BRETAGNE

Repères

Administrativement, la Bretagne est une région française qui comprend 4 départements : les Côtes du Nord, le Finistère, l'Ile et Vilaine et le Morbihan. Cette région a une superficie de 34 000 km² (6,2% du territoire métropolitain) et une population en 2010 de 3,2 millions d'habitants (5,1% de la population vivant en métropole), soit une densité de 132 habitants/km².
Historiquement, la Bretagne est une Province Française qui comprenait aussi l'actuel département de Loire Atlantique. La Bretagne, au sens historique, compte donc 4,48 millions d'habitants (7,1% de la pop. métropolitaine) répartis sur 40 840 km² (7,4% du territoire métropolitain).
Les villes principales sont Brest, Lorient, Nantes, Quimper, Rennes, Saint-Brieuc, Saint-Malo (46 340 hab. en 2010 répartis sur 36,6 km², soit une densité de 1270 hab./km²), Saint-Nazaire et Vannes. Dinan : 10 820 habitants en 2010 répartis sur 4 km² (densité de 2 720 hab./km²)

Développement Durable

Agriculture

vaches en Bretagne
Vaches à Montreuil le Gast, commune d'Ile et Vilaine ; © photo Pierre KOKOSZYNSKI

La Bretagne compte en 2010, 46 700 chefs et coexploitants d'exploitations agricoles, soit 7,7% des actifs agricoles français (603 900 chefs d'exploitation et coexploitants en 2010). L'importance relative de la population agricole confirme la vocation agricole de la Bretagne caractérisée par un système de polyculture-élevage dans un paysage de bocage très marqué malgré le remembrement. On remarquera cependant que la diminution du nombre d'agriculteurs a été plus forte en Bretagne qu'en France au cours de ces 40 dernières années : l'indice 100 en 1970 est passé à 38 en France en 2010 mais à 31 en Bretagne, ce qui signifie que plus des deux tiers des exploitants agricoles ont disparu au cours des 40 dernières années,soit en deux générations. L'Ile et Vilaine a un peu mieux résisté que les autres départements bretons (indice 33 en 2010) mais c'est dans le Finistère que la chute a été la plus sévère (indice 28 en 2010).

Retour au sommaire
évolution du nombre d'agriculteurs

Beaucoup d'élevage et un peu de polyculture

3 porcs sur 5 sont bretons

En 2012, les abattoirs bretons ont fourni 1,1 million de tonnes de porcs, soit 58% de la PN (production nationale), 156 000 tonnes de dindes (42% de la PN), 68 000 tonnes de veaux (36% de la PN), 367 000 tonne de poulets (35% de la PN), 268 000 tonnes de bovins de moins de 12 mois (32% de la PN), et 261 000 tonnes de gros bovins (21% de la production nationale).


génisses FFPN (Française Frisonne Pie Noir) et normande sous un pommier ; photo prise à Montreuil le Gast en juillet 2013

En 2012, 5 077 millions de litres ont été produits en Bretagne, soit un quart de la production française (24% plus exactement)

 

charolais en Bretagne
bovins charolais à Montreuil le Gast ; photo prise en juillet 2013

En 2012, les abattoirs bretons ont produit 68 000 tonnes de bovins-12 mois, soit un tiers de la production française (32% plus exactement).

Un quart des tomates françaises sont bretonnes

Tout le monde sait que le chou-fleur est breton : en 2012, la Bretagne a produit presque 300 000 tonnes de choux-fleurs soit la presque totalité de la production nationale (84%). Plus étonnant, l'agriculture moderne s'affranchissant des conditions climatiques, 192 000 tonnes de tomates ont été produites en Bretagne, soit 24% de la production nationale. La tomate provençale est en fait devenue une image d'Epinal puisque 3 régions monopolisent 70% de la production française de tomates : le grand ouest, le sud-ouest et l'est !

Source

Forêts

canal d'Ille et Rance
Hêtres sur le chemin de halage du canal d'Ille et Rance à hauteur de Hédé

La Bretagne possède en 2 007, 310 257 ha de forêts. Un peu plus de 9% du territoire breton est boisé. Ces forêts se répartissent entre les 4 départements bretons :

La forêt bretonne représente moins de 2% de la forêt française estimée à 16,4 millions ha, soit une nette sous représentation, la Bretagne représentant plus de 6% du territoire métropolitain.
Si l'on excepte le Morbihan, la Bretagne fait partie, tout comme la région Nord-Pas de Calais, la région de Basse Normandie (Orne exceptée) et la région Pays de la Loire (Sarthe exceptée) des régions où la forêt occupe moins de 15% du territoire. On compte également environ 100 000 ha de bosquets et 100 000 ha de landes et friches.

Pêche

bateau de pêche
bateau de pêche sur le chantier naval de Plérin

La Bretagne compte encore en 2010 (1) 5244 marins pêcheurs, soit presque 30% de l'effectif national.

Sources

Retour au sommaire

artificialisation des sols

pavillon à Mélesse
Pavillon à Mélesse, petite commune à 12 km au nord de Rennes ; photo prise en juillet 2013

Chaque année, entre 2 006 et 2 010, 5 500 ha de terres ont été artificialisées en Bretagne. Avec 341 000 ha artificialisés, soit 12% de son territoire, la Bretagne (118 hab./km²) occupe la 4° place derrière l'Ile de France (21% de sols artificialisés ; 980 hab./km²), le Nord-Pas de Calais (17% de sols artificialisés ; 325 hab./km²) et l'Alsace (13% de sols artificialisés ; 223 hab./km²). Dans le cadre d'une évolution au fil de l'eau, 112 000 ha supplémentaires seraient artificialisés à l'horizon 2030 en Bretagne pour répondre à l'accroissement de la population.

Sources

Energie en Bretagne

Consommation énergétique

En 2012, la Bretagne a consommé 20,56 Twh électriques (1) , soit 4,1% de l'électricité consommée en France, ce qui correspond à une consommation relative par rapport à sa population (5,1%) bien inférieure à la consommation française qui était de 498,5 Twh en 2012 (2). A titre indicatif, cette consommation correspond approximativement à celle d'une centrale nucléaire de 3,1 GW (politiquement incorrect) dont le facteur de charge serait de 75%, soit l'équivalent trois réacteurs de 1 GW.

Sources

Luttes antinucléaires

main verte d'Erdeven
main verte à Erdeven érigée le 30 mars 1975 en signe de protestation contre le projet d'implantation d'une centrale nucléaire sur la commune

Energies renouvelables

86% de l'électricité produite d'origine renouvelable !

Et oui, c'est le chiffre faramineux avancé pour 2011, sauf que les 2,137 TWh bretons fournis au réseau cette année-là ne représentaient que 10,5% de l'électricité consommée en Bretagne qui était de 20,267 TWh cette année-là. L'électricité d'origine renouvelable (1,894 TWh en 2011) ne représente donc plus que 9,3% de l'électricité consommée, soit plus de 5 points en dessous de la part nationale des ENR dans la consommation française qui était cette année là de 14,6%.
En 2012, l'électricité d'origine renouvelable a augmenté de 12,3% pour atteindre 2,06 TWh en 2012 et dépasser la barre symbolique des 10% de la consommation électrique d'origine renouvelable. Rappelons que l'objectif européen était de 20% d'énergie renouvelable en 2020 !

Eolien

éolienne de Lamballe
éolienne à Lamballe ; © photo Pierre KOKOSZYNSKI

Le site de l'ADEME consacré à l'éolien se caractérisant au 16/07/2013 par une page blanche, nous avons consulté le site de France Energie Eolienne. On y apprend que la Bretagne conserve sa troisième place en termes de capacité éolienne au 01/01/2012 avec 678 MW éoliens (10% de la capacité éolienne française à cette date) derrière la Champagne-Ardennes (970 MW) et la Picardie (875 MW) et battant d'une courte tête la région centre (666 MW) et la Lorraine (621 MW). Le site Eur'Observer nous donne des données plus récentes dans le baromètre 2012 des énergies renouvelables en France. Le classement au 01/10/2012 reste inchangé : la Bretagne conserve sa troisième place en termes de capacité éolienne au 01/01/2012 avec 738 MW éoliens derrière la Champagne-Ardennes (1 052 MW) et la Picardie (939 MW) battant d'une courte tête la Lorraine (679 MW) et accroissant son avance sur la région centre (672 MW). Par contre, si l'on s'intéresse à la densité éolienne, la Bretagne n'arrive plus qu'en 4° position avec 27 kw/km² derrière la Picardie (48 kW/km²), la région Champagne-Ardennes (41 kW/km²), la Lorraine (29 kW/km²) et devant la région Centre (17 kW/km²). On notera que ces 5 régions concentrent, à elles seules, une capacité de 4 080 MW éoliens, soit 56% de la capacité éolienne française sur 134 750 km² (à peine 25% du territoire).
Et pourtant, lors de nos pérégrinations touristiques, nous n'avons rencontré qu'un seul parc éolien, le parc éolien de Lamballe géré par Infinivent constitué de 4 éoliennes Enercon (un fabricant allemand) E82 de 2,3 MW chacune auxquelles devrait s'adjoindre rapidement une cinquième éolienne en cours de montage lors de notre passage. Nous avons compris le paradoxe en consultant la carte de FEE. Si l'on excepte la pointe nord du Finistère, les parcs éoliens sont en effet confinés à l'intérieur des terres et aussi loin de la capitale régionale de Rennes.

Eolien citoyen

logo de l'association éoliennes en Pays de Vilaine

La Bretagne est la seule région de France a avoir inauguré un parc éolien citoyen de 8 MW (4 éoliennes de 2 MW) à Béganne le 14 juin 2014.

Energie marémotrice

La Bretagne possède l'unique usine marémotrice de France avec l'usine marémotrice de la Rance qui produit environ 500 GWh/an.

photovoltaïque

bâtiments photovoltaïques
ferme laitière entre Combourg et Melesse munie de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments agricoles

Cette photo prise en 2014 évoque les bâtiments des fermes laitières allemandes.

Politique de déplacements en Bretagne

Des déplacements peu durables


photo prise dans une grange de Pleven en juillet 2013

 

Enquête nationale transports déplacements 2008
répartition des déplacements un jour de semaine suivant le mode principal
  Bretagne France de Province
     
     
marche à pied 20,0% 20,3%
vélo 1,2% 2,7%
transports collectifs 5,2% 5,7%
transport motorisé individuel 73,6% 71,3%

Sources

covoiturage

Les 4 départements bretons ont financé des aires de covoiturage créées par eux-mêmes ou par les communes. En 2013, d'après les informations figurant sur chacun des sites de conseils généraux, on peut estimer à 5 340 places de stationnement destinées au covoiturage en Bretagne.

cyclisme

Cyclotourisme

jalonnement voie verte
jalonnement de la voie verte EV4 verte à Yffiniac

 

éculse à Hédé
photo d'une des 11 écluses d'Hédé sur le canal d'Ille et Rance

La Bretagne dispose, selon l'AF3V (Association Française des Véloroutes et Voies Vertes), en juin 2013, de 24 VVV d'une longueur totale de 835 km (24,6 m/km² ; 261 mètres/1000 habitants). Ces VVV ont une longueur allant de 5 km à 111 km, la longueur moyenne de ces VVV étant de 35 km et la longueur médiane de 27 km. Selon le Comité Régional du Tourisme de la Bretagne, celle-ci disposerait même de 1300 km de VVV (38 m/km² ; 406m pour 1 000 habitants), soit 56% de plus que les chiffres de l'AF3V
La carte interactive du Schéma National des VVV présente sur le site de l'AF3V, souffre visiblement d'un manque d'actualisation en juillet 2013. On peut voir en effet sur cette carte que la Bretagne a un projet ambitieux de Véloroute le long de tout son littoral. Or, en 2013, ce projet semble en partie réalisé, du moins entre Saint Malo et Saint Brieuc. Nous avons en effet emprunté la Véloroute-Voie Verte de la Manche entre Saint Brieuc et Matignon, cette voie verte possédant un appendice vers le Cap Fréhel.

cyclistes à Dinan
cyclistes à Dinan, photo prise place Duclos le dimanche 7 juillet 2013 vers 9h15

 

logo du tour de Manche

Le Tour de Manche correspond à un projet transfrontalier d'eurovéloroute menée en commun par la France et l'Angleterre. Le Tour de Manche est l'Eurovéloroute n°4 (EV4). L'EV4 a une longueur de 1 200 km dont 260 km dans le département des Côtes d'Armor. Le tronçon traversant les Côtes d'Armor a été inauguré en juin 2013. Le tronçon traversant le département des Côtes d'Armor peut être visualisé sur le site du Comité départemental de Tourisme de ce département logo du cdt des Côtes d'Armor
Dans les Côtes d'armor, le tour de Manche se superpose à l'Eurovéloroute n°4 (EV4) Roscoff (Finistère)-Kiev (Ukraine).

Nous avons testé cette voie verte entre Matignon et Saint-Brieuc.

plerin ; rue de l'écluse
EV4 ; Plérin ; rue de l'écluse

Viaduc de Douvenant

viaduc de Douvenant
Viaduc de Douvenant

Le viaduc de Douvenant a été construit entre 1903 et 1905 pour les Chemins de Fer départementaux d'intérêt local des Côtes-du-Nord. C'est le plus majestueux de la série de treize viaducs dits du type « grognet » réalisés par l'ingénieur breton Louis-Auguste-Marie Harel de la Noë (1852-1931). Cet ouvrage d'art constitué de schiste, de gneiss, de brique et de moellons est surmonté d'une dalle en béton armé de 4 m de large dissimulé sous un rang de brique. Il est situé entre la commune de Saint-Brieuc et celle de Langueux. Il était utilisé par les lignes Saint-Brieuc - Moncontour et Saint-Brieuc - Saint-Briac. Ses caractéristiques principales sont : 15 arches de 6 m de portée ; longueur totale : 130,80 m ; hauteur : 22,80 m ; rayon de courbure : 109 m. L'Association des Chemins de Fer des Côtes-du-Nord a un projet d'une ligne touristique qui passerait sur ce viaduc.
Ce viaduc est un témoin prestigieux des Chemins de Fer départementaux des Côtes du Nord (ligne métrique) qui, à leur apogée, eurent une longueur totale de 452 km (66 m/km²) et constituaient le réseau département le plus important de France. Les lignes de ce réseau en déficit quasi-permanent commencèrent à fermer à partir de 1937. La dernière ligne ferma en 1956. Quand à la ligne Saint Brieuc-Moncontour-qui emprunte le viaduc de Douvenant-d'une longueur de 25,6 km, elle fut déclassifiée en 1939.

Source

Sites internet

Le Comité Régional du Tourisme de la Bretagne logo du CRTBRE a créé un site thématique logo de la Bretagne à vélo spécialement dédié aux véloroutes et voies vertes de Bretagne

lobby vélo

Parmi les 186 associations françaises adhérentes à la FUB en 2013, 10 sont bretonnes ce qui, en termes de nombre d'associations, représente une surreprésentation de cette région que l'on ne retrouve pas forcément au niveau du nombre d'adhérents. Parmi ces dix associations, on trouve

On remarquera que la ville de Quimper dans le Finistère n'a pas encore d'association adhérente à la FUB alors que cette ville compte 63 550 habitants en 2010 et que la Communauté d'Agglomération Quimper Agglomération en compte 90 450 en 2011.

Source

page du site de la FUB dédiée aux associations bretonnes

TER

Le TER de Bretagne est constitué d'un réseau ferré de 1381 km, soit 41 mètres de voie ferrée par km² et donc un maillage plus de deux fois moins fin que dans la région Nord Pas de Calais (91 m/km²). Le TER de Bretagne comprend 116 gares (1 gare/27 600 habitants) contre 1 gare/19 100 habitants pour la région NPdC. La fréquentation était de 30 000 passagers/jour en 2011 (moins de 0,01 voyage/jour/habitant), soit quasiment 4 fois moins que celui de la région NPdC (112 000 passagers/jour en 2008 ou 0,028 voyage/jour/habitant).

Source

Retour au sommaire

Tourisme

La poule aux oeufs d'or se tarit !

Hôtels

En 2012, la Bretagne a connu 4 millions d'arrivées dans ses hôtels, soit 3,7% des arrivées dans les hôtels métropolitains ce qui correspond à une sous-représentation de la Bretagne par rapport à sa population (5,1% de la population métropolitaine). Le nombre de nuitées (6,8 millions), lui, ne représente que 3,4 millions des nuitées métropolitaines dans les hôtels. La fréquentation des hôtels bretons est surtout le fait des français qui représentent 87,5% des arrivées et 85% des nuitées. La durée moyenne dans les hôtels est de 1,7 nuitée par séjour, soit l'équivalent d'un week-end. Depuis 2005, alors que le nombre de nuitées a augmenté de 5% en France métropolitaine, celui-ci a baissé de plus de 6% en Bretagne. On notera que l'Ille et Vilaine qui ne représente que 31% de la population bretonne cumule presque 38% des nuitées (37,7%) et que c'est le seul département qui a réussi à maintenir le nombre de nuitées depuis 2005 avec le Morbihan (baisse moyenne annuelle de -0,1%) tandis que la fréquentation hôtelières des deux autres départemnts bretons est en chute libre : -0,8% dans les Côtes d'Armor et -1,1% dans le Finistère.

Campings

Toujours en 2012, la Bretagne a connu 1,56 millions d'arrivées et 8,4 millions de nuitées dans ses campings, ce qui représente 7,9% de la fréquentation métropolitaine des campings tant en termes d'arrivées que de nuitées. La durée moyenne du séjour dans les campings est de 5,4 nuitées, soit l'équivalent d'une semaine. La vocation de tourisme populaire de la Bretagne apparaît donc clairement.

Gites ruraux

La Bretagne compte 4 339 gîtes ruraux, soit 10% des gîtes ruraux de France Métropolitaine, ce qui est bien supérieur à l'importance relative de sa population (5,1%) et même de sa population agricole (7,7%).

Retour au sommaire

Flore

criste marine
criste marine ; photo prise sur les remparts de la citadelle de Port Louis en juillet 2014

Faune

Patelles

patelles
Patelles sur un rocher granitique ; photo prise en juillet 2014 sur la plage de Quiberon
 

Vanesse

vanesse
Vanesse ; photo prise sur les bords de la Rance en juillet 2013 à Dinan

Oiseaux marins

Pratiquement tout le monde a pris en photo un goëland argenté. C'est effectivement l'espèce d'oiseau marin la plus fréquente en Bretagne avec un effectif de 27630 oiseaux nicheurs dans la période 2009-2012. Après un pic à la fin des années 1990 où ils étaient plus de 60 000, leur effectif a depuis décru pour retrouver celui de la fin des années 1960.
Cependant, ce n'est pas le seul oiseau marin nicheur présent en Bretagne. L'observatoire régional des oiseaux marins recense une quinzaine d'oiseaux marins nicheurs qui font l'objet d'un comptage régulier depuis la fin des années 1960. Plutôt que d'en faire une liste alphabétique, nous avons préféré en faire une liste par ordre d'effectif décroissant pour la dernière période de comptage. Rappelons que tous les oiseaux marins nicheurs sont des espèces protégées.

Oiseaux marins nicheurs, recensement 2009-2012

nom effectif moyen évolution
goëland argenté 27 630 population en baisse depuis 1989
fou de bassan 22 400 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1960
goëland brun 18 680 évolution erratique de la population
cormoran huppé 5 950 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1960
goëland marin 4 390 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1960
sterne caugek 1 160 en baisse régulière depuis 1970
sterne pierregarin 1 080 effectifs stables depuis 1978
mouette tridactyle 960 évolution erratique de la population
océanite tempête 870 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1980
grand cormoran 850 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1960
fulmar boréal 350 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1980
guillemot de Troïl 310 population relativement stable
Puffin des anglais 210 effectifs en hausse régulière depuis la fin des années 1980
macareux moine 180 en baisse régulière depuis 1970
sterne naine 60 population relativement stable depuis 1980

Goëland argenté

goëland argenté immature
goëland argenté immature, photo prise à Saint-Malo sur le port en juillet 2013
goëland argenté
goëland argenté, photo prise à Saint-Malo en juillet 2013

Le goëland serait-il le pigeon des villes des bords de mer ?

Tout le monde la réputation du goêland éboueur des mers. Mais celui-ci a su s'adapter. Il a d'abord colonisé les décharges publiques appelées pudiquement centres de stockage des déchets ultimes (CSDU). Avec la fermeture des décharges publiques, le volatile s'est tourné vers les villes littorales. C'est donc le marronnier des quotidiens au cours de l'été avec tous les phantasmes liés au film "Les oiseaux" d'Alfred Hitchcock (1899-1980) sorti en 1963. On pourra lire, entre autres,

Sources

Associations

logo de l'association "La Marmite"
Retour au sommaire
logo des côtes d'Armor

Repères

Les Côtes d'Armor ont une population de 591 640 habitants en 2010, soit à peine plus que la seule Communauté d'Agglomération Nantes Métropole (582 160 habitants en 2009). Ceux-ci sont répartis sur 6878 km², soit une densité de 86 hab./km² inférieure à celle de la France.
site internet du Conseil Général :

Politique de déplacements

logo des transports publics des Côtes d'Armor : tibus est le nom des transports publics des Côtes d'Armor

Dinan

château de Dinan
château de Dinan

Repères

logo de la CODI

La Communauté de Communes de Dinan compte 38 150 habitants en 2006-à peine la population de Douai ville- répartis sur 180 km², soit une densité de 212 habitants/km².
Dinan compte 10 820 Dinannais et Dinannaises en 2010 sur à peine 4 km², soit une densité de 2720 habitants/km².

Politique de mobilité

Le vélo, parent pauvre de Dinan

Lors de nos deux séjours à Dinan, nous n'avons entr'aperçu que 3 arceaux vélos perdus dans une débauche de stationnement voiture, soit à peine 0,6 place de stationnement vélo pour 10 000 habitants. Et pourtant, nous y avons aperçu de nombreux cyclotouristes dont certains logeaient ou se restauraient dans l'un des hôtels de la Ville.

L'aménagement du Boulevard Lugo au nord de la ville, constitue un exemple typique de cette absence de politique cyclable et de ces vrai-faux aménagements cyclables en l'absence de lobby du vélo au quotidien. On y observe, côté est, une bande cyclable de 90 cm. Mais, si l'on considère que le stationnement latéral doit bénéficier d'une zone tampon de 50 cm pour éviter le coup classique de la portière qui s'ouvre, la largeur fonctionnelle de cette bande cyclable se réduit à 40 cm. La situation n'est guère mieux côté ouest (photo ci-dessous) puisqu'en l'absence de stationnement latéral, la largeur de la bande cyclable se réduit, hors caniveau, à 50 cm.
On a également emprunté une piste cyclable unidirectionnelle au sud de la ville dans le sens de la montée sur une route dotée d'une forte pente. Mais apparemment, personne n'a songé au rôle du facteur limitant puisque cette piste cyclable s'arrête en cours de montée !
Enfin, l'aire de covoiturage à la sortie sud de la ville est munie d'un absurde pince-roues non couvert qui ne protège absolument pas contre le vol de vélo. On imagine donc que la présence de ce pince-roues est totalement inutile à moins d'être un cycliste masochiste.

bande cyclable du Boulevard Lugo
Bande cyclable du Boulevard Lugo à Dinan, côté est en 2013

 

Boulevard Lugo côté ouest
bande cyclable à Dinan sur le boulevard Lugo, côté ouest en 2013

Tourisme

logo de l'office du tourisme de Dinan

Le nouvel office du tourisme de Dinan a réouvert ses portes le 1° juillet 2013 et a été inauguré le 10/07//2013 au 9, rue du Château. Le Directeur de l'ODT est fier du must de la modernité de son Office : 2 Mac ; 2 ipad et un mur végétalisé à l'intérieur et à l'extérieur. Mais, bien que les Côtes d'Armor aient axé leur nouvelle offre touristique sur le vélo avec l'inauguration de la véloroute, le Tour de Manche en 2013, cet ODT ne possède toujours pas d'arceaux vélo à proximité tout comme la ville de Dinan d'ailleurs !

office du tourisme de Dinan
office du tourisme de Dinan

Eglises du centre ville

 

basilique de Dinan
église Saint Malo

L'église Saint Malo est l'une des deux églises intra-muros de Dinan. Celle-ci a connu différents remaniements : sa construction a commencé en 1490 pour s'achever au XiX° siècle. Cette église a servi d'étable, de forge et de théâtre à la Révolution Française.

Dinan partie romane de la basilique Saint Sauveur
Dinan, basilique Saint Sauveur, partie romane

Pour en savoir plus

Vous pouvez consulter le remarquable travail effectué par un érudit local, Patrick Bodolec, constitué de 3 pages web sur le site de la paroisse de Dinan. Ce texte est beaucoup plus riche que celui de l'article de Wikipédia consacré à cette église.

 

beffroi de Dinan
Beffroi de Dinan

 

Dinan, vieux pont sur la Rance
Dinan, vieux pont sur la Rance

logo de la maison de la Rance : La maison de la Rance située Quai Talard Port de Dinan-Lanvallay sur la commune de Lanvallay, a été financée par la Communauté de Communes de Dinan (CODI) dans le cadre de la compétence d'Education et de sensibilisation à l'environnement. Cette Maison de la Rance possède un espace muséographique dont les horaires d'ouverture figurent sur la page muséographie du Musée de la Rance, rubrique du site du CODI. On pourra, y découvrir les activités traditionnelles présentes sur la Rance, entre autres,

répartition des moulins à marée carrelet sur la commune de Lyvet
répartition des moulins à marée sur la Rance Maritime
© carte extraite du site "l'énergie des marée et ses exploitations en Rance", site créé par des élèves de Lycée dans le cadre d'un TPE (Travail Personnel Encadré"
pêche au carrelet © photo d'une installation de pêche au carrelet à Lyvet, sur la commune de La Vicomté sur Rance extraite d'une page du site de Lalydo's blog
Retour au sommaire

Saint Brieuc

église de Saint Brieuc
église de Saint Brieuc

Repères

logo de la Communauté d'Agglo de Saint Brieuc : La Communauté d'Agglo de Saint Brieuc a de nombreux points communs avec celles de la CAD (Communauté d'Agglomération du Douaisis). Elle compte en effet 120 300 habitants en 2009 répartis sur 253 km², soit une densité de 476 habitants/km² inférieure à celle de la CAD (645 hab./km²). Son budget est de 142,7 millions € en 2012 (1186 €/an/habitant).
La ville centre de Saint Brieuc (Sant Brieg en breton) compte 46 210 habitants en 2012 (Douai en compte 43 530 en 2013), soit 38% de la Communauté d'Agglomération contre à peine 29% pour Douai dans la CAD.
Saint-Brieuc dont les habitants s'appellent les briochins, est la préfecture du département des Côtes d'Armor.

Politique de mobilité

La Communauté d'Agglomération de Saint Brieuc a pris à sa charge la compétence Transports.

PDU

Le PDU de la CA de Saint Brieuc n'a été adopté qu'en 2006, soit 4 ans après celui du SMTD (Syndicat Mixte des Transports du Douaisis).

Enquête Ménages-Déplacements

7 déplacements sur 10 en voiture particulière

Une enquête ménages-déplacements a été réalisée en 2008. Celle-ci est "conforme" aux résultats des agglomérations du même ordre de taille si ce n'est le nombre de déplacements anormalement élevé : 3,9 déplacement/jour/personne. Les parts modales respectives sont de 22% pour la marche à pied, 2% pour le vélo, 5% pour les transports en commun, 1% pour les deux roues motorisés et 70% pour les voitures particulières.

Politique vélo

enseigne de Rou'libre à Saint Brieuc
enseigne de Rou'libre 8, rue de la Poissonnerie à Saint Brieuc

L'enquête ménages-déplacements a fait le constat d'une faible part modale du vélo (2%) et d'une proportion anormalement basse de possession de vélos : plus de 2 ménages sur 5 (43%) ne possèdent pas de vélo contre 41% alors qu'ils ne sont quà peine un tiers (1) à l'échelon national (31%) hors Ile de France. Il faut reconnaître que cette absence de vélos est favorisée par un relief peu favorable à la pratique cycliste au quotidien : le point culminant de Saint-Brieuc est à 134 mètres alors que le point le plus bas de la commune limitrophe de Langueux est à 2 m !
La CA a cependant décidé de favoriser la pratique cycliste avec la panoplie d'outils disponible

Lobby vélo

L'association briochine "Vélo Utile" adhérente à la FUB, qui a un site internet, assure la promotion et la défense du cyclisme au quotidien.

Transports en commun

Le réseau de transports en commun a réalisé en 2011 6,761 millions de voyages/an, soit 56 voyages/an/habitant.

Sources

Retour au sommaire

Finistère

Repères

Le Finistère, avec ses 897 600 habitants en 2010, est le deuxième département le plus peuplé de Bretagne après l'Ille et Vilaine. Ces habitants sont répartis sur 6 733 km², soit une densité de 133 hab./km².

Brest

Repères

logo de Brest Métropole Oceane : la communauté d'agglomération Brest Métropole Océane compte 214 000 habitants en 2009, soit deux fois plus que celle de la préfecture du département, Quimper. Ces habitants se répartissent sur 218 km², soit une densité de 980 hab./km².
La ville de Brest compte 141 300 habitants en 2010, soit les deux tiers de la population de la communauté d'agglomération. Ces habitants sont répartis sur 49,5 km², soit une densité de 2854 hab./km².

Politique de déplacements

Transports en commun

Tramway

La ligne actuelle du tramway d'une longueur de 14,3 km a été décidée par les élus de l'agglomération en 2004 et est entrée en fonction le 23 juin 2012, soit trois ans après le début des travaux en juillet 2009. Son coût estimé en 2006 à 300 millions d'euros s'est finalement élevé à 385 millions € (27 millions €/km). Brest est donc, avec Rennes, la deuxième ville de Bretagne à posséder un transport en commun en site propre.

logo de Bibus BrestLes transports en commun de Brest dénommés Bibus sont confiés à Keolis au travers d'une délégation de service public. Ceux-ci ont connu une légère embellie (+7,2%) entre 2004 et 2009 passant de 17,695 millions de voyages/an en 2004 à 18,975 millions en 2009 avec un pic de 19,48 millions de voyages en 2008, année de la crise. En 2012, Bibus aurait effectué 23,3 millions de voyages (109 voyages/an/hab. ou 0,3 voyage/jour/hab.), soit une progression de presque 32% en trois ans (quasiment + 10% par an). Cette progression remarquable peut-elle être imputée en partie au tramway ?

Retour au sommaire

Quimper

Repères

logo de Quimper Communauté Quimper Communauté compte 90 450 habitants en 2011 répartis sur 281 km², soit une densité de 322 habitants/km².
La ville de Quimper est la préfecture du Finistère. Elle compte 63 550 habitants, soit 70% de la population de l'agglomération. Les quimperois sont répartis sur 84,5 km², soit une densité de 753 hab./km²

Politique de déplacements

La Communauté d'agglomération de Quimper comptant moins de 100 000 habitants, celle-ci n'est pas soumise à l'obligation d'un PDU (Plan de Déplacements Urbains). Quimper Communauté a cependant adopté un projet transport reconnu d'utilité publique le 17 juillet 2013.
Contrairement à la plupart des PDU, ce projet transport n'a pas été précédé d'un état des lieux sous forme d'enquête ménage-déplacement.

Transports en commun

La gestion des transports en commun est assurée par le réseau QUB, contraction de Quimper Bus. Celui-ci est assuré, depuis 2009, par délégation de service public, par Keolis.
Entre 2007 et 2012, malgré la crise, le nombre de voyages effectués en transport en commun a stagné à 5,1 millions de voyages par an soit 0,15 voyages/jour/habitant ou 56 voyages/an/habitant. Ce score est cependant 75% plus élevé que celui du SMTD (Syndicat Mixte des Transports du Douaisis) où il n'était de 32 voyages/an/habitant en 2008. Une partie de cette différence peut-elle être attribuée à la nature des deux réseaux ? D'une part à Quimper, QUB ne regroupe que 8 communes et la ville-centre concentre à elle seule 70% de la population. D'autre part, le SMTD regroupe 46 communes avec une ville-centre, Douai qui ne concentre que 22% de la population. Une autre cause pourrait être le choix de la régie directe effectué par le SMTD alors que Quimper Communauté a choisi la délégation de service public.

Sources

Politique vélo

Quimper Communauté a mis en place, à partir de 2011, un service de location de longue durée de 50 Vélos à Assistance Electrique géré par QUB. Face au succès rencontré (deux ans d'attente pour bénéficier d'une location), le nombre est passé à 150 VAE (1,66 VAE/1000 habitants) en 2013.

Sources

Retour au sommaire
logo de l'Ille et Vilaine

Repères

L'ille et Vilaine, avec 988 140 habitants en 2010 est le plus peuplé des 4 départements bretons. Sa population répartie sur 6 775 km² lui confère une densité de 146 hab./km², ce qui en fait le plus dense des quatre départements bretons.

Une politique vélo axée sur le vélo de loisir ?

Nous avons consulté la page consacrée au vélo sur le site du Conseil Général d'Ile et Vilaine le 13 août 2014.
La page rédigée fin janvier 2014 est intitulée "Optez pour un plan vélo !" et est agrémentée d'une photo ayant pour légende "Près de 1000 kilomètres d'itinéraires cyclables et voies vertes sont aménagés" (toujours ce chiffre fatidique des 1 000 km. En lisant l'article relativement court, on apprend que 188 km de voies vertes existent en Ile et Vilaine et que 700 km de voies routes secondaires sont aménagées et balisées sans le type d'aménagement soit précisé.

Combourg

combourg
château de Combourg vu du "Lac Tranquille"

C'est dans les bois de Combourg que je suis devenu ce que je suis, que j'ai commencé à sentir la première atteinte de cet ennui que j'ai traîné toute ma vie, de cette tristesse qui a fait mon tourment et ma félicité.....
Je remontai la chaussée de l'étang ; je vis les roseaux de mes hirondelles, le ruisseau du moulin et la prairie ; je jetai un regard sur le château.
Alors, comme Adam après son péché, je m'avançais sur la terre inconnue : le monde était tout devant moi : an the world was all before him.

Mémoires d'outre tombe de François René de Chateaubriand (1768 à Saint Malo ; 1848 à Paris)

Rennes

Repères

logo de Rennes Métropole Rennes Métropole compte 402 600 habitants en 2010, soit à peine 3 fois plus que la CAD (Communauté d'Agglomération du Douaisis (152 200 habitants en 2008). Ces habitants sont répartis sur 640 km², soit une densité relativement faible de 630 hab./km² équivalente à celle de la CAD. Le budget était de 544 millions d'euros en 2013 (1 351 €/an/hab. !).

Rennes

La ville de Rennes avec ses 207 200 habitants en 2010 a une population équivalente à celle de Lille (227 600 habitants en 2010). Rennes est la 11° ville la plus peuplée de France loin derrière Nantes (285 000 habitants en 2010), 6° ville la plus peuplée de France. La population de Rennes pèse pour plus de la moitié (51,5%) dans la population de la communauté d'agglomération.

Politique de mobilité

Etat des lieux

Les résultats de l'EMD (Enquête Ménage-déplacements) 2007 figurent dans le dossier consacré à la politique cyclable des grandes métropoles françaises.

PDU

le dernier PDU adopté définit un cadre d'action pour la période 2007-2017.

Transports en commun

Rennes Agglomération a confié à Keolis Rennes par une délégation de service public, la gestion de son réseau de transports publics pour la période allant de 2006 à 2017.
logo du réseau STAR est l'acronyme du service des transports en commun de l'agglomération rennaise qui gère aussi les 900 VLS (vélos en libre service) appelés d'ailleurs Velo Star.

carte Korrigo

La carte à puce Korrigo lancée en 2006 qui était initialement un unique titre de transport rechargeable, pour tous les déplacements en transports en commun de l'agglomération rennaise a, depuis été étendue aux TER et et à d'autres agglomérations (TC dépendant du Conseil Général des Côtes d'Armor, de Brest Métropole Océane, Quimper Communauté et Cap l'Orient Agglomération). La carte Korrigo a pour ambition d'être à terme l'unique carte des transports en commun de l'ensemble de la Bretagne.
On notera que la carte KorriGo permet d'accéder aux parkings voiture relais de l'agglomération rennaise mais aussi aux parkings vélos relais rennais couverts et fermés.

Métro

La Communauté d'Agglomération est la plus petite collectivité du monde ayant un métro automatisé sur une longueur de 9,4 km. La ligne de métro actuellement unique a été inaugurée en mars 2012 après 5 ans de travaux. Le coût estimé en 1995 équivalait à 449 millions € (47,8 millions €/km).

Incontestablement, le pari fou de la construction d'un métro est une réussite en termes de fréquentation des transports publics. La Communauté d'agglomération de Rennes qui ne regroupe qu'un huitième de la population bretonne, se paie le luxe de cumuler plus de la moitié des voyages effectués en TC (transports en commun) effectués en Bretagne en 2009 (67,3 millions de voyages effectués à Rennes pour un total de 125,8 millions pour l'ensemble de la Bretagne soit plus de 53%).
Au cours de années 2004 à 2009, la fréquentation des TC a augmenté de 23,4% passant de 54,5 millions de voyages en 2004 à 67,3 millions en 2009. Au cours des trois dernières années, cette progression s'est ralentie puisqu'en 2012, les TC rennais n'ont progressé que de 10,7% pour assurer 74,5 millions de voyages. Avec 183 voyages/an/habitant soit 0,5 voyage/jour/habitant, Rennes peut se flatter de jouer dans la cour des grandes agglomérations de province, Lille entre autres.
Ce succès rencontré par la première ligne explique probablement la décision de construire une deuxième ligne de métro qui devrait entrer en fonction en 2 018.

La librairie LE FAILLER sise au 8-14 rue Saint Georges à Rennes dans le secteur piétonnier, est l'une des dernières librairies indépendantes de France et l'un des rares petits commerces accessibles aux PMR (personnes à mobilité réduite).

Intermodalité

parking vélo de Villejean-Université
parking vélo à la station de métro de Villejean-Université

 

Politique vélo

Rennes, famille de cyclistes
Rennes, famille de cyclistes
©photo Pierre KOKOSZYNSKI prise le samedi 26 juillet 2014 vers 16h30

On pourra trouver quelques éléments d'information sur la politique cyclable menée à Rennes, entre autres, le VLS (Vélo en Libre Service) Velostar dans le dossier consacré aux politiques cyclables de quelques métropoles françaises.

Tourisme à Rennes

Rue Saint Georges

La rue Saint Georges a échappé miraculeusement à l'incendie de la ville de Rennes de 1720 qui a duré plus de 6 jours et brûlé une dizaine d'ha de la vieille ville. De fait, cette rue a, en partie, conservé, sont côté médiéval.

Hôtel de la Moussaye

L'hôtel de la Moussaye est situé au 3,rue Saint Georges à Rennes. Ce bâtiment est inscrit au patrimoine des monuments historiques et une partie de celui-ci est même classée au patrimoine des monuments historiques dont la façade donnant sur la rue Saint Georges dont on peut voir quelques photos ci-dessous.

Rennes ; hötel de la Moussaye
Hôtel de la Moussaye à Rennes ; vue d'ensemble partielle

 

Hôtel de la Moussaye ; détails

Eve ?

Adam ?

 

Hôtel de la Moussaye ; détails

Roland (736-778) à Ronceveaux ?

Saint Martin ?

Hermès ?
Retour au sommaire

Saint Malo

fortifications de Saint Malo
fortifications de Saint Malo

Repères

logo de la communauté d'agglo de Saint Malo : La Communauté d'Agglomération de Saint-Malo compte 81 415 habitants en 2007 répartis sur 246 km², soit une densité de 331 habitants/km².
La ville de Saint Malo compte 46 340 malouins et malouines, soit une population équivalente à celle de Douai, répartis sur 36,6 km², soit une densité de 1 270 hab./km².

Politique de déplacements

Transports en commun

Les transports en commun sont assurés sur Saint Malo Agglomération par l'entreprise KSMA (Keolis Saint Malo Agglo) qui a remporté la délégation de service public en 2006. Les transports publics de Saint Malo sont ceux qui ont connu la plus forte progression entre 2004 et 2009 avec une augmentation de la fréquentation de 60% passant de 1,96 million de voyages/an en 2004 à 3,14 voyages/an en 2009 malgré une baisse drastique en 2006 (1,2 million de voyage) liée probablement au changement de prestataire. Malgré cette hausse remarquable, les habitants de Saint Malo Agglo n'effectuent que 38,5 voyages/an/habitant, soit à peine plus de 0,1 voyage/jour/habitant, ce qui ne change pas la donne en termes de mobilité urbaine avec une part modale que l'on peut estimer à 2,5%.

Tourisme

Les croisiéristes ont remplacé les corsaires

L'image d'Epinal relayée y compris par Yann Queffélec vante l'épopée glorieuse des corsaires : les René Dugay-Trouin (1673-1736) au service de plusieurs rois de France dont Louis XIV (1643-1715), Robert Charles Surcouf (1773-1827) et autres. Les deux corsaires cités ont d'ailleurs leur statue à Saint-Malo.
Aujourd'hui, embourgeoisement et enrichissement oblige, on ne trouve plus des pirates que dans les régions d'Asie du Sud et d'Asie du Sud-Est (en particulier dans la mer de Chine méridionale), le long des côtes de l'Amérique du Sud, du golfe d'Aden, de la mer Rouge, mais en Somalie, dans le golfe de Guinée et dans la mer des Caraïbes.

Retour au sommaire

logo du Conseil Général du Morbihan

Repères

Le Morbihan compte 722 000 habitants en 2010 répartis sur 6 820 km², soit une densité de 106 hab./km².

Politique vélo

Comme toute collectivité, le Conseil Général du Morbihan se doit de communiquer sur sa politique cyclable. Ainsi en consultant la page consacrée au vélo sur le site du Conseil Général du Morbihan, on y apprend qu'en 2001, le CG avait lancé un plan vélo départemental prévoyant la création de 1 000 km de voies cyclables en 10 ans. Magie des chiffres ronds même si cela ne fait jamais que 1000 m de voies cyclables pour 6,8 km². La question qui vient immédiatement à l'esprit concerne la réalisation effective de ce plan que nous dévoile un autre document, le guide technique du plan vélo départemental édité en 2014 au format .pdf. Dans ce document préfacé par François GOULARD, Président du Conseil Général et ancien maire de Vannes, on y apprend que ce projet n'a été réalisé qu'à 30 % au cours des 10 années suivantes. En moyenne, 30 km de voies cyclables supplémentaires ont été créées chaque année soit 360 km en 12 ans. Il y a donc de fortes chances que les voies cyclables crées l'aient été conformément à la loi LAURE qui oblige les collectivités, lors de la création ou de la rénovation de voirie, à créer des aménagements cyclables.
Pire, on y apprend que, tout comme dans le département du Pas de Calais, les BDM (Bandes Dérasées Multifonctionnelles), des surlargeurs de chaussées comprises entre 0,80 m et 1,50 m (1), (ont la faveur des aménageurs du département, c'est à dire une sorte de no mans land de part et d'autre de la chaussée qui sert à la fois de bande d'arrêt d'urgence et de voie cyclable par défaut.

Sources

Lorient

Port de Lorient
Port de Lorient

Repères

Lorient Agglomération est la plus grande communauté d'agglomération du Morbihan avec 186 000 habitants en 2008 répartis sur 477 km², soit une densité de 390 hab./km².
La ville de Lorient compte 57 200 habitants en 2010 répartis sur 17,5 km², soit une densité de 3 270 hab./km²

Politique de mobilité

L'agglomération de Lorient a adopté son troisième PDU en 2012. L'agglomération de Lorient a en effet été pionnière en adoptant son premier PDU en 1987, le suivant ayant été ratifié en 2001.

Politique vélo

Lorient, station vélo en libre service
la station de vélos en libre service située Quai des Indes à Lorient, l'autre station de vélos en libre service de Lorient se trouvant à la gare

En octobre 2012, Lorient annonce, comme bilan de sa politique en faveur du vélo (1),

Visiblement, la ville de Lorient entretient l'ambiguïté sur des chiffres dont on ne sait s'ils se rapportent à la ville de Lorient seule ou à la communauté d'agglomération. Ainsi, les 57,7 km de voies cyclables, s'ils se rapportent à la seule ville de Lorient constitueraient un réseau particulièrement maillé de presque 3 300 m/km² encore plus dense qu'à Freiburg in Breisgau, l'une des mecques du vélo (2 800 m/km²). Par contre, si ces voies cyclables se réfèrent au territoire de la Communauté d'Agglomération de Lorient, on a un piètre réseau particulièrement lâche de 120m/km², ce qui correspondrait plus à la situation française. Le site de Lorient Agglomération annonce quand à lui, 200 km d'itinéraires cyclables (à peine 420m/km²) mais sans préciser aucunement la nature de ces itinéraires cyclables.
On retrouve la même ambiguïté sur les points d'attache. En supposant que 2 vélos puissent être fixés par point d'attache, on aurait 2 400 places de stationnement vélo, soit 42 places de stationnement vélo/1000 habitants ce qui signifierait que le record détenu par Annecy en 2003 (28 places de stationnement vélo/1 000 habitants) serait littéralement pulvérisé. Mais si ce chiffre se rapporte à l'agglomération, ce critère se réduit à 13 places de stationnement vélo/1 000 habitants, un score honorable plus proche de la réalité française.

Lobby vélo

L'association loirentaise "Vél'orient" adhérente à la FUB, qui a un site internet, assure la promotion et la défense du cyclisme au quotidien.

Sources

Retour au sommaire

Port Louis

citadelle de Port Louis

Port Louis est une commune de 2 700 habitants (2011) appartenant à la Communauté d'Agglomération du Pays de Lorient.
Cette ville est remarquable pour sa citadelle sise avenue du Fort de l'Aigle, qui abrite un musée de la Marine et le Musée de la  Compagnie des Indes inauguré en 1984.
Le musée est accessible depuis Lorient par les transports en commun : batobus suivi d'un bus et enfin marche à pied. Apparemment, les batobus acceptent les vélos.

Vannes

Repères

logo de la Communauté d'Agglomération de Vannes La Communauté d'Agglomération du Pays de Vannes compte, en 2008, 129 000 habitants répartis sur 521 km², soit une densité de 250 hab./km².
La ville de Vannes qui est la préfecture du département, compte, en 2010, 52 500 habitants répartis sur 32,3 km², soit une densité de 1630 hab./km².

Politique de mobilité

La Communauté d'Agglomération du pays de Vannes a pris à sa charge la compétence Transports.

PDU

Le PDU de la CA du pays de Vannes n'a été adopté que le 17 février 2011.

Enquête Ménages-Déplacements

7 déplacements sur 10 en voiture particulière

Une enquête ménages-déplacements a été réalisée en 2008. Celle-ci est quasiment une copie conforme de celle de la communauté d'agglomération de Saint Brieuc : un nombre anormalement élevé de déplacements 3,98 (3,9 à Saint Brieuc) et une domination sans partage des modes de déplacement individuels motorisés (72% !) : les parts modales respectives sont de 23% (22% à Saint Brieuc) pour la marche à pied, 2% pour le vélo (idem à Saint Brieuc), 4% pour les transports en commun (5% à Saint Brieuc), 1% pour les deux roues motorisés (idem à Saint Brieuc) et 71% pour les voitures particulières (70% à Saint Brieuc).

Le complexe des villes moyennes

Vannes fait partie de ces villes moyennes qui ont le complexe des capitales régionales des années 1960. On y rencontre encore des rues à sens unique avec 3 voies de circulation automobile sans aménagements cyclables, sans couloir bus. C'est le cas de la rue Roosevelt. Tant que ce type de politique de mobilité dépassée subsistera, il y a peu de chances que Vannes inverse la tendance des mobilités.

Politique vélo

Stationnement vélo

En 2008, on comptait 256 supports vélo sur la ville-centre de Vannes, soit presque 10 places de stationnement vélo pour 1000 habitants (9,8).

Vélos en libre service

Vannes, station Velocea
Vannes, station Velocea sur la place de la Mairie

L'agglomération de Vannes fait partie de ces agglomérations de taille moyenne qui, à l'époque de la VLS'mania, a voulu avoir elle-aussi, comme les agglomérations de grande taille, son service de VLS et ne veut toujours pas reconnaître, 4 ans après, qu'elle s'est plantée un clou dans la chambre à air. Le système dénommé Velocea de 174 VLS répartis sur 20 stations, a été instauré en juin 2009 grâce à un contrat de 8 ans avec Veloway, branche vélo de Transdev, filiale de Veolia Transport pour un coût de 338 112 €/an (quasiment un coût 2 000 €/ VLS, plus exactement 1 943 €/VLS). Les règles initiales (première demi-heure gratuite) ont été un flop. 2 ans et demi après son lancement, 19 170 locations avaient été réalisées en 2011 avec une recette pour la municipalité de 9 000 €, soit peanuts. En 2011, chaque vélo connaissait donc en moyenne 0,3 location/VLS/jour, soit un coût pour la collectivité de 17,5 € par location. Face à ce que l'on ne peut que dénommer comme un bide monumental, les règles ont été changées et, en 2012, toute location s'accompagnait de 4 h gratuites ! Malgré cette offensive de charme, les Velocea n'ont connu en 2012 que 41 326 locations, soit 0,65 location/VLS/jour et un coût pour la collectivité de 8 €/location ! Un petit mieux en 2013 avec 45 000 locations, soit toujours moins de 0,71 location/VLS,jour, soit un coût pour la collectivité encore supérieur à 7,5 €/location. Il faut reconnaître que certaines rues de Vannes sont pentues. Même si l'effort consenti avec un vélo ordinaire est relativement modéré pour un cycliste averti sachant se positionner correctement sur son vélo et bien utiliser les vitesses, le déplacement peut devenir rébarbatif avec un vélo en libre service souvent bien plus lourd.

Vannes innove avec les VAELS

Non, il ne s'agit pas d'un hommage au Premier Ministre de la France dans une ville qui vote à droie. Mais face au flop rencontré par les VLS traditionnels, Transdev et la ville de Vannes ont inauguré le 19 mai 2014 les premiers Vélos à Assistance Electrique en Libre Service. Ceux-ci sont au nombre ridicule de 22, ce qui représente un peu plus d'un VAELS pour 6000 habitants (5863 exactement) de la communauté d'agglomération. Là encore, pas de quoi renverser les habitudes de mobilité.

Lobby vélo

L'association vannetaise "Vélomotive" adhérente à la FUB, qui a un site internet, assure la promotion et la défense du cyclisme au quotidien.

Transports en commun

Kiceo est une délégation de service public confiée à Transdev par la Communauté d'Agglomération de Vannes. Le réseau de transports en commun a réalisé en 2011 7,7 millions de voyages/an ce qui représente 60 voyages/an/habitant, soit le me même ordre de grandeur que les TC de Saint Brieuc (56 ovyages/an/habitant).

Sources

Tourisme à Vannes

Vannes, ville muséifiée ?

Vannes possède un secteur historique soumis à un PSMV (Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur). Le premier PSMV a été adopté en 1982 et couvrait 20ha. Une première extension a été adoptée en 2010 et a porté ce secteur sauvegardé à 32,5 ha. Une deuxième extension a été adoptée en 2013 pour porter finalement ce secteur sauvegardé à 46 ha (1).

Cathédrale Saint Pierre

cathédrale Saint Pierre ; gargouille cathédrale Saint Pierre ; gargouille
Cathédrale Saint Pierre de Vannes, détails de la tour nord-ouest

Sources

détail d'une maison à colombages de Vannes détail d'une maison à colombages de Vannes
détails de certaines poutres de la maison à colombages du 13, rue Saint Salomon à Vannes

Ecologie en Morbihan

Grand Site Gâvres-Quiberon

logo du Syndicat Mixte Gâvres-Quiberon

Le site naturel de Gâvres-Quiberon s'étend de la pointe de Gâvres à la pointe de Quiberon sur 25 km de long et environ 1 km de large. Ce site constitue le plus grand espace dunaire de Bretagne avec des dunes grises, c'est à dire fixées par la végétation et des dunes blanches, c'est à dire des dunes mobiles. Cet espace est géré par le Syndicat mixte Gâvres-Quiberon

Carnac

L'église Saint Cornély de Carnac a été construite en grande partie en deux étapes. Le clocher a été érigé en 1739. Une partie du bâtiment a été construite en 1732. Quand au porche nord de la face nord, il date de 1792 et est l'oeuvre d'un tailleur de pierre de Baud nommé Kergoustin.
La base du clocher, en tour carrée est surmontée d'une flèche octogonale de quarante mètres. Cette flèche est la plus haute de la région. Le baldaquin du porche est orné de volutes assemblées en forme de couronne royale et repose sur des colonnes jumelées.
L'église est classée aux monuments historiques.

Carnac, église Saint Cornély
Carnac, porche de l'église Saint Cornély

Sources

Erdeven

Château de Keraveon

Le domaine de Keraveon est déjà mentionné dès le moyen-âge : sa création date des années 1330-1350 et est attribuée à Piere de Talhouët. Les Talhouët resteront propriétaires des lieux jusqu'en 1761.
L'aspect actuel du château date de la première moitié du XIX° siècle. Les communs et écuries en arc de cercle au sud du château datent de cette époque. Plus précisément, le rhabillage du donjon, sa surélévation, la construction d'une toiture en pavillon sommée d'un belvédère ainsi que la construction de la tour d'escalier ont été réalisés entre 1822 et 1823 au frais de l'administration, sous la Restauration, car cette tour servait d'amer pour les navires.

château de Keraveon
donjon du château de Keraveon

 

communs du château de Keraveon
château de Keraveon, anciennes écuries au sud-ouest du château ; photo prise en 2014

Notes et Sources

 

moulin d'Erdeven
Moulin d'Erdeven dit Moulin Narbon. ©photo Pierre KOKOSZYNSKI

Ce moulin a été construit en 1805. Endommagé par l'ouragan de 1987, il a été restauré en 1989 grâce à l'Association des Amis du Moulin de Narbon. Contrairement à ce que prétend la plaquette publicitaire de la ville d'Erdeven, ce moulin ne fonctionne pas l'été "pour la plus grande joie des touristes".

 

Erdeven, plage de Kerouriec
Erdeven, plage de Kerouriec
Erdeven, la roche sèche
Erdeven, la roche sèche
Erdeven, dunes de la plage de Kerouriec
Erdeven, dunes de la plage de Kerouriec
Erdeven, ruisseau de Poulbé
Erdeven, ruisseau de Poulbé
Erdeven, cyprès sur la plage de Kirminihy
Erdeven, cyprès sur la plage de Kirminihy
Erdeven, coucher de soleil sur la plage de Kirminihy
La planète des singes
coucher de soleil sur la plage de Kirminihy avec, au premier plan, un blockhaus de la seconde guerre mondiale (1939-1945)
Bunker sur une plage d'Erdeven
Bunker sur la plage de Kirminihy à Erdeven

Quiberon

Quiberon boulevard Chanard
Quiberon, boulevard Chanard, photo prise le 22 juillet 2014 vers 10h30
 

Saint Cado

Saint Cado Parc à huîtres
Saint Cado, Parc à huîtres
Retour au sommaire

Tourisme

Littoral

plage de Kerouriec à Erdeven
plage de Kerouriec à Erdeven ; © photo Pierre KOKOSZYNSKI

La Bretagne possède 1 100 km de littoral (1), sans compter les îles, soit 40% des côtes françaises.
Par contre, il est inutile d'envisager de faire le tour des côtes bretonnes à vélo tout en regardant les vagues à de rares exceptions près (c'est le cas par exemple à l'ouest du Cap Fréhel). Ceci s'explique pour des raisons de sécurité mais aussi de sauvegarde d'un milieu naturel fragile.
Qu'à cela ne tienne, on pourrait envisager de stationner son vélo à proximité de la mer puis de humer l'air iodé. Sauf que, là aussi, il y a un hic. Dans les rares cas que j'ai pu appréhender, il y a bien un stationnement voiture mais rarement un stationnement vélo digne de ce nom.
Citons, entre autres exemples la plage de Kirminihy d'Erdeven. Celle-ci possède un immense stationnement voiture mais aucun parking vélo.

On peut également citer la citadelle de Port Louis. Là encore, un immense parking voiture, mais aucun parking vélo.

stationnement de vélos à Port Louis
stationnement de vélos devant la citadelle de Port Louis , photo prise le 21 juillet 2014

Même chose au Cap Fréhel.

stationnement de vélos au Cap Fréhel
stationnement de vélos au Cap Fréhel ; photo prise le 8 juillet 2013

Les deux cyclistes qui roulent en Koga Myata, marque célèbre de vélos de randonnée hollandais, ont profité du grillage entourant le phare de 1702 pour accrocher leurs vélos.

Trop souvent, on ne trouve, dans le meilleur des cas, que des pince-roues comme à Carnac, Plouharnel et La Trinité sur Mer

pince-roues à Plouharnel
pince-roues sur la place du village de Plouharnel en juillet 2014

Il y a bien sûr quelques exceptions
C'est le cas de la Maison des Mégalithes à Carnac

stationnement vélo à la maison des mégalithes de Carnac
stationnement vélo à la maison des mégalithes de Carnac ; photo prise le mardi 22 juillet 2014 vers 11h30

Comme on peut le voir sur la photo, le stationnement vélo constitué de 12 emplacements, est occupé aux 2/3. Notons que deux cyclistes n'avaient pas utilisé le stationnement vélo. On peut remarquer la présence de deux vélos à assistance électrique ainsi qu'un vélo de la marque hollandaise Batavus.
On émettra quand-même un regret sur ce type d'arceau vélo inadapté aux vélos modernes dont le cadre est de moins en moins standard et ne rentre pas, de ce fait, dans le support caoutchouté sensé protéger le cadre.

C'est le cas aussi de la ville de Quiberon qui, pourtant ne compte qu'un peu plus de 5 000 habitants en 2011.

Source

longueur du littoral breton : p.1 du n°17 d'avril 2009 de la revue "Vélo et Territoires" éditée par l'ADC (Association des Départements cyclables) que l'on peut télécharger sur le site de l'association dans le menu "Parutions" à la rubrique consacrée à la revue.

Cap Fréhel

Le Cap Fréhel est une falaise de grès rose dominant la mer d'environ 70 mètres.
Le premier phare du Cap Fréhel a une hauteur de 15 mètres. Celui-ci a été voulu par Vauban en 1694 pour avertir les attaques de la flotte angilaise. Celui-ci est construit en granite par l'ingénieur Siméon Garangeau. Le phare est allumé pour la première fois en 1702 mais uniquement pendant les mois d'hiver. En 1717, la marine ordonna l'allumage du feu toute l'année. En 1774, un réverbère de 60 réflecteurs sphériques remplace le brasier. Ce réverbère placé dans une lanterne sphérique devient tournant en 1821 et la portée du feu passe de 15 à 21 milles (27,8 km à 38,9 km).
L'éclairage initial au charbon a fonctionné de 1702 à 1774 puis a été remplacé par des réverbères sphériques de Tourtille-Saingrain à 60 becs sur 3 rangs superposés fonctionnant à l'huile végétale. A partir de 1821, les réverbères précédents sont remplacés par des réverbères à 8 réflecteurs paraboliques de Bordier-Macet fournissant un éclat long toutes les 135 secondes (2'15")? Ce premier phare a été remplacé par un second phare d'une hauteur de 22 m en 1847 dont la portée est passée à 22 milles (40,7 km). Ce second phare a été dynamité par l'armée allemande le 11 août 1944.
Le troisième phare qui est le phare actuel est entré en fonctionnement en 1950. Ce dernier a une hauteur de 33 mètres. Par beau temps, la portée du phare actuel est de 100 km (54 milles !)

le phare Vauban du Cap Fréhel
phare Vauban du Cap Fréhel vu du phare actuel

Mégalithes

mégalithes à Erdeven
alignement mégalithique de Kerzhero à Erdeven
© photos Pierre Kokoszynski
mégalithes d'Erdeven

L'alignement de Kerzerho est constitué par les restes de 10 alignements qui fut coupé par la route départemental d'Erdeven à Plouharnel. Les blocs les plus importants sont à l'extrémités occidentale, ce complexe s'étendait sur une longueur de plus de 2 km de long et 64 m de large, il comptait plusieurs milliers de pierres, une partie de ces menhirs formaient une enceinte (2).

Arnaque à Carnac

Renseignements pratiques

Les Alignements de Carnac
Maison des Mégalithes - Le Ménec
56340 CARNAC

Sources

Retour au sommaire

Gastronomie

Microbrasseries

logo de la microbrasserie "La Bambelle"

Art et artistes

Emmanuel Berthier


Vallée de Pratmeur, Quistinic, Morbihan ; © photo Emmanuel Berthier

Emmanuel Berthier est un photographe qui a commencé à travailler comme garde du littoral dans la vallée de la Rance. En 2013, il vit dans le golfe du Morbihan. Pour admirer ses photos , on pourra consulter son site et, en particulier, dans la partie image, les albums "Brittany Coast" et "Brittany Land".

Marie-Claude Guérout

bateau sur la Rance
Rance ; © photo Marie-Claude Guérout

Marie-Claude Guérout est une photographe qui habite dans la vallée de la Rance à Plouër sur Rance. Amoureuse de son pays, elle nous offre un site avec de superbes photos de son pays. On pourra, entre autres, y voir des images nostalgiques de carrelets abandonnés. Pour ceux qui préfèrent les tirages papier, celle-ci tient une exposition permanente à la "Maison de la Rance" où on peut d'ailleurs acheter ses superbes cartes postales à des prix plus que raisonnables. Un seul regret, la légende des photos plus que sommaire. Mais tout le monde n'a pas l'esprit "National Geographic" ou "Géo".