate (2006)" de la base de données européenne

Voyage autour du monde à vélo
à la découverte de l'autoconstruction et de l'écoconstruction

La relation des voyages à vélo autour du monde ont tendance à m'exaspérer. Les poncifs du genre y sont légion : place importante accordée aux difficultés du voyage, paysages magnifiques et sublimes traversés, gens éminemment sympathiques ou antipathiques rencontrés. Le voyage se réduit à une expérience personnelle inoubliable mais en général difficilement transmissible (on ne s'improvise pas écrivain). Je suis également allergique au vélo pour le vélo. Ici, le voyage a un but, l'étude de l'écoconstruction, thème d'actualité. Rappelons, qu'en France le secteur résidentiel tertiaire est le deuxième consommateur d'énergie (20%) après celui des transports qui arrive loin devant (30%).

C'est le témoignage que nous proposait Ruth Stegassy dans l'émission Terre à Terre de France Culture (le samedi matin entre 7h et 8h) en invitant les acteurs de ce voyage Cathy Dubourg et Thierry Baffou. Vous pouvez écouter cette émission jusqu'au 17 février 2006.Cette émission était la cinquième d'une série consacrée à l'écoconstruction et à l'autoconstruction.
Thierry et Cathy sont partis à vélo avec leurs deux enfants transportés en carriole dans un voyage autour du monde en 1998 à la découverte des techniques de l'écoconstruction.

Le voyage de ces deux mayennais a commencé à Zakopane, ville du sud de la Pologne au pied des Tatras. Zakopane pratique encore la technique traditionnelle de construction de maisons en rondins de bois, technique transmise essentiellement oralement.
Le voyage s'est poursuivi en Australie, pays où existent des écovillages dès les années 1970 en particulier vers Brisbane, à l'est de l'Australie. La technique traditionnelle du pisé y a été industrialisée, ce qui permet un travail plus rapide et à moindre coût. Notons que, dans ces écovillages, la vitesse des véhicules est limitée à 30 km/h.

Nouvelle-Zélande : découverte des maisons à toiture végétale et rencontre de Friedrich Hundertwasser, peintre autrichien (1928-2000) mais aussi architecte iconoclaste : il abhorrait la ligne droite, le clacissisme, la symétrie et la soumission à un style, quel qu'il soit. C'était aussi un écologiste soucieux de l'intégration du bâti dans l'environnement, l'un des premiers à promouvoir la technique des toilettes sèches et le lagunage pour le traitement des eaux grises (eaux domestiques) . Il initia également les premières toitures végétales à Vienne, où il a été jusqu'à mettre des chênes sur les toits.

la maison écologique selon Hundertwasser
Hundertwasser : "Première ébauche d'arbre locataire",
encre et aquarelle, 1973
© Le Monde

Canada : Rencontre de Michel Bergeron, architecte développant des maisons en paille à ossature bois. Michel Bergeron est aussi l'un des fondateurs en 1991 de l'association sans but lucratif ARCHIBIO qui s'est fixé comme objectif de promouvoir l'habitat durable. Lors de leur séjour au Québec, Thierry et Cathy participèrent à la réalisation, en plein coeur de Montréal, d'une maison de trois étages à ossature bois avec remplissage en paille.

Mise en pratique

De retour au pays, il s'avéra que la mise en pratique des principes bioclimatiques était peu adaptée à la rénovation d'une maison traditionnelle en pierre.

Bilan des courses :

Maison de plus de 150 m² habitables sans étage construite en paille avec ossature bois et à construction de laquelle 150 personnes ont participé. La paille assure une isolation thermique équivalente à 20-25 cm de laine de roche. L'un des principes régissant l'écoconstruction réside entre autres dans la volonté de minimiser l'énergie grise, c'est à dire l'énergie nécessaire à la production des matériaux. Ce principe explique la préférence pour la paille par rapport à la laine de roche. Les murs intérieurs ont une masse totale de 20 tonnes et sont réalisés en pisé. La masse des murs assure un volant thermique permettant de conserver la chaleur en hiver et, réciproquement, la fraîcheur en été.
L'eau chaude domestique est assurée à 70% par un chauffe-eau solaire. La facture énergétique s'élève à 150 € par an et correspond à l'achat du bois de chauffage. L'appoint de chauffage est assuré par une cuisinière à bois bûche. Si je me réfère à la consommation en gaz d'une vieille maison de taille équivalente et non isolée en Nord-Pas de Calais, cela fait une consommation équivalente à un mois de chauffage !
La maison possède également quelques panneaux photovoltaïques et une éolienne.
Le choix de toilettes sèches a été effectué, ce qui permet de réduire la surface de lagunage nécessaire au traitement des eaux usées de 25m² à 5m².

Durée de construction de la maison : 18 mois

Coût de la maison : 50 000 €. Le prix de la maison Borloo (100 000 €) est ainsi pulvérisé. L'interview ne précise cependant pas si le coût du terrain est inclus dans le prix de la maison.

P.K.

Pour en savoir plus, vous pouvez acheter le livre autoédité qui retrace cette expérience, livre que je n'ai pas lu.
Cathy Dubourg et Thierry Baffou : "Un voyage à d'autres"
Editions Goutte de sable
La Roussière
53400 Athée
02 43 12 24 94
Site internet : http://www.gouttedesable.fr/ sur lequel vous pouvez trouver et acheter d'autres livres.

Encyclopédie web de l'autoconstruction et de l'écoconstruction à travers le monde

Tel apparaît le site Habiter autrement qui fourmille de liens internets avec, de surcroît, une description rapide de chaque site. Même si ce site est à priori loin d'être exhaustif, celui-ci n'en constitue pas moins une véritable mine d'informations.

retour au sommaire

La maison en rondins de bois : une tradition également française


gîte du bois de la côte construit en 1986 sur la Mittellandroute à quelques km de Lausanne (Suisse)

On remarquera la présence d'un panneau solaire sur le toit

On admirera la gouttière faite d'un seul tronc d'arbre.

Une maison de qualité à 15 € /jour ?

L’article

de Georges Châtain publié dans l’édition du 01/06/2008 évoquait un reportage sur l’association Bois sacré, technique et civilisation du bois sise sur la commune de Lamazière-Basse en Corrèze, un village de 280 habitants, dans la clairière de la Combe Noire.

La maison en rondins de bois (fuste) est construite par les fustiers à partir de troncs de bois de 25cm à 40 cm de diamètre issus de préférence de forêts de moyenne altitude. Le bois de référence est actuellement le résineux : épicéa, sapin, pin douglas.

En France, ce mode de construction serait originaire de la vallée du Queyras, dans les hautes Alpes, entre Briançon et la frontière italienne.

En plus de ses qualités thermiques et de sa capacité à régulier l’hygrométrie de l’air, le bois étant un matériau vivant, l’un des atouts supplémentaires de la maison en rondins de bois serait la possibilité d’utiliser du bois local au lieu d’importer du bois de l’extrême nord de par la technique de construction.

Or, bien que la forêt française soit la première forêt d’Europe, selon le rapport Bianco publié en 1998, la France ne comptait à cette époque que 100 à 150 constructeurs bois spécialisés.

Autoconstruire en bois.

Selon le site de l’association, la matière première constituée des grumes de bois brut aurait un prix défiant toute concurrence et relativement stable (entre 60 H.T. et 80 € H.T. le m3). Pour une maison de 100 m², entre 60 et 100 m3 seraient nécessaires, soit un coût de 8000 H.T. (la TVA sur le bois est de 5,5%) pour l’ossature bois de la maison. Pour terminer la maison, il faudrait compter au minimum 300 €/m rien que pour les matériaux. Soit un coût total de 38 000 € H.T. Et surtout du temps (compter entre 6 mois et un an pour autoconstruire sa maison en bois) et certainement d’évidentes qualités manuelles.

Faire construire sa maison en rondins de bois.

Parmi les 4 liens internet fournis par un lecteur de l’article du Monde, une seule entreprise propose une fourchette de prix pour les maisons en bois. Le site internet http://www.bois-logis.com/ annonce ainsi des prix allant de 550 € H.T. à 670 € H.T./m². Le prix apparemment reste encore plus que raisonnable avec une maison de 100 m² à 67 000 € H.T.

association Bois sacré, technique et civilisation du bois

Le Président de l’association en est Thierry Houdart, ingénieur en techniques du bois.

Cette association organise depuis 1999 des chantiers-école sur la construction en rondins de bois et a accueilli, depuis la mise en place de ces stages, quelques 600 stagiaires (environ 60 stagiaires/an). Les stages d’initiation accueillent entre 6 et 9 stagiaires pour une durée de 6 jours. A titre indicatif, au 2 juin 2008, les stages d’initiation de la saison 2008 (avril à septembre 2008) étaient tous complets.

Sources :

4 sites vitrines ne proposant guère que des photos de réalisations mais dont un seul propose une fourchette de prix (voir plus haut).

Sans conteste, le site de référence reste celui de l’association sur lequel vous pourrez trouver de nombreux liens ainsi qu’une bibliographie dont une partie est éditée sur place par les Editions de la Maïade dirigées par Marie-France Houdard.

ère

Maisons en paille

Le numéro 48 de décembre 2008-janvier 2009 de la revue bimestrielle "La Maison écologique" comporte, entre autres, un dossier de 11 pages (p.23 à 33) sur la construction de maisons en paille intitulé : "Maison en paille, c'est du solide".

Habitats éphémères ou mobiles

Une association, (habitats de logements éphémères ou mobiles) ,
se fait l'écho des luttes de défense de ce type d'habitat.

Ecoquartiers

Quelques Réalisations existantes

Eva Lanxmeer (Pays Bas)

Cet écoquartier situé à Culemborg aux Pays Bas possède un site internet en néerlandais : http://www.eva-lanxmeer.nl/

Vauban (Allemagne)

Cet écoquartier fait l'objet d'un article sur ce site

Vesterbro (Danemark)

Cet écoquartier fait l'objet de deux compte-rendus, l'un sur le site du MEDAD consacré aux écoquartiers : http://www.ecoquartiers.developpement-durable.gouv.fr/. Le deuxième compte-rendu plus conséquent est disponible au format .pdf sur le site de l'agence de développement et d'Urbanisme (ADU) de Lille-Métropole. Quel que soit le compte-rendu, on y retrouve les mêmes photos, ce qui explique la piètre qualité des photos sur le site du MEDAD (photos visiblement scannées pour être ensuite mises sur le net).

Pour aller plus loin

L'association suisse ecoparc propose sur son site internet http://www.ecoparc.ch/html/fr/0263a_fr.html, la description rapide d'une douzaine de quartiers durables dans 6 pays européens :

Chaque écoquartier est en outre accompagné d'une compilation de sites internets les évoquant.

Projets

ISOLATION ECOLOGIQUE
NÉGOCIANTS SPÉCIALISÉS

FRANCE

En Octobre 2006, ils n'étaient que 42 négociants (1) spécialisés pour 61,5 millions d'habitants (2) de France métropolitaine et 30,6 millions de logements dont 25,6 millions de résidences principales (3). On a donc un négociant spécialisé en isolation écologique pour 1,5 million d'habitants ou 730 000 logements dont 610 000 résidences principales. Des chiffres qui dénotent le manque d'intérêt actuel des français pour l'écologie concrète bien que Nicolas Hulot fasse un tabac selon certains.

  • cliquez sur le logo pour accéder au site de l'entreprise : Kbane est une chaîne de magasins de produits écologiques qui possède début 2012, trois magasins dans le nord de la France : un à Lille, un deuxième à Valenciennes et le troisième à Rouen.

 

Nord-Pas de Calais

Le Nord-Pas de Calais apparaît comme la lanterne rouge puisqu'il ne comptait, en octobre 2006, qu'un seul négociant de ce type malgré une population de 4 millions d'habitants et 1,6 millions de logements.

NATURE HOME-BURETTE Michel
Rue du Château, 62500 BOISDINGHEM
Tél. : 03 21 39 79 07 ; Fax : 03 21 39 00 39
couriel : nature.home@wanadoo.fr


5, route de Marquise
62142 COLEMBERT
Site internet : http://biopale.fr/
Entreprise de vente de matériaux sains pour construire, rénover mais aussi décorer ainsi que de la papeterie et des produits de nettoyage écologique.
Entreprise qui ne se contente pas de vendre mais assure aussi un rôle de conseil et d'interface avec des professionnels.

BELGIQUE

La Wallonnie et la Région de Bruxelles-Capitale font mieux que la France avec 5 négociants spécialisés pour 4,5 millions d'habitants soit un négociant pour 900 000 habitants.
On peut regretter que le livre de Jean-Pierre Oliva ne cite pas, malgré la querelle linguistique, les négociants de la Région Flamande qui, nous n'en doutons pas, maîtrisent la langue française et ont une proximité géographique avec la France aussi grande que la région wallonne.

ÉCOBÂTI
ZI d'Alleur, 18 b, rue du Parc,
B-4432 ALLEUR (Province de Liège)
Tél. : 00 32 42 46 32 49 ; Fax : 00 32 42 47 06 07

FARBECO
Rue Émile-Henricot, 21
B-1490 COURT SAINT ETIENNE (Province du Brabant Wallon)
Tél. : 00 32 10 61 50 66 ; Fax : 00 32 10 61 54 98

L'AURORE BORÉALE
1, rue de l'Ouvrage
B-5000 NAMUR
Tél. : 00 32 81 22 65 61 ; Fax : 00 32 81 22 65 61

LOGIC NATURE
15, Grand-Place
B-7500 SAINT MAUR (Commune de Tournai)
Tél. : 00 32 69 84 45 45 ; Fax : 00 32 69 84 45 45

NATURELLEMENT
Rue Masui, 6
B-1000 BRUXELLES
Tél. : 00 32 22 03 45 07 ; Fax : 00 32 22 03 42 06


Adresse
Seulestraat 100
B-8950 Nieuwkerke
site internet : http://www.petersteen.be/
Nous avons rajouté cette entreprise flamande dont le logo est la mythique ammonite car elle est située à proximité de la frontière française à moins de 10 km de Bailleul et d'Armentières. De fait, cette entreprise dont le site est bilingue (français, flamand), propose de nombreuses solutions écologiques et matériaux naturels (natuurlijke materialen) , dalles, poêles de Tighelaar, liants, peintures, produits d'entretien, bois tant d'intérieur (parquets entre autres) que d'extérieur, matériaux d'isolation dont certains à base de chanvre mais aussi des solutions de traitement des eaux usées par lagunage.


Afficher petersteen_nieuwkerke sur une carte plus grande

Quelques sites internet et revues

  • http://www.maisonbio.info/ : Annuaire de l'éco-construction et de matériaux écologiques qui recense plus de 990 éco-entreprises. Le 13/02/2012, le site était en maintenance et nous n'avons pu le consulter.

LIBERATION du jeudi 9 février 2006

«25 maisons écologiques»

L'habitat écologique fait de plus en plus d'adeptes. Le concept se résume en trois points : intégration au territoire, confort thermique été et hiver, choix raisonné des matériaux de construction. Pour ceux qui craignent qu'une maison bio s'apparente plus à la maison des trois petits cochons qu'à une oeuvre architecturale, voici un ouvrage à déguster les yeux rivés sur son PEL. Chine, Australie, Finlande, ce tour du monde de la maison bioclimatique fait rêver avant de convaincre. Mention spéciale à une maison en pierre semi-enterrée sur le Causse de Gramat, qui s'intègre littéralement dans le paysage, comprend piscine et vue imprenable depuis le sommet de la colline(sic !) ... 200 000 euros les 160 m². Une misère comparée aux tarifs immobiliers pratiqués à Paris.

Laure NOUALHAT

sic ! : houps, remarque du webmestre

25 Maisons écologiques, Editions le Moniteur, 45 €.

Retour au sommaire

Sources

    1 : cliquez sur l'image pour accéder au site de Terre Vivante

    Source : L'isolation écologique de Jean-Pierre Oliva octobre 2006, Editons Terre Vivante ; les adresses sont extraites également de ce site.

  • 1 : document "Plan Climat Nord-Pas de Calais, Cap sur les enjeux et les actions, Etat des lieux 2008"
  • population et nombre de logements : résumé statistique du Pas de Calais sur le site "statistiques locales" de l'INSEE
  • capacité éolienne en Nord-Pas de Calais : site "suivi de production de l'éolien" réalisé par l'ADEME ;
  • production électrique d'origine éolienne : article paru dans le quotidien "La Voix du Nord" du 16/02/2010 sous la plume de Jean-Marc Petit "Avec les vents du Nord...le plus grand champ éolien de France à Fruges" ;
  • En 2007, la consommation électrique a été de 36,5 Twh dans la région Nord-Pas de Calais selon l'article paru dans le quotidien "La Voix du Nord" du 03/05/2008 sous la plume de Jean-Marc Petit "Les réseaux électriques régionaux branchés sur de nouvelles productions"
  • 2 : Source : INSEE
  • 3 : Source : INSEE Première n°1060 Janvier 2006

Facteur 4 dans le secteur résidentiel

C'était la deuxième émission diffusée le samedi 9 septembre 2006, d'une série consacrée à la maîtrise de l'énergie dans l'émission "Terre à Terre" de France Culture animée par Ruth Stegassy.
L'invité était Olivier Sidler, ingénieur, Directeur de la société ENERTECH. Vous pouvez réécouter cette émission pendant 2 mois sur le site de l'émission et même la podcaster.
Ci-dessous, quelques éléments d'information notés à la volée lors de l'émission.

Le secteur résidentiel tertiaire représente 40% de la consommation d'énergie en France. Réduire la consommation de ce secteur le plus gourmand en énergie d'un facteur 4, c'est possible d'ici 2050 avec des technologies qui existent déjà soit en France, soit en Allemagne (ce dernier pays a d'ailleurs une bonne longueur d'avance sur l'hexagone dans ce domaine).
Deux grands domaines sont concernés

La construction neuve

Certaines régions françaises telles que la région Rhône-Alpes sont à cet égard pionnières. Ainsi, la Communauté Urbaine de Lyon a d'ores et déjà adopté des normes de consommation d'énergie inférieures de 40% aux normes nationales pour ce qui concerne tout nouveau projet immobilier. L'agglomération grenobloise s'apprêterait à adopter les mêmes règles.

L'ancien

C'est certainement le domaine où les économies d'énergie sont le plus importantes. Selon Thierry Salomon, Président de l'association Négawatt, l'habitat antérieur à 1980 (27 millions de logements en France) consomme près de trois fois plus que les logements actuels : 300 kwh par m² contre une centaine.
Il s'agit, d'ici 2050, d'isoler 400 000 logements antérieurs à 1975 par an à partir de quelques principes de base : 15 cm d'épaisseur (équivalent laine de roche) sur les murs extérieurs, 30 cm d'épaisseur sous le toit, triple vitrage, chaudière à condensation pour les maisons équipées d'un chauffage central au gaz (Sidler rappelle en passant que le chauffage électrique constitue une aberration énergétique).
Le surcoût d'une telle isolation serait de l'ordre de 8% lors de l'achat dans l'ancien. Mais étant donné les taux d'intérêt actuels à long terme (4,5%) pratiqués dans l'immobilier, cet investissement serait rentabilisé dès la première année même au prix actuel de l'énergie (75$ le baril en 2006 mais de nombreux analystes prévoient un coût de 300 $ le baril à terme).
Les atouts de la réhabilitation : la création de 200 000 emplois. Sidler rappelle à ce propos que la construction en Allemagne est peut-être plus chère mais elle bénéficie d'une part d'une meilleure finition et d'une plus grande attention aux économies d'énergie et elle s'accompagne, d'autre part, d'une meilleure rémunération des travailleurs du bâtiment.

Comment atteindre l'objectif ?

La solution proposée par Sidler consiste à rendre obligatoire l'isolation de l'appartement ou de l'immeuble ancien par tout acheteur au moment de l'acquisition. Une isolation en plusieurs phases s'accompagnerait en effet d'un surcoût important et rendrait de surcroît les dernières phases de l'isolation peu rentables. Sidler se montre volontairement optimiste et prévoit une baisse des prix de l'immobilier, ce qui rendrait cette isolation "indolore" pour l'acheteur. Encore faudrait-il que l'Etat se lance dans un projet ambitieux de construction de logements sociaux. La pénurie de ceux-ci contribue en effet à accroître la tension sur ce secteur et à provoquer une hyperinflation dans ce domaine.

Les freins

Repères

En 2005, les 30 millions de logements français, dont le tiers a plus de 50 ans, ont émis 135 millions de tonnes de CO2 (soit une moyenne de 4,5 tonnes de CO2 par logement), soit une augmentation de 13% par rapport à 1990.
Le chauffage engloutit 75% de la consommation d'énergie d'une maison.
Source : "Maisons, la fin du grand gaspillage", article paru dans le quotidien Le Monde du 21/01/07.

Retour au sommaire

Vers une Europe durable

Retour au sommaire

Energie solaire

Solaire thermique

France : le seul pays où on bronze encore idiot !

Bilan fin 2006

Parc total en m² rang surface en m² pour 1000 hab. rang marché 2006 en m² rang marché en m²/1000 hab. rang
Allemagne 8 054 000 1 98 3 1 500 000 1 18.2 3
Autriche 2 611 627 3 322 1 292 669 2 36.1 1
Belgique 104 448 12 10 10 35 636 9 3.4 8
Danemark 362 280 7 67 4 25 300 11 4.7 5
Espagne 702 166 5 17 7 175 000 6 4.3 6
Finlande 16 493 13 3 15 3 400 14 0.7 15
France 615 600 6 10 10 220 000 4 3.7 7
Grèce 3 287 200 2 296 2 240 000 3 21.6 2
Irlande 15 790 15 4 13 5 000 13 1.3 12
Italie 855 230 4 15 9 186 000 5 3.2 9
Luxembourg 15 900 14 32 5 2 500 15 5.0 4
Pologne 137 520 10 4 14 41 400 8 1.1 13
Portugal 167 520 9 16 8 20 000 12 1.9 11
Royaume Uni 106 730 11 4 12 54 000 7 0.9 14
Suède 236 929 8 26 6 28 539 10 3.2 10

 

Source : statistiques extraites du site http://www.outilssolaires.com.
Pour accéder aux statistiques de ce site, il faut cliquer sur le sous-menu informations générales (la rubrique statistiques n'apparaît pas sur la page d'accueil).

Pas d'avancée significative sans des contraintes législatives fortes :
Un cas exemplaire : l'Espagne

En 2005, l'Espagne a lancé le Plan des Energies Renouvelables 2005-2010. Ce plan, entre autres, modifie la réglementation du bâtiment en imposant l'installation de capteurs solaires pour la production d'eau chaude sanitaire dans la construction des nouveaux logements ou lors de la réhabilitation des logements. La règlementation du bâtiment impose dorénavant que 60 % de la consommation énergétique de ces nouveaux bâtiments soit d'origine solaire thermique.

retour au sous-menu énergies renouvelables
Retour au sommaire

Photovoltaïque

Energie photovoltaïque dans l'UE 27 en 2011

puissance photovoltaïque cumulée dans l'UE 27 en 2011

Pays Puissance 2011
en Mwc
rang augmentation en % Puissance 2011
en Wc/hab.
rang Production 2010
en TWh
facteur de charge
2010 en %
Allemagne 24820 1 43% 304.3 1 11683 7.7%
Autriche 170 10 85% 20.7 12 89 11.1%
Belgique 1812 6 75% 165.5 4 560 6.2%
Danemark 15 16 138% 3 18 6 10.9%
Espagne 4190.9 3 9% 91.3 5 6412.6 19.1%
Finlande 0.2 20 0% 2.1 19 4.3  
France 2802 4 140% 43.5 10 677 6.6%
Grèce 624.3 8 215% 55.8 8 142 8.2%
Irlande 0.1 21 0% 0.2 21 0.4  
Italie 12750 2 267% 210.5 2 1905.7 6.3%
Luxembourg 30.6 15 4% 59.9 7 21 8.1%
Pays Bas 113 13 36% 7.1 17 60 8.3%
Portugal 140.4 11 10% 13.5 15 213 19.0%
Royaume Uni 1011.7 7 1251% 16.2 14 33.2 5.1%
Suède 12.4 17 118% 2 20 8.6  
République tchèque 1958.7 5 0% 186 3 615.7 3.6%
Bulgarie 132 12 313% 17.7 13 15 5.4%
Slovaquie 488.1 9 180% 89.8 6 170 11.1%
Slovénie 90.3 14 99% 44.1 9 13 3.3%
Malte 11.5 18 203% 27.4 11 5.7 17.1%
Chypre 9.3 19 66% 12.5 16 5.6 11.4%
Total UE 15 48492.6  77%    21815.8  
Total UE 27 51190.7  73%    22644.7
moyenne UE 27       102.2  8.7%

Sources et notes

La puissance photovoltaïque totale cumulée correspond uniquement au photovoltaïque relié au réseau (on-grid). Les chiffres de la puissance photovoltaïque cumulée par pays et par habitant ainsi que la production photovoltaïque sont issus du baromètre photovoltaïque 2011 publié par l'observatoire des énergies renouvelables .
Nous avons préféré faire figurer les chiffres de la production photovoltaïque 2010 car ceux de 2011 n'étaient qu'une estimation. On notera que, déjà en 2010, la production photovoltaïque équivalait à celle de 3,45 GW nucléaires français dont le facteur de charge est de 75%, soit l'équivalent de 4 réacteurs de 900 MW. On notera également le mauvais rang de la France en terme de puissance installée par habitant puisqu'elle n'arrive qu'en dixième position. En 2011, Observ'er estimait la production pv à 51,191 TWh, soit l'équivalent de 6,8 GW nucléaires français, soit 10,8% du parc nucléaire français (A titre de comparaison, la centrale nucléaire de Gravelines a une puissance de 5,4 GW). (
Le calcul du facteur de charge du photovoltaïque s'avère plus que délicat. La puissance photovoltaïque installée a connu en effet ces dernières années un véritable boum, voire une surchauffe. On est en effet passé d'une puissance photovoltaïque installée de 9,45 GWc en 2008 à 51, 19 GWc en 2011, soit une augmentation annuelle moyenne de presque 14 GWc et une augmentation moyenne annuelle en % de presque 76%. Le facteur de charge du photovoltaïque est compris entre 10% (production électrique de 2010 et puissance pv de 2010) et 17,2% (production électrique estimée de 2011 et puissance pv de 2010). Si on considère que les modules pv sont installés uniformément au cours de l'année, le facteur de charge du pv est de 12,7% (production estimée de 2011 et moyenne des puissances pv de 2010 et 2011). A titre de comparaison, le facteur de charge de l'éolien est de presque 21% en 2011.

Top 12 du photovoltaïque dans l'UE en 2010

Pays Puissance 2009
en Mwc
Puissance 2010 en Mwc rang Puissance 2010 en Wc/hab. rang Production 2010 en Gwh rang facteur de charge estimé
Allemagne 9914 17320 1 212,3 1 12000,0 1 10,1%
Autriche 49 99 10 12,2 12 26,0 10 4,0%
Belgique 574 787,4 6 72,6 4 669,3 4 11,2%
Espagne 3418 3787 2 82,8 3 6302,0 2 20,0%
France 306 1025 5 16,3 10 600,0 6 10,3%
Grèce 48,2 198,5 7 18,2 8 138,4 8 12,8%
Italie 1144 3465 3 57,6 5 1600,0 3 7,9%
Luxembourg 26,4 27,3 12 54,3 6 21,0 11 8,9%
Portugal 99,2 127,7 9 12,3 11 213,3 7 21,5%
Slovaquie 0,16 143,7 8 26,5 7 80,0 9 12,7%
Slovénie 8,9 36,2 11 17,8 9 15,0 12 7,6%
République tchèque 462,9 1952,7 4 185,9 2 615,6 5 5,8%

On notera le volontarisme allemand : malgré des conditions qui ne sont pas des plus favorables aux énergies renouvelables, ce pays produit en 2010 avec le photovoltaïque et l'éolien, 48,5 TWh, soit l'équivalent de 7,4 GW nucléaires français (au moins 8 réacteurs de 900 MW chacun, soit plus que les centrales de Gravelines et de Fessenheim réunies).

Photovoltaïque UE 15 fin 2009

Pays Puissance en Mwc rang Puissance en Wc/hab. rang
Allemagne 9785,3 1 120,2 1
Autriche 34,1 9 4,5 8
Belgique 363 4 33,5 4
Danemark 1,2 12 0,8 13
Espagne 3500 2 76,4 2
Finlande 0 15 1,4 11
France 268 5 4,5 8
Grèce 48,3 8 4,9 7
Irlande 0,1 14 0,1 15
Italie 1019 3 17,1 5
Luxembourg 26,3 11 52,4 3
Pays Bas 58,4 7 3,8 10
Portugal 99,2 6 9,6 6
Royaume Uni 30,9 10 0,5 14
Suède 0,5 13 0,9 12

Remarque : nous n'avons pris en compte dans le tableau que la puissance photovoltaïque raccordée au réseau (on grid), ce qui explique une certaine incohérence entre les colonnes 2 et 4.

photovoltaïque dans l'UE 15 fin 2008

Pays Puissance installée en MWc puissance totale en Wc/hab.
  on-grid off-gridd total rang rang
Allemagne 5311.000 40.000 5351.000 1 65.08 2
Autriche 26.977 3.224 30.201 8 3.62 7
Belgique 71.138 0.053 71.191 5 6.67 4
Danemark 2.790 0.420 3.210 14 0.59 13
Espagne 3386.250 18.512 3404.762 2 75.19 1
Finlande 0.170 5.509 5.679 13 1.07 11
France 68.809 22.346 91.155 4 1.43 10
Grande Bretagne 19.920 1.670 21.590 10 0.35 14
Grèce 12.000 6.500 18.500 11 1.65 9
Irlande 0.100 0.300 0.400 15 0.09 15
Italie 304.100 13.400 317.500 3 5.33 6
Luxembourg 24.414 0.000 24.414 9 50.46 3
Pays-Bas 49.000 5.900 54.900 7 3.35 8
Portugal 65.011 2.941 67.952 6 6.40 5
Suède 3.076 4.866 7.942 12 0.86 12
total UE15 9344.755 125.641 9470.396 16  
total UE27 9405.07 128.181 9533.25 17 19.16  

Sources

Les nombres des 3 tableaux concernant le photovoltaïque sont extraits respectivement du baromètre photovoltaïque 2008 publié en mars 2009 et du baromètre photovoltaïque 2009 publié en avril 2010 et du baro photovoltaïque 2010 publié en avril 2011 par Eur'Observer.

Photovoltaïque 2007

Fin 2007, L'Allemagne avait la première capacité photovotaïque en Europe avec presque 4000 MWc reliés au réseau (3977). Pour la capacité photovoltaïque par habitant, elle se situait en 2° place avec 48 Wc/hab. juste derrière le Luxembourg (51 Wc/hab.). Notons que, si l'on excepte les villes-états allemands, tous les Länder allemands, quelle que soit leur situation géographique, quelle que soit leur taille (de 1 million d'habitants pour la Sarre à 12,5 millions d'habitants pour la Bavière), avaient, fin 2007, une capacité photovoltaïque reliée supérieure à celle de la France (24,5MWc)

France : un manque d'ambition

La France est un nain de jardin pour le solaire photovoltaïque. En effet, fin 2006, malgré la présence d'une facade méditerranéenne très ensoleillée, la puissance photovoltaïque française était de 32,7 MWc dont seulement 12,3 étaient reliés au réseau, soit une capacité de 0,52 Wc/habitant, ce qui la plaçait au 12° rang de l'UE25 derrière les Pays-Bas (3,14), la Finlande (0,77), la Suède (0,54) et le Danemark (0,53).

Depuis mai 2006, en France Métropolitaine (hors Corse), le prix du solaire photovoltaïque est passé de 0,15 €/kwh à 0,30 €/kwh + 0,25 €/kwh en cas d'installation intégrée au bâtiment. (1)
Il y a intégration au bâtiment quand les équipements de production d'électricité photovoltaïque assurent également une fonction technique ou architecturale essentielle à l'acte de construction.
Une installation solaire photovoltaïque d'une puissance d'1,1 kwc (2) varie entre 6000 € HT et 8000 € HT, pose incluse et avant subventions.
La loi de finances 2006 accorde pour l'habitation principale 50% de crédit d'impôt sur le prix d'achat du matériel auquel il faut rajouter éventuellement l'aide des collectivités locales.

1 : le prix du solaire photovoltaïque a été publié au Journal Officiel du 26/07/2006 (arrêté en date du 10/07/06).
2 : l'abréviatione kwc signifie kw crête, et correspond à un panneau solaire qui aurait une exposition idéale et produirait 1kwh en plein soleil. Le rendement d'un panneau solaire correspond à la conversion en électricité de l'énergie reçue du soleil. Le rendement actuel des panneaux solaires est de l'ordre de 15% : un panneau d'1 m² reçoit 1kw du soleil en 1 heure en cas d'exposition idéale mais n'en convertit que 15% en électricité, c'est à dire 0,15kw. Une installation photovoltaïque d'1,1 kwc correspond donc approximativement à un panneau solaire de 7m².

Sources

:
page consacrée au photovoltaïque sur le site http://www.climamaison.com/
Article Panneau Solaire de Wikipédia sur le solaire traitant à la fois du solaire thermique et du solaire photovoltaïque
Baromètre du photovoltaïque ; Systèmes soalaires, le journal des énergies renouvelables n°178 avril 2007 que l'on peut télécharger au format .pdf sur le site http://www.energies-renouvelables.org/ de l'organisme Observ'ER.

Le savoir-faire allemand brille en Californie

La construction de la centrale solaire Nevada Solar One d'une capacité de 64 MW et d'un coût de 100 millions de dollars (1), a débuté en février 2006 à Boulder City, une ville américaine du Nevada au sud de Las Vegas.et devrait être achevée en juin 2007. Elle sera la troisième centrale électrique thermo-solaire au monde par sa capacité, après celles du désert de Mojave (capacité de 354 MW) en Californie voisine. Cette centrale solaire est constituée de douze hectares de panneaux de métal et de verre posés horizontalement dans le désert. Avec cette centrale, le Nevada qui s'est imposé récemment d'atteindre le seuil de 20 % de sa consommation en énergie renouvelable en 2015, deviendra un des plus gros producteurs d'énergie alternative aux Etats-Unis.
La Californie voisine dont le gouverneur est Arnold Schwarzenegger, est, elle aussi déterminée à lutter contre le réchauffement climatique en limitant, entre autres, l'énergie fossile et en ayant recours à des sources d'énergie alternative et de préférence renouvelable.

La technologie allemande au service du solaire

La maîtrise d'ouvrage est assurée par la société américaine de Caroline du Nord Solargenix Energy, dont 55 % du capital est détenu par le groupe espagnol Acciona. Nevada Solar One bénéficie d'innovations technologiques pour la captation de l'énergie solaire, mises au point par la société allemande Schott, un des leaders du marché des équipements solaires. Ses récepteurs, les PTR 70® Solar Receiver, absorbent davantage et retiennent mieux l'intensité des rayonnements, et sont plus rentables car d'un entretien plus simple qui réduit les coûts de maintenance. Pour améliorer le rendement énergétique des panneaux, Schott a mis au point un revêtement antiréfraction qui, de surcroît, résiste à l'abrasion. En redessinant les tubes en verre, le fabricant a presque doublé la surface captante. Ces tubes utilisent désormais un verre possédant le même coefficient d'expansion que le métal, pour parer aux violents changements de température du désert.


© photo présente sur le site du fabricant Schott

"Les progrès réalisés par les ingénieurs de Schott sont un des facteurs-clés ayant permis la construction de cette centrale", a déclaré le président de Solargenix.
En substituant une production d'électricité "propre" aux sources traditionnelles, responsables des gaz à effet de serre, Nevada Solar One devrait permettre d'éliminer un volume de pollution équivalent à la suppression d'un million de voitures en circulation sur le territoire américain.
D'autres projets bénéficiant des mêmes technologies sont attendus bientôt dans des régions à fort ensoleillement, dans le sud-ouest des Etats-Unis, ainsi qu'en Espagne, près de Grenade, et en Israël.

d'après un article de Claudine MULARD paru dans le quotidien © Le Monde.fr du 11/04/06 sous le titre
Une centrale solaire géante pour alimenter la Californie

1 : le coût de cette centrale solaire thermique de 64 MW achevée en juin 2007, est en fait de 190 M€ (millions d'euros), soit presque de 3 M€/MW (2,97 MW). Cette centrale solaire qui occupe 130 ha ou 1,3 km², produit 134 GWh/an, soit un facteur de charge de 24% bien supérieur actuellement à celui des cellules photovoltaïques.

Autres réalisations solaires allemandes

Vous pouvez voir sur ce site quelques réalisations de solaire photovoltaïque mais aussi de solaire thermique à Friburg en Brisgau.

Projet TREC : science-fiction ou projet alternatif ?


Le projet d'origine allemande TREC Trans-Mediterranean Renewable Energy Cooperation) plus communément appelé Désertec a pour objectif de fournir en électricité solaire l'Europe du Nord et les pays du Maghreb à partir de centrales solaires thermiques installées au Maghreb.
Le site français du projet Desertec a disparu de la toile. Ne reste que le site anglais-allemand du projet.

retour au sous-menu énergies renouvelables
Retour au sommaire

Politique énergétique allemande

L'article "Outre Rhin, la fin de l'embellie verte" paru dans le quotidien Libération du 22/12/2007 de la journaliste Nathalie Versieux nous a incité à faire le point sur la politique énergétique allemande.

Prix minimum garantis en Allemagne

Le boom des énergies renouvelables allemandes repose avant tout sur une loi, la loi sur les énergies renouvelables ("Erneuerbaren Energien Gesetz" en allemand ou EEG en abrégé) adoptée dès 1991 modifiée en 2000 puis en 2004, qui propose un prix minimal garanti à ces énergies renouvelables. Dans son préambule, cette loi précise qu'elle a pour objectif d'atteindre au moins 12,5% d'électricité d'origine renouvelable à l'horizon 2010 et au moins 20% d'électricité d'origine renouvelable d'ici 2020. Notons que, bien que l'Allemagne soit faiblement pourvue en hydroélectricité, l'objectif de 12,5% d'électricité d'origine renouvelable à l'horizon 2010 était dépassé dès la fin 2006 : l'électricité d'origine renouvelable représentait 12,75% de la production électrique allemande fin 2006
A titre indicatif, le kwh fourni par EDF était facturé, fin 2007, 7,9 centimes d'euros hors taxe dont 2,2 centimes pour le transport, soit 5,7 centimes H.T. le kwh.

Biomasse Eolien Géothermie photovoltaïque Autres sources Bilan

Biomasse

Puissance de l'installation Prix de rachat du kwh en centimes
moins de 150 kw 11,5
150 kw à 500 kw 9,9
500 kw à 5 MW 8,9
de 5 MW à 20 MW 8,4

La production d'électricité à partir d'installations fonctionnant au bois, pour les installations ayant une capacité supérieure à 500 kw, bénéficie d'un prix garanti minimal de 3,9 centimes le kwh.

Géothermie

Puissance de l'installation Prix de rachat du kwh en centimes
moins de 5 MW 15,00
5 MW à 10 MW 14,00
10 MW à 20 MW 8,95
plus de 20 MW 7,16

Cette rémunération est garantie pendant 20 ans. Pour les nouvelles installations qui seraient installées à partir de l'année 2010, le prix garanti baissera d'1% par an par rapport au prix de l'année précédente mais restera cependant constant pendant 20 ans

Installations photovoltaïques

Les prix garantis dépendent du type d'installation (de 57,4 cents à 45,7 cents le kwh en 2004) et sont dégressifs en fonction de l'année d'installation
Ainsi dans le cas général, le prix minimum garanti passe de 45,7 centimes le kwh pour une installation effectuée en 2004, à 43,64 cent pour 2005, 40,6 cent 2006 puis 37,96 en 2007.
Pour un bâtiment ou un mur anti-bruit ayant, les prix dégressifs sont respectivement de 57,4/54,53, 51,80 puis 49,21 cents pour les 30 premiers kw.
Pour les installations précédentes, ces mêmes prix sont de 54,6/51,87/49,28 puis 46,82 cents entre 30 kw et 100 kw.
Enfin , toujours pour les installations précédentes, au delà des 100 kw, les prix s'établissent à 54,0/51,30/48,74 puis 46,82 cents.
Cette rémunération est garantie pendant 20 ans à partir de la date d'installation. Au delà de 2006, pour les nouvelles installations, le prix garanti baisse de 6,5%/an par rapport à l'année précédente mais reste ensuite fixe pendant 20 ans.
L'Allemagne donnant le la en matières d'énergies renouvelables, les prix garantis du photovoltaïque vont en 2010 de 22,76 cents à 39,14 cents par kwh selon le type d'installation. On notera la baisse de 32% du prix maximal garanti du photovoltaïque entre 2004 et 2010, soit une baisse annuelle de 6,2% par an.

Bilan du photovoltaïque en Allemagne

Fin 2007, l'Allemagne, avait produit 3,5 TWh à partir des 3,8 GWc d'installations photovoltaïques (facteur de charge minimal de 10,5%), ce qui représentait 0,6% de la consommation nationale brute d'électricité.
A titre de comparaison, la capacité photovoltaïque allemande était supérieure à la capacité éolienne française fin 2008 (3,5 GW) !

Sources

Eolien

Le prix de l'électricité d'origine éolienne est compris entre 6,19 cents et 9,10 cents le kwh.
Le prix minimal pour l'électricité d'origine éolienne terrestre était de 5,5 cent/kwh en 2004.
Le prix minimal de l'éolien off-shore est, quand à lui de 6,19 centimes le kwh. Ce prix est majoré de 2,91 centimes pour les parcs éoliens off-shore construits avant fin 2010, ce qui met le kwh éolien off-shore à 9,10 centimes, ce prix étant garanti pendant 12 ans. Ce prix garanti est cependant soumis, contrairement aux éoliennes terrestres, à une efficience minimale puisque celles-ci doivent avoir une production au moins égale à 60% de la production de référence.
Pour les parcs éoliens offshore situés à plus de 12 miles nautiques de la côte et à une profondeur supérieure à 20m, la période de 12 ans (au prix de 9,1 cents le kwh) est prolongée de 0,5 mois par mile nautique supplémentaire et de 1,7 mois par mètre de profondeur supplémentaire.
Pour les éoliennes on-shore, le prix minimal garanti baisse régulièrement de 2% chaque année par rapport à l'année précédente à partir de 2005.
Pendant les 5 premières années, le prix de l'électricité d'origine éolienne s'élève à 8,7 cents le kwh.
Au delà des 5 premières années, le prix dépend de la production totale fournie par l'éolienne.

La production éolienne de référence est celle d'un lieu soumis à un vent régulier de 5,5 mètres/seconde (environ 20 km/h) à une hauteur dépendant de l'éoliennne et qui fonctionnerait à plein régime tout au long de l'année. Ainsi, une éolienne Vestas V63 de 1,5 MW d'une hauteur de 67m, a une production de référence de 13 285 MW.

La politique de soutien aux énergies renouvelables a commencé dès 1989 avec le programme "100 MW Wind" ("100 MW issus du vent"). On ne peut qu'admirer le chemin parcouru. L'Allemagne possède la première capacité européenne et même internationale de production d'électricité d'origine éolienne avec, fin 2006, 18700 éoliennes installées d'une capacité totale de 20,6 GW produisant presque 30,5 Twh/an (térawatth ou 1012 watth), soit l'équivalent de la production électrique annuelle de 4 réacteurs nucléaires. La France sort, quand à elle d'une longue inertie en dépassant pour la première fois le GW éolien (1,6 GW installé ou 26 kw/1000 hab.) Les éoliennes allemandes fournissent 5% de la consommation électrique de ce pays.

Les éoliennes allemandes ont un facteur de charge de 16% . c'est à dire qu'elles ne produisent que 16% de leur rendement maximal au cours d'une année. Mais l'Allemagne continue à installer depuis 1999, une moyenne de 2 GW éoliens/an.

Bilan éolien allemand

Club des 30%

Quatre Länder allemands (2) situés au nord-est de l'Allemagne, font partie du "club des 30%", c'est à dire des régions où l'électricité d'origine éolienne contribue à plus de 30% à la consommation régionale d'électricité. Il s'agit du Land de Brandenburg, du Land de Mecklemburg-Vorpommern, du Land de Sachsen-Anhalt qui a même dépassé les 40% et du Land de Schleswig-Holstein. Ces quatre Länder ont une population totale de 9,4 millions d'habitants, soit plus de 11% de la population de l'Allemagne.

 

régions capacité éolienne fin 2009 en MW superficie
en km²
capacité
en kw/km²
% d'élecricité
d'origine éolienne
population
en millions hab. en 2009
densité
en hab./km²
Niedersachsen
(Basse Saxe)
6407 47600 135 21.4 7.9 167
Brandenburg (Brandebourg) 4170 29500 141 34.1 2.5 86
Sachsen Anhalt 3354 20400 164 52.4 2.4 116
Schleswig Holstein 2859 15800 181 42.5 2.7 180
Nordrhein Westphalen 2832 34100 83 3.4 31.4 526
Mecklenburg Vorpommern 1498 23200 65 39.3 1.7 72

Club du Gigawatt éolien

Ce club est constitué des 8 Länder tous situés au nord de l'Allemagne dont la capacité éolienne installée dépasse le GW (2). Ce club comprend les 4 Länder du club des 30% ainsi que le Land de Basse-Saxe (Niedersachsen), le Land de Rhénanie-du-Nord-Westphalie (Nordrhein Westfalen), le Land de Rheinland Pfalz et le Land de Saxe (Sachsen), petit dernier avec une capacité éolienne d'un peu plus de 800 MW fin 2007.
Ces 8 Länder d'une superficie totale de 209 000 km² représentent moins de 60 % du territoire allemand mais concentrent plus de 90% de la capacité éolienne allemande.

Fin 2007, malgré une seule façade maritime, l'Allemagne a produit avec ses 22,25 GW éolien, 39,5 TWh éoliens (facteur de charge de 20% grâce à une année favorable au niveau du vent) qui représentaient 6,4% de la consommation brute d'électricité. A titre de comparaison, l'électricité allemande d'origine éolienne représente l'équivalent de la production électrique annuelle de 6 réacteurs nucléaires d'un GW (presque 10% du parc nucléaire français).

L'abandon du nucléaire implique-t-il le retour à la bougie ?

C'est l'argument choc que l'on rencontre fréquemment dans les réactions des lecteurs du quotidien "Le Monde" dès qu'un article rapporte quelques dysfonctionnements du nucléaire.
Or cette critique n'est ni pertinente en France, ni en Allemagne. Les éoliennes allemandes fournissent en effet 3,5 fois les besoins en éclairage des ménages allemands qui s'élèvent à 11,4 TWh/an (4).
Précisons, pour être honnête, que les besoins en éclairage ne représentent que 1,6% des besoins en énergie domestique en Allemagne.

Potentiel Eolien/Etat du vent

Vous pouvez visualiser le potentiel éolien allemand en téléchargeant au format .pdf la carte des vents en Allemagne présente sur le site du Ministère Fédéral de la circulation, de la construction et du Développement Urbain

Sans éolienne, pas de vent ! Pour les anti et proéoliens, vous pouvez savoir si les éoliennes allemandes tournent en consultant un site de meteo 24 consacré au temps en Allemagne et dans d'autres pays d'Europe dont la France, en choisissant la rubrique Aktuell wind (vent). Attention, les vitesses y sont indiquées en noeuds (abréviation kn). Pour avoir la vitesse équivalente en mètres/seconde, il faut diviser approximativement les vitesses fournies par 2 : pour simplifier, une éolienne commence à tourner à partir de 5 m/s c'est à dire à partir de 10 kn.
On pourra lire avec intérêt la notice consacrée aux courbes de puissance des éoliennes.

Autres sources d'énergie

La loi rémunère également à des tarifs préférentiels l'électricité issue

Bilan écologique, économique et social

Historique

En 2000, la coalition "rouges-verts" dirigée par Gerard Schröder associant les sociaux-démocrates (SPD) aux verts avait décidé un abandon définitif du nucléaire à l'horizon 2020, celui-ci devant se traduire par une fermeture progressive des centrales nucléaires à partir de 2010. Cette mesure a, sans conteste favorisé le développement des énergies renouvelables au travers de la loi sur les énergies renouvelables (EEG, abréviation de Erneuerbaren Energien Gezetz) dont la première version date de 1991. On peut cependant regretter que l'augmentation de la production électrique d'origine renouvelable ait contribué à l'accroissement de l'offre d'électricité entre 1991 et 2007(voir graphique ci-dessous) sans recul de l'énergie électrique d'origine nucléaire ou fossile. L'électricité d'origine fossile ou nucléaire a même légèrement progressé entre 1991 et 2008 passant de 507 TWh en 1991 à 516 TWh en 2000 (+1,8% en 9 ans ou +0.2%/an) et à 520 TWh en 2008 (+0.9% en 8 ans ou +0,1%/an soit une quasi-stagnation au cours de cette dernière période). L'une des difficultés réside probablement en partie à arrêter un outil de production encore opérationnel. Il faut quand-même souligner que la production brute d'électricité allemande a cru deux fois moins vite qu'en France : + 1% par an en Allemagne contre + 2% en France (2). Celle-ci est en effet passée de 540 TWh en 1991 à 638 TWh en 2008 (+18% en 17 ans).

Recul ?

La nouvelle coalition arrivée au pouvoir en Allemagne composée des conservateurs de la CDU/CSU et des libéraux du FDP, a décidé de prolonger la durée de vie des 17 centrales nucléaires allemandes de 10 ou 20 ans. Un consensus existe cependant concernant l'absence de construction de nouvelles centrales nucléaires.

Signe d'espoir ?

En 2008, l'Allemagne a lancé un ambitieux plan d'efficience énergétique. Au niveau de l'électricité, selon l'Institut Wuppertal, ce plan permettrait, à l'horizon 2020, d'économiser 111 TWh (30 dans le tertiaire, 40 dans le résidentiel et 41 dans l'industrie) , soit 20% de la consommation nationale finale nette d'électricité en 2008 (542 Twh).

Fin 2006, les énergies renouvelables fournissaient 12,75% de la production électrique allemande (1). Ce bouquet énergétique se répartit entre l'éolien qui fournit 30,5TWh (soit 38% du total des ER ou 4,8% de la production électrique totale), l'hydroélectricité qui fournit 27,9 TWh, soit 34,8% des ER, la biomasse qui fournit 24,6% des ER, dont 7,3 TWh à partir du biogaz et 7,2 TWh à partir de la biomasse solide et l'électricité photovoltaïque qui fournit 2TWh.
L'Allemagne est l'un des rares pays européens qui a atteint l'objectif qui lui était assigné en termes de proportion d'énergie électrique d'origine renouvelable à l'horizon 2010 tout en se payant le luxe d'atteindre cet objectif avec 4 ans d'avance.

Selon les chiffres du Ministère allemand de l'environnement, le surcoût du aux énergies renouvelables s'est élevé à 3,2 milliards d'euros, soit à peine 40 €/an/habitant.
Selon un article du 13/07/2006 écrit par Günter Zybelle et Eberhard Wagner (apparemment des anti-énergies renouvelables), le surcoüt lié à la promotion des énergies renouvelables serait par contre plus élevé. De 1,6 Mrd euros en 2001, il est passé à 2,2 Mrd euros en 2002, 2,6 Mrd euros en 2003, 3,6 Mrd euros en 2004, 4,3 Mrd euros pour atteindre 4,9 Mrd euros (prévision) en 2006, soit, dans ce cas, un peu plus de 60 €/an/hab.

L'industrie éolienne employait en 2006 73 800 personnes et réalisait un chiffre d'affaire de 5,64 milliards d'euros dont 71% à l'exportation (presque 3,5 milliards €). A titre de comparaison, l'industrie automobile française (constructeurs et sous-traitants) employait en 2004, 301 000 personnes.

La loi sur les énergies renouvelables aurait permis d'éviter l'émission de 45 millions de tonnes de CO2 en 2006, soit presque 550 kg/an/hab. !

Fin 2007, la production électrique d'origine renouvelable était de 87,6 Twh, ce qui représentait 14,2% de la production finale d'électricité et même 16,2% de la consommation finale d'électricité (541 TWh). La production d'électricité relevant de la loi sur les énergies renouvelables et bénéficiant de prix minimums garantis représentait 66,8 Twh (soit 76% de la production électrique renouvelable). La facture totale (1) de ces 66,8 Twh était de 7,8 milliards € (environ 195 €/an/ménage) , ce qui correspond à un prix moyen du kwh de 11,7 cents allant de 7 cents/kwh pour le gaz de décharge à 52 cents pour le photovoltaïque, en passant par l'éolien étant de 8,8 cents/kwh. On remarquera que l'éolien représentait la plus forte contribution, en termes de production, (59%) aux énergies renouvelables subventionnées mais représente moins de 45% de la facture électrique subventionée. La contribution, en termes de production d'électricité subventionnée, n'est que de 4,5% mais représente par contre 20% de la facture électrique subventionnée.
1 : Attention, le chiffre de 7,8 milliards d'euros pour la production d'électricité d'origine renouvelable relevant des prix minimums garantis est bien supérieur au surcoût lié à l'EEG : il faudrait en effet y soustraire le prix qui aurait été payé avec des centrales thermiques classiques ou nucléaires.

Energies renouvelables et création d'emplois

En 2007 (5), la population active travaillant dans les énergies renouvelables était de plus de 230 000 personnes, ce qui représentait 0,58% de la population active allemande. Les deux secteurs les plus créateurs d'emplois étaient l'éolien avec presque 90 000 emplois (40% des emplois du secteur des ENR) et le photovoltaïque avec plus de 40 000 personnes, soit pratiquement 18% des emplois du secteur des ENR.
En France, les énergies renouvelables emploient proportionnellement trois fois moins de personnes (0,18% de la population active).

Sources :

1 : La production d'électricité d'origine renouvelable dans le monde, collection chiffres et statistiques, 9° inventaire Edition 2007 publié conjointement par Eurobserver et EdF. L'essentiel de cet article est une traduction de l'article de l'encyclopédie libre consacré à la loi sur les énergies renouvelables "Erneuerbare-Energien-Gesetz" dont la dernière mise à jour relevait au 11/12/2007.
Le plus simple consiste encore d'aller consulter le texte français de la loi sur la priorité aux énergies renouvelables sur le site du Ministère Fédéral Allemand de l'environnement de la Protection de la Nature et de la Sûreté Nucléaire cliquez sur le logo pour accéder au site du Ministère

http://www.german-renewable-energy.com/

2 : part de l'énergie éolienne dans la consommation régionale d'électricité figurant sur le site du
(Syndicat Fédéral des Energies du Vent) dans la rubrique statistik (statistiques).

3 : p.9 (électricité éolienne) du document en allemand du Ministère Fédéral Allemand de l'Environnement de juin 2008 téléchargeable au format .pdf : Erneuerbare Energien in Zahlen, nationale und internationale Entwicklung (Les énergies renouvelables en Chiffres, développement national et international).

4 : document "Temperaturbereiniter Energieverbrauch des privaten HausHalte" (Consommation en énergie des ménages corrigé des variations climatiques) édité par l'Institut Allemand de la Statistique DESTATIS. Ce document nous apprend que les besoins en éclairage se sont élevés à 41x1015 joules. Comme 1Wh équivaut à 3600 joules, on arrive donc à 11,4 TWh.

5 : emplois et énergies renouvelables : EUROBSERV'ER, Etat des énergies renouvelables en Europe Edition 2008 qui peut être téléchargé gratuitement au format .pdf sur le site après inscription. EUROBSERV'ER considère comme énergies renouvelables l'éolien, la biomasse, le photovoltaïque, les biocarburants, le solaire thermique, la petite hydraulique, le biogaz et la géothermie

retour au sommaire

Gestion des déchets

  • vendredi 22 janvier 2010

    Le traitement des ordures municipales

    La conférence de Dany Dietmann à Cuincy ce soir, a été, entre autres, l'occasion d'effectuer des comparaisons européennes.
    Comme dans de nombreux domaines relatifs à l'écologie, la France, une fois de plus, fait partie des mauvais élèves en terme de recyclage et de compostage des déchets ménagers 30%, ce qui la place en 12° position dans l'UE 15, loin derrière l'Allemagne, l'Autriche, la Belgi et les Pays-Bas et qui recyclent ou compostent deux fois plus (60% ou plus). En termes de quantité de déchets incinérés ou mis en décharge par habitant, le score est un peu meilleur avec 376 kg incinérés ou mis en décharge, ce qui place la France en 10° position, loin cependant derrière la Belgique qui incinère ou met en décharge deux fois moins de déchets municipaux (187 kg/an/habitant).

    Contrepoint

    Les ordures ménagères ne représentent ....
    que 3,5% de la masse des déchets !

    Selon l'ADEME, 868 millions de tonnes de déchets ont été produites en France en 2008 dont

    • 0,2 millions par les activités de soins ;
    • 14 millions par les collectivités ;
    • 31 millions par les ménages ;
    • 90 millions par les entreprises ;
    • 359 millions par les mines, les carrières et le BTP ;
    • 374 millions par l'agriculture et la syliviculture ;

    © graphique issu du site de l'ADEME

    Sources et sites internet

    • Communiqué de presse d'Eurostat du 9 mars 2009 "Déchets municipaux : une demi-tonne de déchets municipaux générés par personne dans l’UE27 en 2007"
    • Site de l'ADEME, page consacrée aux chiffres-clés des déchets
    • Comité Jean Pain

      Le comité Jean Pain est une ASBL belge dont le siège est à Londerzeel, une commune néerlandophone du Brabant flamand à une vingtaine de km au nord de Bruxelles. Cette association sert de référence à de nombreuses associations promouvant le compostage des déchets en France.
      Site internet : http://www.comitejeanpain.be/

  • retour au sommaire

    Repères

    conversions

    1 tep (tonne équivalent pétrole) équivaut à 11630 kwh selon l'AIE (Agence Internationale de l'Energie)

    Règle des 3 fois 20

    L'Union Européenne s'est fixé en 2007 le triple objectif à l'horizon 2020

    Emissions de CO2 et électricité

    Emissions de CO2 en kg/MWh
    centrales thermiques au charbon centrales thermiques au fuel cycle combiné Gaz
    CCGT (Combined Cycle Gas Turbine)
    960 800 360

    On constate qu'une centrale combinée au gaz émet deux fois moins de CO2 qu'une centrale thermique au fuel (-55%) et presque trois fois moins qu'une centrale thermique au fuel (-62%).