ANTWERPEN

Repères Politique d'accessibilité Politique cyclable Tourisme

Repères

Antwerpen (Anvers pour les francophones) est la plus grande ville de Belgique avec 461 000 habitants et 950 000 haibtants pour l’arrondissement, soit l'équivalent de LMCU (Lille Métropole Communauté Urbaine).

Accessibilité

Une ville pour tous !

Place Reine Astrid

photo 1

photo 2

La ville doit aussi être accessible pour les déficients visuels. Tout le monde, du moins dans les grandes villes, connaît désormais les feux sonores, les bandes podotactiles de vigilance visibles sur la photo 2 à l'intersection avec la piste cyclable dont on voit un "clou".
En revanche, beaucoup plus rares sont les bandes de guidage podotactile constituant une sorte de braille dans l'espace de circulation : on peut en voir deux sur la photo 2, l'une menant vers la gare, l'autre, horizontale sur la photo menant à la station de métro.
On ne peut qu'être choqué par le nombre de possesseurs de deux roues inciviques qui obstruent cet espace podotactile.
Malgré cette réalisation exemplaire, on ne peut cependant dire qu'Anvers est une ville accessible à tous. En particulier, la vieille ville se caractérise par des trottoirs trop étroits et des chaussées recouvertes de pavés qui rendent difficile le déplacement des PMR (personnes à mobilité réduite).

Politique cyclable


De Keyserlei ; © photo Pierre KOKOSZYNSKI

De Keyserlei est une avenue de 140 mètres de long qui rejoint la gare centrale (Centraal Station) d'Anvers à la Place Teniers. Cette rue se poursuit dans la vieille ville par la rue Leys (Leys straat) et la rue Meir, deux des rues commerçantes les plus prestigieuses d'Anvers interdites à la circulation automobile de 10h à 19h.
Sur les 140 mètres de cette avenue, on compte pas moins de 17 garages à vélo couverts svp de verre armé contenant chacun 6 arceaux, soit une capacité de stationnement pour plus de 200 vélos. Mais ce stationnement apparemment abondant est loin de suffire : comme on peut le voir sur la photo, un vélo qui n'est pas un vieux clou, se trouve juché au dessus des autres. Cette rue est une rue de restaus et de salles de spectacle. On a pu constater le dimanche 27 mai 2005 au soir que des cyclistes arrivaient nombreux dans le quartier et se garaient un peu partout jusque sur le trottoir. Il faut reconnaître que les cyclistes peuvent avoir le même comportement qu'un automobiliste en cherchant à se garer le plus près possible de leur lieu de destination. Ajoutons cependant pour leur défense que les lieux les plus fréquentés constituent un contrôle social efficace contre le vol de vélos.
Comme le dirait ce cher Lionel COURDAVAULT, maire de Roost-Warendin, Président de Gayant Expo et représentant à la CAD (Communauté d'Agglomération du Douaisis) suite à un voyage d'étude effectué par la CAD au quartier VAUBAN à Freiburg in Breisgau (Allemagne), "tous ces vélos garés partout, ça fait sale" (je retranscris ces dires de mémoire). C'est aussi en partie le point de vue de la ville d'Anvers qui a créé de nombreuses places de stationnement vélo et qui tient à ce que les vélos n'envahissent pas l'espace public. C'est ainsi que l'on a pu voir un vélo appuyé sur un arbre muni d'un papillon sur lequel on pouvait lire que ce vélo était mal garé et, que s'il restait à cet endroit, il serait finalement embarqué à la "fourrière" par la ville d'Anvers. Mais on est encore malheureusement très loin de cette situation dans la quasi-totalité de la France.
Pour un français, on se dit que tous ces vélos garés partout sont liés à l'absence de garage à vélos à la gare d'Anvers, ces flamands ayant le mauvais goût de se rendre à la gare à vélo. Que nenni !

Gare Centrale d'Anvers

La Place Reine Astrid (Koningin Astrid Plein) devant la station centrale a été entièrement rénovée en 2006 pour en faire un espace réservé aux modes doux (piétons et vélos).
Les voitures ont en fait été cachées dans un parking souterrain. Peu de villes osent encore limiter le stationnement en centre ville de façon drastique.
Cette rénovation s'est accompagnée de la création d'un garage à vélo souterrain gratuit et équipé de racks à vélo de grande capacité et de qualité de la marque Verhofste.


Une partie du parking à vélos de la gare centrale d'Anvers

La surface vitrée sur la gauche sépare le garage à vélo du garage voiture en contrebas. Les flux d'entrée et de sortie des vélos et voitures sont donc séparés physiquement. La visite de ce parking le matin du lundi 28 mai 2007, lundi de Pentecôte, c'est à dire un jour où, à priori, le nombre de voitures est bien moindre, ne nous a pas permis de savoir si les cyclistes pouvaient être incommodés par les gaz d'échappement des voitures comme c'est généralement le cas dans un parking en ouvrage.

Place Reine Astrid

Retour des passages cloutés mais pour délimiter une piste cyclable sur cette place avec de magnifiques clous ci-contre.

Location de vélos

La plupart des grandes villes flamandes Anvers, Courtrai (Kortrijk ; 74 000 habitants pour la ville, 280 000 habitants pour l'arrondissement soit guère plus que le territoire de la CAD-Communauté d'Agglomération du Douaisis- qui en compte 220 000) , Gand (Gent ; 233 000 habitants pour la ville, 510 000 habitants pour l'arrondissement) et Ostende (Oostende ; 69 000 habitants pour la ville, 150 000 habitants pour l'arrondissement) possèdent un service de location de vélos jaunes aux couleurs du fond du drapeau flamand.
Les vélos loués sont des vélos de ville munis de 7 vitesses, de garde-boue, d'éclairage, d'un porte-bagage et de deux antivols, un antivol fixe et un antivol en U.

Ce service de location de vélos a pour cible les étudiants dans 3 de ces villes, Anvers depuis l'été 2006, Courtrai et Gand.

Tarif de location à Anvers pour les étudiants :

Anvers compte étendre ce service de location de vélos aux touristes à partir du 2 juillet 2007. Ce service de location devrait se trouver devant l'entrée du métro de la gare centrale (Centraal Station) derrière la Place Astrid.

Tarif de location à destination des touristes :

Ce service de location de vélos a été créé par la ville d'Anvers en partenariat avec l'Association des Universités et Grandes Ecoles d'Anvers, l'Union Européenne et NMBS ou Nationale Maatschappij des Belgische Spoorwegen (i.e. le nom flamand de la SNCB ou Société Nationale des Chemins de Fer Belges).
Ce service s'inscrit dans le cadre de l'économie solidaire puisque les vélos sont fabriqués et entretenus par des jeunes en contrat d'insertion.
Ce service de location a un site internet bilingue flamand/anglais mais pas français (inimitié flamands/wallons oblige ?) : http://www.fietshaven.be

Musée royal des Beaux-Arts d'Anvers

Une soixantaine de places de parking vélo existent devant le Musée Royal des Beaux Arts d'Anvers. Combien devant le Musée de Lille ? Aucune au Musée de la Chartreuse à Douai !
On notera l'intégration de la culture vélo à Anvers. La perspective d'une pluie ne contribue pas, contrairement à la France, à renoncer au vélo, mais à prendre, comme on peut le voir sur la photo ci-dessus, la précaution élémentaire de protéger la selle avec un plastique.

Tourisme

Grote Markt

Fontaine de Brabo

La fontaine de Brabo est une fontaine sans bassin réalisée en 1887 par le sculpteur anversois Jeff Lambeaux (1852-1908) (1).
Dès le 2° siècle après Jésus-Christ, une colonie frisonne (2) s’installa sur le site actuel d’Anvers au bord de l’Escaut. Pour des raisons de prestige, une histoire faisant intervenir les romains fut inventée au 15° siècle s’inspirant visiblement de différents mythes antiques : l’histoire de David et Goliath, de Romus et Rémulus, du colosse de Rhodes, etc.
Ainsi, un géant Druoon Antigoon avait un pied sur chaque rive de l’Escaut et rançonnait les navires de passage. Tout capitaine qui refusait le tribut se voyait couper la main droite par le géant. Celui-ci écrasait ensuite le bateau d’un coup de talon. Un soldat romain Silvius Brabo défia le géant. Brabo réussit à vaincre le géant et lui coupa la main droite qu’il jeta ensuite dans le fleuve, d’où le nom de la ville : Hand signifie main en flamand et werpen jeter.
Plus sûrement, le nom d’Antwerpen dériverait des termes flamands aanworp ou aanwerpen qui désignent une bande de terre émergée, une île formée à partir d’alluvions sur laquelle s’installèrent les premiers colons.

1 : Jeff Lambeaux est un sculpteur qui a réalisé plusieurs oeuvres qui ont fait l'objet de vives polémiques, dont la fresque "les passions humaines" qui a donné le nom à un pavillon de Victor Horta inauguré en 1890 dans le Parc du Cinquantenaire à Bruxelles.
2 : les frisons sont un peuple du début de l’ère chrétienne qui habitait sur les côtes de la Mer du Nord entre les rives de l’Ems et celles du Rhin.

Jardin botanique

 

Marre de l'architecture, des automobiles et de la foule ?
Allez au jardin botanique (Plantentuin) d'Anvers qui constitue un havre de paix et de sérénité dans la ville.
Celui-ci se trouve au 24 de la Leopoldstraat, l'entrée y est libre de 9h à 17h30. Ce jardin botanique qui est actuellement administré par le conseil communal de la ville, a plus de 200 ans.
Il constituait initialement le jardin médicinal de l'Hopital Sainte Elisabeth. Il possède une collection de plus de 2000 plantes herbacées et une serre.

Au commencement la Nature était
et la Nature était avec Dieu
et la Nature était Dieu
La Nature était au commencement avec Dieu.
Tout fut par elle et sans elle rien ne fut.
De tout être, elle était la vie
et la vie était la lumière des hommes
et la lumière luit dans les ténèbres.

texte librement inspiré de l’Evangile de Saint Jean

Maison "les cinq continents"

 

La maison "les cinq continents" est située à l'angle de la Schildersstraat (n°2 et 6) et de la Plaatsnydersstraat (n°1)
Elle a été réalisée en 1901 par l'architecte anversois Frans SMET-VERHAS (1851-1923).
On doit également à cet architecte la maison dénommée "Bataille de Waterloo" dans la Waterloostraat sur la commune de Berchem (arrondissement d'Anvers). Le nom de cette maison est lié au titre de la mosaïque posée tout en haut de la façade et sur laquelle on peut voir les portraits de Napoléon et Wellington.
Cette demeure est considérée comme un bâtiment art-nouveau mais se distingue en la matière du maître belge qu'est HORTA.
L'architecture de Horta est en effet relativement sobre dans les couleurs (emploi du béton et du fer). Ses maisons individuelles se caractérisent par une sobriété et une élégance extrême.
Serait-ce l'influence espagnole plus forte en pays flamand et celle de Gaudi, on a ici par contre un style beaucoup plus chargé : emploi de la brique vernissée, proue de navire sortant de la maison à laquelle vient s'adjoindre un énorme lampadaire.


soupirail

 

porte du n°6
de la Schildersstraat

Plan d'ensemble et détails

 

2 vues côté Plaatsnydersstraat

Place Reine Astrid

Une photo incontournable de l'un des éléphants qui orne la Place Reine Astrid et qui semblent se diriger vers le Musée d'Anvers. Car ce sont, en ce moment les vraies stars de cette place.
Cette oeuvre est une oeuvre monumentale de l'artiste sud-africain Andries Botha, intitulée : "You can't buy my heart and my soul" (vous ne pouvez acheter ni mon coeur ni mon âme). commandée par le zoo d'Anvers dans le cadre de l'année de l'éléphant

Bibliographie

Belgique, Luxembourg, Editions Hachette, Collection Guides Bleus, Edition 1987
LE GRAND GUIDE DE LA BELGIQUE, Editions Gallimard, Collection Bibliothèque du voyageur, Edition 1998